Réseau Voltaire

Un plaidoyer pour la prudence

| Moscou (Russie)
+
JPEG - 18.5 ko

Les récents événements autour la Syrie me conduisent à m’adresser directement au peuple états-unien et à ses dirigeants politiques. Il est important de le faire à un moment où la communication est insuffisante entre nos sociétés.

Nos relations sont passées par différentes étapes. Nous avons été dressés les uns contre les autres pendant la Guerre froide. Mais nous avons été aussi des alliés, et nous avons alors vaincu les nazis ensemble. L’organisation internationale universelle - l’Organisation des Nations Unies - a été mise en place pour empêcher qu’une telle dévastation ne se reproduise.

Les fondateurs de l’Organisation des Nations Unies avaient compris que les décisions concernant la guerre et la paix devraient intervenir uniquement par consensus, et avec l’accord des États-Unis, le droit de veto des membres permanents du Conseil de sécurité a été inscrit dans la Charte des Nations Unies. La profonde sagesse qui résulte de cette disposition a conforté la stabilité des relations internationales depuis des décennies.

Personne ne souhaite que l’Organisation des Nations Unies subisse le sort de la Société des Nations, qui s’est effondrée parce qu’il lui manquait un véritable levier. Or, cela peut arriver si des pays influents contournent les Nations Unies et entreprennent des actions militaires sans l’autorisation du Conseil de sécurité.

La potentielle attaque militaire des États-Unis contre la Syrie, malgré la forte opposition de nombreux États et des principaux responsables politiques et religieux, y compris le pape, se traduirait par plus de victimes innocentes et l’escalade, potentiellement la propagation du conflit au-delà des frontières de la Syrie. Une frappe augmenterait la violence et déclencherait une nouvelle vague de terrorisme. Elle pourrait saper les efforts multilatéraux visant à résoudre le problème nucléaire iranien et le conflit israélo-palestinien, et déstabiliserait davantage le Moyen-Orient et Afrique du Nord. Elle pourrait projeter l’ensemble du système de droit et de l’ordre international hors de tout équilibre.

La Syrie n’est pas une bataille pour la démocratie, mais un conflit armé entre le gouvernement et l’opposition, dans un pays multireligieux. Il y a peu de champions de la démocratie en Syrie. Mais il y a plus qu’assez de combattants d’Al-Qaeda et d’extrémistes de tous bords qui luttent contre le gouvernement. Le Département d’État des États-Unis a désigné le Front Al-Nusra et l’État islamique d’Irak et du Levant, qui combattent avec l’opposition, comme des organisations terroristes. Ce conflit interne, alimentée par les armes étrangères fournies à l’opposition, est l’un des plus sanglants dans le monde.

Des mercenaires des pays arabes combattent là-bas, et des centaines de militants en provenance des pays occidentaux et même de Russie, et cette question nous concerne au plus haut point. Ne pourraient-ils pas retourner dans nos pays avec l’expérience acquise en Syrie ? Après tout, après avoir combattu en Libye, les extrémistes sont passés à Mali. C’est une menace pour nous tous.

Dès le début, la Russie a prôné un dialogue pacifique visant à permettre aux Syriens d’élaborer une solution de compromis pour leur propre avenir. Nous ne protégeons pas le gouvernement syrien, mais le droit international. Nous devons utiliser le Conseil de sécurité des Nations Unies et nous croyons que la préservation du droit et de l’ordre public dans le monde complexe et turbulent d’aujourd’hui est l’une des rares façons d’éviter que les relations internationales sombrent dans le chaos.

Le droit est toujours le droit, et nous devons le respecter que nous le voulions ou non. Selon le droit international actuel, le recours à la force n’est autorisé qu’en cas de légitime défense ou par la décision du Conseil de sécurité. Tout le reste est inacceptable en vertu de la Charte des Nations Unies, et constituerait un acte d’agression.

Personne ne doute que du gaz toxique a été utilisé en Syrie. Mais il y a tout lieu de croire qu’il a été utilisé non pas par l’armée syrienne, mais par les forces de l’opposition, pour provoquer l’intervention de leurs puissants protecteurs étrangers, qui seraient alors du engagé à côté des fondamentalistes. Les informations selon lesquelles ces activistes préparent une nouvelle attaque —cette fois contre Israël— ne peuvent pas être ignorées.

Il est alarmant de constater que l’intervention militaire dans les conflits internes dans les pays étrangers est devenue monnaie courante aux États-Unis. Est-ce là l’intérêt à long terme de l’Amérique ? J’en doute. Des millions de personnes dans le monde voient de plus en plus les États-Unis non pas comme un modèle de démocratie, mais comme reposant uniquement sur la force, bricolant des coalitions réunies sous le slogan « Vous êtes avec nous ou contre nous ».

Mais la force s’est révélée inefficace et sans pertinence. L’Afghanistan est chancelant, et personne ne peut dire ce qui se passera après le retrait des forces internationales. La Libye est divisée en tribus et en clans. En Irak, la guerre civile se poursuit, avec des dizaines de morts chaque jour. Aux États-Unis, de nombreuses observateurs établissent une analogie entre l’Irak et la Syrie, et se demandent pourquoi leur gouvernement voudrait répéter les erreurs récentes.

Quelque que soit la manière dont les attaques sont ciblée et les armes sophistiquées, les victimes civiles sont inévitables, y compris les personnes âgées et les enfants, que les frappes sont censées protéger.

Le monde réagit en se demandant : si nous ne pouvons pas compter sur le droit international, alors nous devons trouver d’autres façons d’assurer notre sécurité. Ainsi, un nombre croissant d’États cherchent à acquérir des armes de destruction massive. Ce qui est logique : si vous avez la bombe, personne ne va vous toucher. Nous sommes engagés sur des discussions traitant de la nécessité de renforcer la non-prolifération, alors qu’en réalité cette donnée s’érode.

Nous devons cesser d’utiliser le langage de la force et reprendre le chemin de la diplomatie civilisée et des règlements politiques.

Une nouvelle possibilité d’éviter une action militaire a émergé dans les derniers jours. Les États-Unis, la Russie et tous les membres de la communauté internationale doivent tirer parti de la volonté du gouvernement syrien de mettre son arsenal chimique sous contrôle international pour destruction ultérieure. À en juger par les déclarations du président Obama, les États-Unis voient cela comme une alternative à l’action militaire.

Je me réjouis de l’intérêt du président à poursuivre le dialogue avec la Russie sur la Syrie. Nous devons travailler ensemble pour maintenir cet espoir vivant, comme convenu à la réunion du Groupe des 8 à Lough Erne en Irlande du Nord en juin, et orienter le débat à nouveau vers des négociations.

Si nous pouvons éviter le recours à la force contre la Syrie, cela permettra d’améliorer l’atmosphère dans les affaires internationales et de renforcer la confiance mutuelle. Ce sera notre réussite commune et cela ouvrirait la porte à la coopération sur d’autres questions cruciales.

Ma relation professionnelle et personnelle avec le président Obama est marquée par une confiance croissante. J’apprécie cela. J’ai étudié attentivement son discours à la nation mardi. Mais je suis plutôt en désaccord avec la remarque qu’il a faite sur l’exceptionnalisme américain, affirmant que la politique des États-Unis est « ce qui rend l’Amérique différente. C’est ce qui nous rend exceptionnels ». Il est extrêmement dangereux d’encourager les gens à se considérer comme exceptionnels, quelle que soit la motivation.

Il y a de grands pays et les petits pays, riches et pauvres, ceux qui ont de longues traditions démocratiques et ceux qui cherchent encore leur chemin vers la démocratie. Leurs politiques diffèrent, aussi. Nous sommes tous différents, mais quand nous demandons la bénédiction du Seigneur, nous ne devons pas oublier que Dieu nous a créés égaux.

Source
New York Times (États-Unis)
Le New York Times ambitionne d’être le premier quotidien global au travers de ses éditions étrangères.

Traduction : Gilles Devers

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.