Lors de leur réunion du 12 juin, les Ministres de la défense de l’Alliance ont approuvé, dans sa conception, une nouvelle structure de commandement militaire rationalisée, plus légère, plus souple, plus efficace et mieux adaptée à la conduite de toute la gamme des missions de l’Alliance.

Au niveau stratégique, il n’y aura qu’un commandement assumant des responsabilités opérationnelles, le Commandement allié "Opérations", commandé par le SACEUR. Il assumera les fonctions opérationnelles exercées jusqu’à présent par le Commandement allié en Europe et le Commandement allié de l’Atlantique. Le SACEUR continuera d’exercer une double fonction, étant aussi commandant du Commandement des forces des Etats Unis en Europe. Par ailleurs, un nouveau commandement fonctionnel, le Commandement allié "Transformation", commandé par le SACT (Commandant suprême allié "Transformation") sera créé pour promouvoir et superviser la transformation continue des forces et capacités de l’Alliance. Le SACT exercera une double fonction, étant aussi commandant du Commandement des forces interarmées des Etats Unis.

Le Commandement allié "Opérations", dont le quartier général sera le SHAPE, près de Mons (Belgique), sera responsable de toutes les opérations de l’Alliance. Les échelons au-dessous du SHAPE seront largement rationalisés, avec une diminution du nombre de quartiers généraux. Le niveau opérationnel se composera de deux commandements de forces interarmées (JFC) permanents - l’un à Brunssum (Pays Bas), l’autre à Naples (Italie) - qui permettront de conduire des opérations à partir de leurs emplacements fixes ou de mettre en place un QG de Groupe de forces interarmées multinationales (GFIM) basé à terre. Il y aura aussi un QG interarmées permanent (JHQ) - à Lisbonne (Portugal) - solidement constitué mais plus limité, auquel on pourra faire appel pour obtenir une capacité de QG de GFIM déployable basé en mer.

Le niveau des composantes ou niveau tactique comprendra six commandements de composante de forces interarmées (JFCC), qui apporteront aux éléments de niveau opérationnel les compétences propres aux différentes armées - Terre, Mer ou Air. Bien que disponibles pour toute opération, ces commandements de composante seront subordonnés à un des commandants de forces interarmées. S’agissant du commandement de forces interarmées basé à Brunssum, il y aura un commandement de composante Air à Ramstein (Allemagne), un commandement de composante Mer à Northwood (Royaume Uni) et un commandement de composante Terre à Heidelberg (Allemagne). S’agissant du commandement de forces interarmées basé à Naples, il y aura un commandement de composante Air à Izmir (Turquie), un commandement de composante Mer à Naples et un commandement de composante Terre à Madrid (Espagne).

Outre ces commandements de composante, il y aura quatre centres d’opérations aériennes combinées (CAOC) fixes - Uedem (Allemagne), Finderup (Danemark), Poggio Renatico (Italie) et Larissa (Grèce) - et deux déployables - Uedem et Poggio Renatico. Comme les CAOC déployables devront mettre à l’épreuve leur capacité de mobilisation et de déploiement, les installations actuelles de la base aérienne de Torrejon, en Espagne, serviront de site principal pour l’entraînement et la mise à l’épreuve des CAOC déployables dans cette région. Un petit élément OTAN de soutien des installations aériennes serait stationné à Torrejon, afin d’assurer le soutien de cette capacité.

Le Commandement allié "Transformation" (ACT), dont le quartier général sera situé à Norfolk (Etats Unis), supervisera la transformation des capacités militaires de l’OTAN. Il permettra ainsi d’améliorer l’entraînement et les capacités, d’élaborer et de mettre à l’épreuve des doctrines, et de mener des expériences pour évaluer de nouveaux concepts. Il facilitera également la diffusion et l’introduction de nouveaux concepts et favorisera l’interopérabilité.

Il y aura, en Belgique, un élément d’état major ACT, qui s’occupera principalement des questions relatives aux ressources et à la planification de la défense.

L’ACT comprendra le Centre de guerre interarmées (Norvège), un nouveau Centre d’entraînement de forces interarmées (Pologne) et le Centre interarmées d’analyse des enseignements tirés (Portugal). Le quartier général ACT supervisera également le Centre de recherche sous-marine de La Spezia (Italie). Des liens directs seront établis entre l’ACT, les écoles de l’Alliance et les agences de l’OTAN ainsi que le Commandement des forces interarmées des Etats Unis. On envisage également la création d’un Centre OTAN d’entraînement aux opérations d’interdiction maritime (Grèce), associé à l’ACT. En outre, le commandement pourra compter sur le soutien d’un certain nombre de centres d’excellence parrainés par un ou plusieurs pays et dont les activités seront axées sur des efforts de transformation dans des domaines militaires spécifiques.

En résumé, par rapport à la structure de commandement militaire actuelle, la nouvelle structure comporte les principaux changements suivants :

- au niveau du commandement stratégique, on passe des deux commandements stratégiques opérationnels actuels à un seulement, mais il est créé un commandement stratégique fonctionnel pour la transformation ;

- au dessous du niveau de commandement stratégique, les cinq commandements régionaux opérationnels actuels sont ramenés à deux seulement (auxquels s’ajoute un troisième, plus limité) et les treize commandements subordonnés opérationnels actuels à six seulement ;

- au total, le nombre de quartiers généraux de commandement est donc ramené de vingt à onze ;

- en outre, le nombre de CAOC passe de dix à six (quatre fixes et deux déployables).

Source : OTAN