Réseau Voltaire

Erdoğan présente les excuses de la Turquie pour le massacre de Dersim

+

Un vif incident a opposé au parlement turc le Premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, au leader du Parti républicain du peuple (Cumhuriyet Halk Partisi, CHP) Kemal Kılıçdaroğlu à propos du massacre de Dersim.

En 1937, les Kémalistes réprimèrent dans le sang la révolte des Kurdes Alévis de la province de Dersim (renommée Tunceli). Selon un ouvrage du défunt Necip Fazıl Kısakürek, brandi par le Premier ministre, 13 806 civils furent exécutés lors du massacre, et plus de 70 000 autres périrent au cours des diverses opérations de répression.

En définitive, la direction régionale du CHP a également présenté ses excuses, mais la direction nationale a accusé M. Erdoğan de préparer la partition du pays. Le CHP est le continuateur du parti kémaliste responsable de la répression.

De son côté, le parti kurde de la Démocratie et de la paix a demandé que l’aéroport Sabiha Gökçen d’Istanbul soit renommé aéroport Seyyid Rıza.
Fille d’Atatürk, Sabiha Gökçen était pilote et participa au bombardement de Dersim. Seyyid Rıza, quant à lui, était le leader de la rébellion.

La reconnaissance du massacre de Dersim intervient après un vaste coup de filet au cours duquel la police turque a arrêté une cinquantaine de leaders kurdes.

Réagissant à cette nouvelle répression, la vice-présidente du parti kurde de la Démocratie et de la paix, Coltane Kachanak, a déclaré « M. Erdoğan paiera un lourd tribut, et sa fin sera semblable à celle du président égyptien Hosni Moubarak ».

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

Les journalistes et la guerre
Les journalistes et la guerre
par Thierry Meyssan
Exclusif : Les projets secrets d'Israël et de l'Arabie saoudite
En parallèle des négociations USA-Iran
Exclusif : Les projets secrets d’Israël et de l’Arabie saoudite
par Thierry Meyssan
Madame Bokova, Palmyre, Sana'a et Ninive exigent votre démission
Lettre ouverte à la directrice générale de l’Unesco
Madame Bokova, Palmyre, Sana’a et Ninive exigent votre démission
par Hassan Hamadé
La main longue de l'Otan
« L’art de la guerre »
La main longue de l’Otan
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
374. Grèce : survivre sous l'euro
« Horizons et débats », 15e année, n° 17, 29 juin 2015
Grèce : survivre sous l’euro
Partenaires
 
373. TTIP et TiSA / Supplément Éducation aux médias
« Horizons et débats », 15e année, n° 15-16, 22 juin 2015
TTIP et TiSA / Supplément Éducation aux médias
Partenaires
 
La Troïka tente d'asphyxier la Grèce quoi qu'il en coûte
La Troïka tente d’asphyxier la Grèce quoi qu’il en coûte
par Ariel Noyola Rodríguez, Réseau Voltaire
 
L'Arabie saoudite soutient le terrorisme en Syrie depuis 2012
Les câbles saoudiens de Wikileaks
L’Arabie saoudite soutient le terrorisme en Syrie depuis 2012
par Elie Hanna , Réseau Voltaire
 
En Italie, une école de Prédateurs
« L’art de la guerre »
En Italie, une école de Prédateurs
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
La Grèce est-elle sur le point d'abandonner l'euro ?
La Grèce est-elle sur le point d’abandonner l’euro ?
par Ariel Noyola Rodríguez, Réseau Voltaire