Réseau Voltaire
Opérations psychologiques

La chute de statue de Saddam Hussein

Le « déboulonnage » d’une statue de Saddam Hussein le 9 avril a unanimement été présenté par la presse comme le symbole de la chute de Bagdad. Cet événement très télégénique constitue une métaphore de la « guerre de libération de l’Irak » telle que la conçoit l’état-major états-unien : le renversement du régime d’Hussein par le peuple irakien avec l’aide de l’armée états-unienne. Mais un examen précis de cet épisode révèle qu’il s’agit d’une véritable mise en scène répondant exactement aux objectifs de l’Office of Global Communication, l’organe britanno-états-unien de guerre psychologique.

| Paris (France)
+
JPEG - 7.4 ko

Personne n’a échappé, le 9 avril 2003 au « déboulonnage » d’une statue de Saddam Hussein sur la place Fedaous de Bagdad. Cet évènement a unanimement été décrit par la presse comme symbolisant la chute de la capitale irakienne. Cependant, il convient de replacer cette scène de liesse populaire dans son contexte pour en saisir le déroulement exact et la vraie nature.
Une première dépêche AFP signale qu’un regroupement de véhicules militaires US (une douzaine, précise Reuters) a eu lieu à 12h40 GMT sur la place Fedaous, à proximité de l’hôtel Palestine où résident la plupart des journalistes occidentaux. Ce n’est qu’une heure plus tard que Reuters signale la présence d’une « foule approbatrice de plusieurs dizaines de personnes » (transformée en plusieurs « centaines de manifestants » par Associated Press).

JPEG - 25.5 ko
La place Fedaous
Un plan large de la place Fedaous révèle la mise en scène : la place est encerclée par des véhicules militaires états-uniens et « la foule » se limite à quelques dizaines de personnes.

Dès le début du rassemblement, Associated Press Television Network (APTN), l’agence de presse vidéo états-unienne, filme en plan serré la place Fedaous et retransmet les images en direct sur son réseau, comme si elle savait que quelque chose allait se produire. Le fait que la manifestation se déroule à proximité de l’hôtel Palestine est une véritable aubaine pour les quelques 200 journalistes, dénombrés par Associated Press, qui ne tardent pas à se masser sur la place. Les manifestants, a proximité desquels Indymedia a identifié un membre de la milice d’Ahmed Chalabi (les « Free Iraqi Forces »), peuvent commencer la mise en scène.

Acte 1 : Le peuple, impuissant, mais motivé

JPEG - 12.2 ko

Un manifestant s’approche du piédestal et entreprend de l’attaquer à la masse. L’entreprise est vouée à l’échec et présente même un caractère dérisoire étant donné le volume du socle de la statue. Peu importe, cette image en évoque une autre pour les téléspectateurs : celle de la chute du Mur de Berlin, en 1989, où chacun apportait son marteau et son burin pour détruire symboliquement le mur. Dès les premières dépêches, Reuters souligne à l’attention des journalistes qui auraient mal compris l’allusion que la scène « rappelle la chute du Mur de Berlin ».

Acte 2 : Le recours à la puissance états-unienne

JPEG - 6.3 ko

Ayant essayé, sans succès, de tirer la statue d’Hussein à l’aide d’une corde, « les Irakiens demandent l’aide d’un char américain, un symbole dans le symbole », rapporte TF1. La valeur symbolique de l’événement n’a échappé à personne, pas même à France 2 : « n’y arrivant pas seuls, et c’est la tout un symbole, les Irakiens vont faire appel à un char américain ». Par chance, un blindé états-unien, équipé pour la circonstance d’un dispositif le transformant en grue est justement stationné à côté. Il s’approche de la statue.

Acte 3 : L’effacement des États-Unis

JPEG - 6.9 ko

Le Marine Edward Chin, du 3eme bataillon de Marines, monte sur la statue afin d’y attacher le câble. Il en profite pour recouvrir la tête de la statue d’un drapeau états-unien, rapidement remplacé par un drapeau irakien de manière à montrer que les États-Unis réfrènent leur toute-puissance et cèdent la place aux Irakiens.






Acte 4 : La chute

La statue est arrachée de son socle. C’est la chute de Saddam Hussein et son lynchage symbolique par les manifestants.

Très rapidement, les principaux officiels états-uniens se saisissent de l’événement et en soulignent l’importance à destination des journalistes qui l’auraient sous-estimée en n’y voyant que la destruction d’une statue par l’armée américaine. C’est bien plus que cela, explique Donald Rumsfeld : « On ne peut s’empêcher de penser à la chute du Mur de Berlin et l’écroulement du rideau de fer ». Moins d’un heure plus tard, le porte parole de la Maison-Blanche, Ari Fleicher, souligne l’importance de ce qui vient de se produire.

La réaction des médias est à la hauteur de la mise en scène. Tous les networks états-uniens relaient l’information. Sur LCI, bien que l’envoyé spécial ne soit pas sur place, on commente en direct les images d’APTN : « Le peuple se précipite pour lyncher la statue ». Plus tard, au journal de 20h sur France 2, on annonce également que c’est le « peuple » qui « se précipite pour lyncher, autre symbole, la tête » de bronze. Pourtant la chaîne de service public dispose d’un recul plus important et a forcément lu la dépêche Reuters précisant que le « peuple » en question se résume à quelques dizaines de personnes.
Le lendemain, aucun quotidien n’a échappé à l’image choc, comme en témoigne cette impressionnante collection de Unes des journaux du monde entier, le 10 avril. Le message est passé : avec cette statue, c’est le régime de Saddam Hussein qui est tombé. La guerre a duré 21 jours, elle est terminée, les États-Unis ont gagné, ils ont libéré les Irakiens.

Comment la coalition britanno-états-unienne a orchestré la mise en scène

Fin mars, le Bureau des communications globales (Office of Global Communications - OGC), a requis une étude sur la manière de rehausser l’image de la Coalition dans les médias internationaux. L’OGC réunit chaque jour à la Maison-Blanche les responsables états-uniens de la propagande et par vidéo-conférence ceux du 10 Downing Street. Le rapport remis à l’OGC a été réalisé par le Groupe tactique d’opérations psychologiques (Psychological Operations Tactical Group - PsyOpsTG) du Commandement des forces spéciales d’infanterie basé au Koweït (ARCENT-Koweit). Il a été intercepté par le FSB russe et transmis aux officiers qui réalisent « à titre privé » le site iraqwar.ru.

Dans ce rapport, le PsyOpsTG préconisait de réunir devant la presse les prisonniers de guerre irakiens de manière à ce que la vision d’un groupe nombreux face croire que les redditions étaient massives. Surtout, le PsyOpsTG a proposé de mettre en scène la « libération de Bagdad » et des « manifestations de liesse populaire » de manière à corriger l’image coloniale de la Coalition. C’est chose faite grâce avec l’épisode de la place Fedaous.
Si une guerre s’est terminée le 9 avril 2003 ce n’est pas celle de l’information.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

Rupture du G-20 à Brisbane
Rupture du G-20 à Brisbane
par Alfredo Jalife-Rahme
Du « plan Yinon » à la « stratégie Yaalon »
L’expansionnisme israélien et la balkanisation du Levant
Du « plan Yinon » à la « stratégie Yaalon »
par Alfredo Jalife-Rahme
358. Renforcer la souveraineté !
« Horizons et débats », 14e année, n° 28, 24 novembre 2014
Renforcer la souveraineté !
Partenaires
 
357. Les réserves d'or de la Suisse
« Horizons et débats », 14e année, n° 27, 10 novembre 2014
Les réserves d’or de la Suisse
Partenaires
 
Poutine quitte le G20
Poutine quitte le G20
par Andreï Sorokin, Réseau Voltaire International
 
Le Pentagone met au point des lasers contre les drones
Le Pentagone met au point des lasers contre les drones
Réseau Voltaire International
 
Asian Games : Poutine-Obama 2-0
« L’art de la guerre »
Asian Games : Poutine-Obama 2-0
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International
 
Washington va-t-il confier le monde arabe à Riyad et Téhéran ?
« Sous nos yeux »
Washington va-t-il confier le monde arabe à Riyad et Téhéran ?
par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire International