Réseau Voltaire
21 mai 1960

L’armée française égorge des otages en Algérie

+

En Algérie, à Texenna dans le Nord Constantinois, l’unité de Benoist Rey, soldat appelé, infirmier, appréhende trois bergers, suspectés d’aider le FLN. Dans ses mémoires, il écrit « Je n’ose les regarder, car je sais qu’ils sont condamnés. Au plus chaud de l’après-midi, le lieutenant R. commandant en second, fait un signe au caporal-chef B., un Corse militaire de carrière, un véritable tueur, sadique, "spécialiste" de l’égorgement. Les prisonniers ont les mains liées dans le dos. Le caporal-chef B. prend le premier, l’assomme d’un coup de bâton et l’égorge. Il en fait de même avec le deuxième. Le troisième, qui doit avoir dix-huit ans à peine, a compris. Au lieu d’essayer de se défendre, il tend la gorge au bourreau, lequel n’hésite pas et l’égorge avec la même sauvagerie. On met ensuite sur chaque corps à la gorge béante, où déjà sont les mouches, un écriteau : "Tel est le sort réservé aux rebelles". Le lendemain, le lieutenant R. assistera à la messe pour l’Ascension. Il a un crucifix au-dessus de son lit. » (Source : Benoist Rey, Les Égorgeurs, Éditions de Minuit, 1961, saisi par la censure.)

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.