Réseau Voltaire
« Sous nos yeux »

L’Ukraine et la Turquie créent une Brigade internationale islamique contre la Russie

Alors que les États-Unis et l’Iran viennent de signer un accord de paix au Proche-Orient, la Turquie et l’Ukraine ont trouvé un débouché pour les jihadistes de Syrie et d’Irak : combattre la Russie en Crimée.

| Damas (Syrie)
+

Les Tatars vivent en Russie, au Tatarstan et en Crimée où ils sont 250 000, et plus encore en Turquie où ils sont 5 millions.

Cependant, durant la Seconde Guerre mondiale, les Tatars de Crimée se rallièrent au fascisme et soutinrent les troupes nazies contre les Russes. Ils furent placés sous l’autorité de Gerhart von Mende au sein de l’Ostministerium. En conséquence de quoi, ils furent largement déportés par le gouvernement de Staline et dispersés en Union soviétique. Après des années d’exil, ils furent autorisés à renter en Crimée.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la CIA récupéra les musulmans qui travaillaient pour le Reich et avaient réussi à s’enfuir. Ils furent incorporés à l’AmComLib, c’est-à-dire l’American Committee for the Liberation of the Peoples of Russia qui diffusait sa propagande par Radio Liberty. Ultérieurement, la station fusionna avec Radio Free Europe.

JPEG - 31.2 ko

Durant toute la Guerre froide, la CIA utilisa de nombreux agents tatars pour saboter l’économie de l’Union soviétique. Dans les années 50, la CIA créa une mosquée en Allemagne pour servir de base arrière à l’opération. Puis, elle confia la direction de cette mosquée à Saïd Ramadan et aux Frères musulmans.

C’est le thème de l’enquête de Ian Johnson, Une Mosquée à Munich. [1]

JPEG - 24.3 ko

Dans les années 60, les Tatars antisoviétiques se regroupèrent derrière Moustafa Djemilev, connu sous le nom de turc de Moustafa Abdülcemil Cemiloğlu. Au sein de l’Union de la Jeunesse des Tatars de Crimée. En 1969, il rejoignit le groupe d’Andreï Sakharov ce qui lui donna la réputation usurpée d’être hostile à la violence. Condamné sept fois pour ses liens avec la CIA, il fut emprisonné durant 10 ans au total, puis autorisé par Mikhaïl Gorbatchev à rentrer en Crimée.

En 2004, il participe à la « révolution orange », organisée par la CIA sur les conseils de Gene Sharp. Il devient député des Tatars au Parlement ukrainien.

Le 8 mai 2007, anniversaire de la défaite nazie, son organisation participe au Congrès constitutif du Front anti-impérialiste, réuni par la CIA à Ternopol (ouest de l’Ukraine). Toutes les organisations nazies et islamistes d’Europe y participent. Dokou Oumarov, l’émir du Caucase et président de l’Émirat islamique d’Itchkérie (la Tchétchénie), ne peut s’y rendre, mais y fait lire une lettre d’accueil et de soutien. Le Front élit comme président le nazi Dmytro Yarosh, qui jouera un rôle central lors du coup d’État et deviendra le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité nationale d’Ukraine.

En 2013, Moustafa Djemilev mène campagne contre la reconnaissance du génocide arménien et menace l’État des pires représailles s’il atteint ainsi à l’honneur de la Turquie.

Lors du coup d’État de la place Maidan, fin 2013-début 2014, il soutient le gouvernement putschiste. De jeunes Tatars, partis faire le jihad en Syrie, sont rapidement acheminés à Kiev par les services secrets turcs pour assurer l’ordre sur la place aux côtés des groupes nazis.

Il rejoint le bloc de Ioulia Tymochenko et s’oppose au référendum de rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie. Il donne une conférence de presse commune avec Ahmet Davutoğlu, à Ankara, pour appeler à son boycott.

Le 14 mars, il est reçu par le Conseil atlantique au siège de l’Otan à Bruxelles.

JPEG - 25.6 ko

Le 3 juin 2014, à l’occasion d’un voyage du président Obama en Pologne, il reçoit du gouvernement polonais le prix de Solidarność, d’une valeur d’1 million d’euros. La récompense lui est remise par le président polonais Bronisław Komorowski, en présence de John Kerry, du président ukrainien Petro Porochenko et du vice-Premier ministre turc Bülent Arınç.

JPEG - 35.7 ko

Le 1er août 2015, il préside le Congrès mondial des Tatars à Ankara. À ses côtés se trouvaient aussi bien le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Pavlo Klimkine, que le vice-Premier ministre turc, Numan Kurtulmuş.

JPEG - 42.7 ko

Plus de 700 personnes représentant près de 200 organisations y participaient.

À l’issue du Congrès, Moustafa Djemilev a annoncé la création d’une Brigade musulmane internationale pour reprendre la Crimée. Elle sera basée à Kherson, où se trouve déjà un gouvernement provisoire de Crimée en exil, et comprendra des volontaires du Tatarstan et de Tchétchénie (Russie), d’Ouzbekistan, d’Azerbaidjan, et de Meskhétie (Géorgie).

Enfin, M. Djemilev et son adjoint Refat Abdurakhmanovich Choubarov —en turc Refat Abdurahmanoğlu Çubarov— ont été reçus par le président Erdoğan.

JPEG - 43.7 ko
JPEG - 52 ko

L’histoire ne dit pas si Recep Tayyip Erdoğan a l’intention d’attribuer à cette Brigade des combattants actuels de Daesh ou s’il y affectera de nouveaux venus. Ce qui est sûr, c’est qu’une Brigade internationale n’est pas là pour défendre les droits des Tatars de Crimée, mais pour attaquer la Russie sous ce prétexte bancale.

Plus que jamais, M. Erdoğan s’affirme comme superviseur du terrorisme islamiste mondial.

Source
Télévision nationale syrienne

[1] Des documents de la CIA peuvent être téléchargés depuis le site du Wilson Center.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.