Réseau Voltaire
« Tendances de l’Orient »

L’armée égyptienne avec le peuple face aux « Ikhwans »

| Beyrouth (Liban)
+
JPEG - 31.6 ko

L’armée égyptienne avec le peuple face aux « Ikhwans »

Par Ghaleb Kandil

Le chef des Forces armées égyptiennes, le général Abdel Fattah el-Sissi, a indiqué que l’armée a procédé, avant le soulèvement populaire du 30 juin, à une évaluation stratégique de la situation dans le pays, qui a montré l’urgence de la formation d’un gouvernement d’union nationale. Mais le président Mohammad Morsi a refusé cette option. Après la destitution du chef de l’État et l’accélération des développements, de nombreuses questions se posent sur le rôle de l’armée et l’évolution du conflit.
Pendant les semaines qui ont précédé l’intifada du 30 juin, le fossé s’est creusé entre la direction des Frères musulmans (Ikhwans) et la commandement des forces armées. Il s’est soldé par les manifestations historiques de millions d’opposants à Morsi à l’appel de Tamarrod (« la Rébellion »). Quelques mois seulement après sa fondation, ce mouvement avaient déjà rassemblé 22 millions de signatures pour sa pétition réclamant la démission du président.
Les racines de l’État central en Égypte remontent à des milliers d’années, à l’époque des pharaons. Le rôle de la bureaucratie civile et militaire s’est profondément ancré en tant que réalité sociologique depuis la révolution du 23 juillet 1952. L’armée a hérité de l’époque de Gamal Abdel Nasser une structure complexe, qui lui confère de profondes racines sociales et populaires non seulement parce que ses membres sont issus des rangs du peuple, mais aussi car l’institution militaire représente, d’une manière directe ou indirecte, une force économique qui génèrerait près de 40 % du PIB. Ses entreprises agricoles, industrielles et militaires emploient des millions de personnes et fournissent à autant de familles des revenus qui leur permettent de subvenir à leurs besoins. L’armée entraine dans son sillage des pans entiers de la bureaucratie de l’État, notamment la justice et l’administration civile.
Ce poids exceptionnel contraint donc l’armée à prendre en compte la majorité populaire qui refuse le maintien de Mohammad Morsi au pouvoir. Partant de là, et dans le cadre de son évaluation stratégique des dangers internes et externes qui menacent la nation, à laquelle le général al-Sissi a fait allusion, l’armée a conseillé à Morsi de ne pas se lancer dans la guerre contre la Syrie. Elle a expliqué au président que les difficultés économiques, la réalité politique du pays et les considérations liées à la sécurité nationale, ne permettent pas une telle implication. Cependant, la direction des Frères musulmans semblait déterminée à aller jusqu’au bout. Certaines informations indiquent que le discours du 15 juin de Mohammad Morsi, appelant au Jihad en Syrie, était le coup d’envoi pour la formation d’un contingent égypto-palestinien qui serait envoyé en Jordanie pour participer à l’agression contre la Syrie à partir du front sud (Daraa). Des informations assurent que les plans concoctés par les États-Unis, la France, le Qatar et la Turquie pour un « rééquilibrage » de la situation sur le terrain en Syrie, misaient, en grande partie, sur ce contingent de jihadistes. Ce plan a été catégoriquement rejeté par l’armée égyptienne.
Le commandement militaire a refusé de couvrir le pouvoir de Mohammad Morsi face à l’écrasante majorité de la population. Elle a proposé au président un compromis basé sur un nouveau partenariat avec toutes les forces politiques du pays, qui lui permettrait de rester en place. Mais il a une nouvelle fois refusé. Les médiations se sont poursuivies entre le 30 juin et le 2 juillet, sous la supervision personnelle du général al-Sissi. Ces tentatives se sont encore heurtées à l’intransigeance des Frères musulmans, qui ont refusé tout partenariat national. Le guide de la confrérie, Mohammad Badih, a ensuite donné le signal de la rébellion armée dans les rues du pays, ce qui menace d’un grave danger la stabilité de l’Égypte, après les dizaines de morts et les centaines de blessés tombés sous la violence des extrémistes.
Au lieu de réviser ses calculs et de reconnaitre les erreurs de ses politiques qui servent les intérêts de l’Occident et d’Israël, la direction de Frères semble déterminée à aller de l’avant dans ses choix qui la mettent désormais face au peuple égyptien et à son armée. Cette décision risque d’alourdir le prix de la transition vers le changement, surtout en l’absence d’une force politique dirigeante possédant un projet clair répondant aux aspirations du peuple égyptien. Par conséquent, l’armée semble la seule force organisée à qui incombera la tâche de régulateur entre les différents partis politiques et courants sociaux.

Déclarations et prises de positions

Cheikh Naïm Kassem, secrétaire général adjoint du Hezbollah
« Nous demandons à ceux qui nous attaquent de fournir une seule preuve que nous avons agi de façon contraire à la raison, au droit, au nationalisme et au sens humanitaire. Nous avons libéré le Sud et nous faisons peur à Israël à cause de notre préparation et de nos moyens. Le Liban est visé par le projet états-unien, tout comme la Résistance, qui est dans la position de défense du Liban, de sa libération et de la protection de sa dignité. Tout le monde sait que ceux qui appuient la Résistance appartiennent à toutes les confessions, tout comme d’ailleurs ceux qui lui sont hostiles. La Résistance n’est donc pas chiite et elle n’est pas le monopole d’une partie ou d’une communauté. Elle est le projet d’indépendance. Certains veulent présenter le problème comme s’il s’agissait d’un conflit entre sunnites et chiites, alors qu’il oppose en réalité deux projets. Le projet de frapper la Résistance et celui de changer le régime en Syrie ont échoué. C’est pourquoi ceux qui misaient sur eux utilisent désormais l’incitation confessionnelle. C’est l’arme des faibles. Le Hezbollah continuera à faire preuve de patience et à supporter les attaques, car la patience donne plus de fruits que la réaction. J’invite toutes les parties à tirer les leçons des développements et à faire des pas en direction d’une coopération gouvernementale, parlementaire et politique pour sauver notre pays et ses institutions. Je dirais même plus : nous sommes prêts à tourner la page du passé et à dialoguer rationnellement. Nous sommes prêts à écouter les appréhensions de l’autre camp et à lui faire part des nôtres, dans un dialogue basé sur la morale et sur le recours au final à la Constitution. L’objectif principal est de construire, non de détruire. Nous souhaitons que l’autre camp tienne compte du fait que l’avenir du Liban ne se construit qu’avec la participation de tous ses fils. »

Sleiman Frangié, chef du Courant des Marada
« L’étape à venir sera pénible. Il est nécessaire de déployer tous les efforts pour la traverser en paix. Les décideurs internationaux essayent de provoquer une tension sunnite-chiite qui atteindra l’Asie, l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan, au service d’Israël, des États-Unis et de l’Occident. Nous soutenons le maintien des armes de la Résistance dans la mesure où celles-ci sont dirigées contre Israël et où elles protègent la souveraineté libanaise. Ces armes nous confèrent une position de force indispensable en cas de négociations de paix et peuvent être confiées aux autorités légales, une fois la paix réalisée. Si tous les Libanais font front aux armes du Hezbollah, pensent-ils vraiment pouvoir les lui confisquer ? Il faut éviter les problèmes internes et de les confiner au sein des institutions constitutionnelles. »

Tony Nasrallah, haut responsable du Courant patriotique libre
« Il ne faut accorder à la rencontre entre le général Aoun et de l’ambassadeur d’Arabie saoudite plus d’importance qu’elle ne mérite. Il n’y a aucun retournement dans la position du Courant patriotique libre. L’alliance entre le CPL et le Hezbollah est stratégique, elle est basée sur une amitié plus solide que ce que certains s’imaginent. Les deux partis sont à bord d’un même navire. »

Ali Abdel Karim Ali, ambassadeur de Syrie au Liban
« Les positions du général Michel Aoun par rapport à la Syrie et à la Résistance sont très claires. Il faut maintenir les rapports fraternels entre le Liban et la Syrie et il est nécessaire de régler dans un cadre fraternel les problèmes liés au trafic d’armes qui se sont posés à cause du laisser-aller ou de la complicité de certaines forces politiques, en dehors du cadre de l’État. Les menaces qui pèsent sur la Syrie risquent de se répercuter sur le Liban, et vice-versa. »

Événements

• Trois personnes ont été blessés, dont deux soldats libanais, dans l’explosion dimanche de deux bombes sur la route menant de la Bekaa, à l’Est du Liban, dans la province de Homs en Syrie. La première bombe été placée au bord de la route à 200 mètres d’un barrage de l’armée libanaise et a explosé au passage du véhicule d’Imane Nassereddine. Blessée, elle a été transféré à l’hôpital gouvernemental du Hermel, selon l’Agence nationale d’information et la source de sécurité. À l’arrivée d’un véhicule militaire, une seconde bombe a explosé blessant un officier et un soldat. L’armée a quadrillé le secteur et ouvert une enquête.

• Le ministre de l’Énergie, Gebran Bassil, a estimé qu’Israël avait la capacité de parvenir aux ressources pétrolières offshore du Liban, indiquant que l’État hébreu a procédé à un forage à 4 kilomètres des eaux territoriales libanaises. « L’armée et la Résistance ont les moyens de protéger les réserves en hydrocarbures du Liban contre Israël », a cependant assuré M. Bassil lors d’une conférence de presse vendredi. « Nous ne permettrons pas à Israël de faire main basse sur nos ressources naturelles », a-t-il poursuivi. M. Bassil a par ailleurs appelé le chef de l’État Michel Sleiman et le Premier ministre démissionnaire Nagib Mikati à appeler à une réunion extraordinaire du gouvernement pour adopter les décrets toujours en suspens définissant les blocs offshore et leurs coordonnées ainsi que le partage des revenus.

• Le quotidien Al-Akhbar a rapporté que la voiture piégée, qui a été utilisée dans la tentative d’assassinat d’un haut responsable sécuritaire syrien à Damas, avait été préparé au Liban avant d’être envoyé dans la capitale syrienne.

• Un avion de chasse F-16 israélien s’est écrasé en mer Méditerranée dimanche en raison d’une défaillance technique, mais les deux membres de l’équipage ont été récupérés sains et saufs, a indiqué un porte-parole de l’armée. Selon des médias israéliens, il s’est écrasé au large de la bande de Gaza. « Le pilote et le co-pilote se sont éjectés et ils ont été transportés à l’hôpital », a précisé le porte-parole militaire. À la suite de cet incident, le commandant de l’aviation israélienne, le général Amir Eshel, « a ordonné que tous les avions F-15 et F-16 restent au sol jusqu’à plus ample information »

Revue de presse

As-Safir (Quotidien libanais proche du 8-Mars)
(5 juillet 2013)
Selon des sources bien informées, l’échange entre les présidents Michel Sleiman, Nabih Berry et Najib Mikati, à Baabda mercredi, s’est concentré sur la séance parlementaire convoquée par le chef du législatif le 16 juillet. Mais aucune sortie de crise n’aurait été possible pendant cette réunion. Nabih Berry aurait campé sur sa position en se prévalant de la constitutionnalité de cette séance et en invoquant l’art. 69 de la Constitution, tandis que M. Mikati aurait réitéré la nécessité de se limiter aux questions urgentes. Berry aurait également assuré que ni la date ni l’ordre du jour de la séance ne seront modifiés.

As-Safir (5 juillet 2013)
Selon des sources proches des deux hommes, la rencontre d’une quarantaine de minutes entre le président de la République Michel Sleiman et le général Michel Aoun a permis de briser la glace, d’autant plus qu’il a été qualifié de positive d’un commun accord. Des sources proches de la présidence n’ont pas exclu d’autres rencontres entre le chef de l’État et des dirigeants chrétiens, dont Sleiman Frangié. Elles indiquent de surcroît que l’intervention du patriarche maronite Mgr Béchara Raï a été déterminante dans la mesure où elle a déverrouillé les portes entre les chefs de file maronites. Cité par des personnalités qu’il a reçues, le prélat aurait en effet accordé la priorité aux efforts visant à souder les chrétiens, qui ne devraient plus, selon lui, être soumis à la dichotomie 8/14-Mars. Appelant les chrétiens à rejeter tout suivisme vis-à-vis de telle ou telle partie, le patriarche aurait considéré qu’ils pourraient ainsi conforter leur position et s’imposer sur l’échiquier pour contribuer, aux côtés des autres forces, à aplanir les obstacles et forger des compromis.

As-Safir (2 juillet 2013)
Kassem Kassir
Le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, a assuré que « toutes les campagnes qui visent le parti ou le ciblent personnellement n’auront aucun impact sur les orientations actuelles ». Il s’est dit satisfait des développements de la situation au Liban et dans la région, affirmant que « malgré le climat d’escalade, les résultats des événements seront dans l’intérêt des forces de la Résistance ».
Lors d’une rencontre fermée avec des responsables et des cadres du parti, sayyed Nasrallah les a rassurés et leur a expliqué les derniers développements au Liban, en Syrie et en Iran. « Les jours qui viennent prouveront la justesse des choix que nous avons pris ces deux dernières années, aussi bien au Liban qu’en Syrie », a-t-il dit.
Le leader du Hezbollah a souligné l’étroitesse des relations entre le Mouvement Hamas et le Hezbollah, démentant les informations sur la participation de combattants du mouvement islamiste palestinien dans les batailles aux côtés des rebelles syriens. Il a assuré que les contacts sont permanents entre les deux partis, ainsi que la coopération et la coordination pour faire face au climat sectaire et à la fitna dans la région. « Tous les développements sur le terrain et sur le plan politique se dirigent vers le mieux », a ajouté sayyed Nasrallah.
Les propos de sayyed Nasrallah interviennent dans le cadre de préparatifs entrepris par le Hezbollah pour adopter une nouvelle orientation sur les plans politique et médiatique afin de faire face à la campagne de dénigrement dont il est la cible depuis les combats d’Abra et les attaques intensives lancées contre lui par le Courant du futur et certains groupes islamistes. Le parti a pris la décision d’autoriser certains de ses responsables à apparaitre sur les médias pour répondre aux questions soulevées au sujet du rôle du Hezbollah au Liban et en Syrie. Cette décision s’est traduite par la participation du député Hassan Fadlallah, mardi dernier, à un talkshow sur OTV. Les dirigeants et responsables du Hezbollah devraient être plus présents prochainement aux niveaux médiatiques et populaires pour expliciter la vision du parti et pour exprimer son attachement à l’unité islamique et nationale. Son message est de dire que ce qui se passe actuellement n’est pas dirigé contre une communauté en particulier, mais constitue une réponse à l’apparition de groupes takfiristes, et que le parti est disposé à rétablir les ponts avec tous les mouvements islamistes pour discuter de tous les dossiers.

As-Safir (2 juillet 2013)
Le cheikh Ahmad el-Assir planifiait de commettre des attentats dans plusieurs régions du Liban dans le but de provoquer des dissensions confessionnelles sous les ordres d’un service de sécurité et financé par des hommes d’affaires connus.
Une source de sécurité a affirmé que des hommes d’affaires connus ont octroyé au cheikh Assir des sommes d’argent conséquentes et des appartements qui lui ont permis d’acheter des armes et des explosifs dans le but de commettre des attentats dans plusieurs régions libanaises. Cette même source a indiqué qu’un camion rempli d’armes avait traversé un barrage militaire sous le couvert d’un important service de sécurité, deux jours avant l’offensive militaire contre le bastion d’al-Assir à Abra, au Liban-Sud.

An-Nahar (Quotidien libanais proche du 14-Mars)
(5 juillet 2013)
La rencontre tripartite entre les présidents Michel Sleiman, Nabih Berry et Najib Mikati, à Baabda mercredi, a été l’occasion de débattre des divergences suscitées par l’interprétation de l’art. 69. M. Berry, a confirmé la date de la séance législative et souligné que tout le monde devrait y être présent pour débattre des projets proposés, chaque député pouvant par la suite adopter la position qu’il souhaite à cet égard. À la question de savoir si le Courant du futur pose comme condition la prorogation du mandat d’Achraf Rifi pour accepter celle du mandat de Jean Kahwagi, Nabih Berry a répondu : « Je n’en ai pas entendu officiellement parler, et le bloc du Courant du futur ne l’a toujours pas évoqué, mais certains de ses députés y ont fait référence. J’ai interrogé à ce propos les présidents Sleiman et Mikati, qui m’ont assuré n’être au courant de rien ».
Par ailleurs, les préparatifs sont engagés pour faire paraître le décret d’ouverture d’une session extraordinaire du Parlement, parallèlement au maintien d’une partie de l’ordre du jour, qualifiée de « raisonnable » par des sources informées.

An-Nahar (4 juillet 2013)
Sabine Oueiss
Le président du Parlement, Nabih Berry, s’est abstenu jusqu’ici de remettre au Premier ministre désigné, Tammam Salam, une liste de ministrables dont la désignation serait approuvée par le tandem chiite. Les prises de position de l’Ambassadeur saoudien sur le Hezbollah ne facilitent pas les choses non plus. Car ces déclarations laissent entendre que, pour la monarchie wahhabite, le parti chiite constitue la principale pierre d’achoppement de la formation du gouvernement. Ensuite, les conditions imposées par le 14-Mars obstruent elles aussi le chemin. En effet, les forces du 14-Mars ont demandé à Tammam Salam soit de composer son équipe ministérielle soit de rendre son tablier afin de mettre chaque partie face à ses responsabilités. Pour certaines sources politiques, le dossier se retrouve de nouveau dans l’impasse et retourne à la case départ, ayant était encore une fois pris en otage par un autre problème, celui du blocage de la séance parlementaire.

An-Nahar (4 juillet 2013)
Le président du Parlement, Nabih Berry, a répondu à ses détracteurs et à ceux qui critiquent sa relation avec le Hezbollah, affirmant que les accusations lancées contre le parti sont mal placées et ceux qui les lancent cherchent à couvrir les erreurs qu’ils ont commises à Saïda. Selon lui, le Hezbollah « n’a pas besoin de couverture car la sienne est très large et est faite de fils de coton libanais de très haute qualité et arabes par excellence. » « C’est un parti résistant qui n’a pas besoin de mon soutien », a-t-il dit, appelant à l’arrêt des « politiques étroites ».
S’exprimant devant ses visiteurs, M. Berry est revenu deux ans en arrière, rappelant comment il avait interdit à ses partisans de répondre à cheikh Ahmad al-Assir, qui était pourtant sorti de toutes les règles de la courtoisie et du discours politique.

An-Nahar (3 juillet 2013)
Des sources concernées ont indiqué que la rencontre entre l’ambassade d’Arabie saoudite au Liban, Ali Awad al-Assiri, et le chef du Bloc du Changement et de la Réforme, Michel Aoun, a duré une heure avant que le diplomate ne soit l’hôte du général à déjeuner. La rencontre a été jugée positive et a porté sur les développements internes. Elle reflète la volonté de l’ambassadeur de s’ouvrir à toutes les forces politiques libanaises, conformément aux instructions du roi Abdallah de déployer tous les efforts pour préserver la stabilité du Liban, qui est une constante de la politique du royaume.
Les mêmes sources indiquent que la réunion ne s’inscrit pas dans le cadre des étroits calculs internes, comme l’ont interprété certain. Le général Aoun aussi a voulu l’inscrire dans le cadre d’une volonté d’ouverture sur l’Arabie saoudite, pour montrer son « indépendance » d’un part, et pour protéger la présence des expatriés libanais dans le Golfe d’autre part. Surtout que des craintes entourent le sort de certains milieux Libanais dans ces pays après la décision du Conseil de coopération du Golfe de prendre des mesures contre ceux d’entre eux qui soutiennent le Hezbollah.
Commentant la visite d’Assiri à Rabié, le ministre de l’Énergie et de l’Eau du gouvernement démissionnaire, Gebran Bassil, a déclaré : « Cette visite est positive et elle ne doit pas gêner nos alliés. Lorsqu’eux font preuve d’ouverture en direction de nos adversaires, nous le prenons d’une manière positive, ils doivent en faire de même, car ce type de rencontres réduit la distance entre les protagonistes locaux et avec les parrains régionaux ».

Al-Akhbar (Quotidien libanais proche de la Résistance)
Ghassan Seoud, (5 juillet 2013)
Pour les cercles liés aux Forces libanaises, leur chef Samir Geagea constitue l’un des piliers de la politique états-unienne dans la région. Ses sympathisants y voient un visionnaire, et saluent « la précision, la prudence et la justesse » de ses positions. Geagea, disent-ils, soutient la volonté du peuple. Il était avec le peuple lorsque Hosni Moubarak était au pouvoir. Il a été avec le peuple lorsque les Frères musulmans l’ont détrôné pour prendre sa place. Mais il semble que les États-Unis n’ont pas informé Geagea que la page des « Frères » serait tournée. Il faudra donc prévoir le contraire de tout ce qu’il dit. Le problème du chef des FL —tout comme celui de l’ancien émir du Qatar Hamad Bin Khalifa— réside dans son excès de zèle, qui l’empêche de trouver une sortie sûre, à lui et à son public, à chaque revirement de la « volonté internationale ». Et le deuxième problème est que Hamad Ben Khalifa est parti à la retraite.

Al-Akhbar (4 juillet 2013)
Mayssam Rizk
Il faut rechercher dans les coulisses du Courant du Futur (CDF) les véritables raisons de la guerre menée par ce parti contre l’armée libanaise, sous prétexte que le commandement de la troupe n’a pas répondu à ses questions au sujet de ce qui s’est passé à Saïda. Cette guerre s’inscrit en fait dans le cadre de la campagne contre le Hezbollah. Le Courant du futur tente d’instrumentaliser cette campagne pour la monnayer sur le plan politique et populaire. En cherchant à impliquer, de force, le Hezbollah dans la bataille de Saïda, le Futur vise à barrer la voie à tout compromis qui le contraindrait à participer à un gouvernement aux côtés du Hezbollah ou à octroyer le tiers de blocage au camp dont ce dernier fait partie. Le CDF s’en prend à l’armée en gardant un œil sur le gouvernement.

Al-Akhbar (4 juillet 2013)
Ibrahim al-Amine
Les événements en Égypte constituent un séisme politique dont l’onde de choc s’étendra, à n’en pas douter, à plusieurs régions du monde. Tout l’autoritarisme et l’exclusion pratiqués par les Frères musulmans n’ont pas empêché les gens de protester, par des manifestations et par d’autres moyens. Par un comportement tyrannique, les Frères Musulmans ont sollicité un appui extérieur et se sont tournés immédiatement vers les États-Unis parce qu’ils pensaient que Washington sera capable de trancher. D’où une question corollaire : Doivent-ils à Washington leur arrivée au pouvoir voici un an ? Le projet de l’Occident et de ses alliés arabes consistant à mettre la main sur le monde arabe est en train de s’enliser. Il existe un lien entre la guerre ouverte en Syrie et le conflit avec Israël : ceci veut dire qu’il faudra s’attendre à une nouvelle approche vis-à-vis de ce dossier dans la prochaine étape.

Al-Akhbar (2 juillet 2013)
Nasser Charara
Selon certaines sources, la vague de pessimisme qui frappe le Liban a pour source une évaluation de la situation sécuritaire adoptée fin mars par la Direction de la protection et de la sécurité au Conseil de sécurité des Nations unies. Ce rapport estime que « la sécurité au Liban est sortie de tout contrôle et la tension interne, due à des facteurs intérieurs et extérieurs, présage d’un embrasement général qui pourrait survenir à tout moment ».
Cette évaluation a été prise très au sérieux sur le plan international car la Direction de la protection et de la sécurité a pris des mesures pratiques en se basant sur son contenu. Parmi ces mesures, une note adressée à la présidence du Conseil de sécurité, lui recommandant de ne pas dépêcher ses missions logistiques au Liban avant d’avoir obtenu son aval.
Ces sources ajoutent que la Direction de la protection et de la sécurité a construit son rapport, officiellement adopté par le Conseil de sécurité, conformément à des données politiques et de services de renseignement, faisant état d’un grand risque de propagation du conflit syrien au Liban et de l’existence d’un activisme de plus en plus important sur la scène sunnite libanaise de la part de dangereux groupes salafistes. Ces données indiquent que le Liban pourrait être utilisé par ces groupes comme champ d’action et non plus seulement comme une scène de soutien aux rebelles syriens.
L’élément le plus important de ce rapport indique que ces groupes planifient des assassinats de certaines personnalités libanaises ayant une grande influence sur la réalité politique et sécuritaire libanaise. Parmi leurs cibles privilégiées figurent le président du Parlement, Nabih Berry, et le commandant en chef de l’Armée libanaise, le général Jean Kahwaji, ainsi que d’autres officiers. Ces mêmes sources ajoutent que les personnalités menacées ont été informées des dangers qui pèsent sur elles afin qu’elles prennent les mesures nécessaires. Des sources de sécurité précisent que ces informations sont récentes et proviennent de milieux crédibles et n’ont rien à voir avec les données transmises il y a quelques mois aux autorités libanaises par des services européens.
Les sources ajoutent que le Liban a traversé, entre les mois d’avril et de juin, une période délicate qui a menacé sa stabilité, précisant que si la fermeté —avec le soutien international— n’avait pas été utilisée lors des événements de Saïda, les groupes salafistes auraient alors mis en œuvre leur plan et le Liban aurait explosé.
Le CentCom US, le Pentagone ainsi que les milieux concernés au sein de l’Union européenne, ont réagi avec le plus grand sérieux aux évaluations de la Direction de la protection et de la sécurité et ont élaboré des politiques d’urgence pour empêcher l’effondrement de la stabilité au Liban.

Al-Joumhouria (Quotidien libanais proche du 14-Mars)
(4 juillet 2013)
Selon des sources informées, le chef du Parti socialiste progressiste (PSP), Walid Joumblatt, se dirige vers une réorientation de ses relations politiques à l’instar de ce qu’elles étaient avant 2005. Ses relations avec le Hezbollah sont désormais stables et sont coordonnées par le ministre Ghazi Aridi, qui est prêt à rétablir les ponts avec le régime syrien si cela s’avère nécessaire.
Dans le même contexte, M. Joumblatt a donné ses instructions pour une reprise des contacts avec le Parti syrien national social (PSNS) après une rupture de plusieurs années. Deux rencontres bilatérales ont lieu entre les deux partis, la première à Aley et la seconde à Choueifat.
Avec le Mouvement Amal, M. Joumblatt entretient une alliance à tous les niveaux. Il ne prend aucune décision sans s’être concerté au préalable avec le président du Parlement, Nabih Berry. Ces deux derniers jours, le chef du PSP était extrêmement remonté contre « la folie » qui a abouti au torpillage de la séance parlementaire, estimant que M. Berry est « une garantie nationale et un besoin pour arrondir les angles et préserver la paix civile ».
Partant de ces données, des observateurs de la scène politique font état de « changements dramatiques » dans un proche avenir, à la lumière des contacts entre l’ambassade d’Arabie saoudite et le chef du Bloc du Changement et de la réforme, Michel Aoun. La question qui se pose est celle de savoir si Riyad parviendra à conclure une réconciliation entre le Courant du futur et Aoun, après les prises de positions critiques du général et du ministre Gebran Bassil à l’égard du Hezbollah.
En parallèle, le PSP remplacera-t-il le Courant patriotique libre en tant que principal allié du Hezbollah ? Serions-nous alors devant une alliance politique Joumblatt-Berry-Hezbollah, sachant que le chef du PSP pourrait assurer une couverture politique au Hezbollah dans la période à venir ?
Cela dépendra de l’évolution des relations entre M. Joumblatt et l’Arabie saoudite. Si cette relation s’améliore et si M. Joumblatt sent que Riyad a encore besoin de lui, comme par le passé, il choisira cette voie.
Ceci dit, le Hezbollah n’abandonnera pas ses alliés au sein de la communauté druze, notamment l’ancien ministre Wiam Wahhab.

Al-Hayat (Quotidien à capitaux saoudiens, 5 juillet 2013)
Mohammad Choucair
Des sources qui suivent la relation entre le Hezbollah et le Courant patriotique libre (CPL) pensent que même si les divergences entre les deux partis s’approfondissent, elles n’atteindront jamais le divorce politique et la rupture. Ce qui se passe actuellement peut être géré sous un plafond empêchant que le différend ne débouche sur un mélange des cartes politiques, en prévision de la conclusion de nouvelles alliances.
Les mêmes sources affirment que le Hezbollah est certes gêné par les critiques qui lui sont adressées par le général Michel Aoun et les plaintes de ce dernier contre ses agissements politiques, notamment dans les dossiers parlementaire et gouvernemental. Mais il refuse d’exprimer ouvertement son insatisfaction afin de permettre aux médiateurs de se pencher sur les points de désaccord afin de leur trouver des solutions et, par conséquent, rajeunir leur alliance stratégique.
Ces sources indiquent que le général Aoun a un besoin urgent de hausser le ton face à son alliés, les accusant de ne pas être prêts, à ce stade, à édifier le projet de l’État, à cause de certaines interrogations à l’intérieur du CPL au sujet de l’avenir de la relation avec le Hezbollah. Aoun a été contraint d’exprimer son mécontentement de l’attitude du Hezbollah pour gérer la base de son parti.
Les sources précitées ajoutent que le général Aoun n’a pas caché devant certains ambassadeurs sa gêne à l’égard du fait que le Hezbollah n’était pas sur la même longueur d’onde que lui sur certains dossiers. Sans doute a-t-il voulu lancer des messages comme quoi il était disposé à adopter des politiques distinctes de celles de ses alliés. De même qu’il n’a pas caché son appréhension à l’égard du soutien du tandem chiite à la prorogation du mandat du commandant en chef de l’Armée, le général Jean Kahwaji, sans en avoir discuté avec lui au préalable, en dépit de l’importance que revêt ce poste considérée comme l’une des principales fonctions occupées par les maronites.
Malgré cela, les sources ne sont pas inquiètes de l’avenir de la relation entre le Hezbollah et le CPL. Et les messages que Aoun essaye de faire parvenir au Hezbollah n’ont pas atteint le stade de l’avertissement, car les deux partis ont besoin l’un de l’autre.

L’Orient-Le Jour (Quotidien libanais francophone proche du 14-Mars)
Scarlett Haddad (2 juillet 2013)
Deux lectures contradictoires sont faites après la bataille d’Abra et la disparition —jusqu’à nouvel ordre— de cheikh Ahmad el-Assir. La première prévoit une recrudescence des actes de violence et peut-être même un embrasement généralisé au Liban, l’opération militaire qui a mis fin au mouvement de cheikh Assir ayant exacerbé les tensions confessionnelles, et la seconde, au contraire, estime que l’opération militaire d’Abra a porté un coup au projet de discorde confessionnelle, l’armée libanaise ayant réussi à s’interposer entre le cheikh et ses hommes, d’un côté, et le Hezbollah et les Brigades de la résistance, de l’autre.
Ce qui ressort toutefois des deux lectures, c’est que les événements d’Abra sont suffisamment importants pour marquer la suite des développements au Liban.
Le « phénomène Assir » n’est donc pas un accident de parcours, ni la réaction de la rue sunnite à Saïda aux armes du Hezbollah. La bataille menée contre l’armée libanaise pendant près de 48 heures et le nombre relativement élevé de martyrs, les armes utilisées et les combattants, dont une grande partie sont syriens et palestiniens, engagés dans les affrontements, ainsi surtout que les dépôts trouvés et les tunnels souterrains découverts dans le complexe occupé par le cheikh salafiste et ses hommes, montrent qu’il s’agissait bien d’un projet global de discorde confessionnelle entre les sunnites et les chiites à partir de Saïda, portière du Sud et voie de passage obligée pour les combattants du Hezbollah, mais aussi pour son assise populaire.
Ce projet qui, selon des sources militaires, se préparait depuis plus d’un an, les préparatifs et les installations, ainsi que la nature des armes trouvées, les charges explosives, étant des indices concluants à ce sujet. Il bénéficierait aussi de l’appui plus ou moins déclaré de nombreuses parties locales, arabes et régionales, notamment l’opposition syrienne et ses soutiens. Les deux lectures sont d’accord sur ces éléments. Mais c’est sur la suite qu’elles divergent. Pour la première, soutenue par certains milieux diplomatiques européens qui confient leur inquiétude sur la possibilité d’un embrassement généralisé au Liban surtout à cause de l’intervention du Hezbollah en Syrie, l’opération de l’armée contre le fief de cheikh Assir a radicalisé encore plus la rue sunnite et va pousser celle-ci à réagir encore plus violemment. Même au sein du courant du Futur, considéré comme la formation modérée des sunnites, certaines figures adoptent un ton désormais bien plus agressif, notamment à l’égard de l’armée, et poussent vers des protestations populaires plus musclées pour exiger des concessions de la part du Hezbollah et le retrait de ses hommes de Syrie. Même la remise par ce dernier des appartements qu’il occupait à Abra face au fief de cheikh Assir à l’armée libanaise (le dignitaire salafiste avait exigé l’évacuation de ces appartements et le courant du Futur a repris à son compte cette revendication) n’a pas été jugée suffisante par le courant du Futur qui veut désormais la dissolution des « Brigades de la résistance » —ces unités formées de volontaires non chiites enrôlés dans la résistance et qui comptent beaucoup de partisans sunnites à Saïda—, le retrait des combattants de Syrie et la remise à la justice de ceux qui auraient tiré contre la villa de Bahia Hariri à Majdelyoun. Selon cette lecture, le coup de force contre Ahmad el-Assir a donc aiguisé les haines confessionnelles et cette tension qui est en train d’atteindre son apogée ne peut que se traduire par des actes de violence sur le terrain, face à un affaiblissement de toutes les institutions de l’État —dont l’armée libanaise— et à la présence massive de déplacés syriens au Liban, qui constitue une bombe à retardement.
La seconde lecture, quant à elle, estime au contraire que le coup de force de l’armée contre le fief du cheikh salafiste a porté un coup dur au projet de déstabilisation du Liban, voulu par certaines parties locales et arabes pour frapper le Hezbollah et l’entraîner dans un conflit interne. Même si le projet n’est pas totalement neutralisé, selon cette lecture, il lui faudra du temps pour se reconstituer, trouver une autre figure de proue et un autre lieu de confrontation. Tripoli, malgré son bouillonnement permanent et la colère des islamistes après l’opération militaire à Abra, ne constitue pas vraiment une menace pour le Hezbollah et a peu de chances de l’entraîner dans un conflit interne, les chiites étant pratiquement absents du Nord, alors qu’Ersal ne peut bouger que si, de l’autre côté de la frontière, l’opposition syrienne contrôle la région. Certes, les incidents se multiplient à Beyrouth, entre Tarik Jdidé, Sabra et Chatila, d’un côté, et la banlieue sud, de l’autre, mais on ne peut pas encore envisager un embrasement généralisé à partir de ce secteur. De plus, selon cette lecture, le Hezbollah est parfaitement conscient du piège qu’on voudrait lui tendre et il évite de répondre aux provocations. Or, sans sa participation, il ne peut y avoir de grande confrontation.
Toutefois, ce qui attire l’attention des observateurs, c’est l’inconnue chrétienne. Les deux lectures se posent ainsi des questions sur l’existence d’une volonté d’entraîner les chrétiens dans la confrontation entre les sunnites et les chiites. Il y a eu d’abord une tentative dans la Montagne druze, avec l’envoi de deux roquettes sur la banlieue sud. Mais les leaders druzes, Walid Joumblatt en tête, ont rapidement réagi pour fermer la voie à toute tentative de déstabilisation dans cette région. Il y a eu alors la découverte de deux rampes de missiles à Ballouné, puis deux charges explosives posées à l’entrée de Zahlé et enfin les propos de l’ancien directeur général des FSI Achraf Rifi accusant Zghorta de fournir des armes à Jabal Mohsen. Les régions chrétiennes pourraient-elles servir de détonateur ? La probabilité reste faible, mais la vigilance est de mise.

Al-Raï (Quotidien koweitien, 3 juillet 2013)
Sans doute que les États-Unis et le Hezbollah ne s’apprécient guère, d’autant que Washington place le parti sur sa liste des organisations terroristes. Mais cela ne les empêchent pas de se retrouver dans leur soutien à l’Armée libanaise. Alors que la bataille entre l’Armée et le groupe d’Ahmad al-Assir faisait rage à Saïda, la semaine dernière, le responsable du Desk Liban au cabinet du secrétaire à la Défense, Andrew Exum, a émis le tweet suivant : « J’apprécie comment (le Hezbollah) incite les Libanais à soutenir l’Armée ». S’adressant au secrétaire général du Hezbollah, qu’il a appelé « Abou Hadi », le responsable états-unien a ajouté : « Voilà que nous sommes d’accord sur le fait que l’État doit monopoliser la violence ».
La convergence entre les États-Unis et le Hezbollah dans leur soutien à l’Armée et à son commandant en chef, le général Jean Kahwaji, aujourd’hui et peut-être dans des rôles futurs, pourrait être le fruit du hasard. Mais l’attitude US vis-à-vis du Liban ne semble pas en harmonie avec sa politique au Proche-Orient. Certes, la politique étrangère de l’administration Obama est confuse, mais pour ce qui est du Liban, les positions semblent émaner d’une administration différente de celle qui gère le dossier syrien.
La bataille de Saïda a mis en évidence les contradictions états-uniennes. L’enthousiasme montré par Washington pour la liquidation du groupe d’al-Assir n’était pas justifiée, car ni le cheikh ni son groupe ne figurent sur la liste terroriste. Il s’agit d’un groupe armé, comme il en existe tant d’autres du Nord au Sud du Liban. Certains sont considérés comme terroristes par les États-Unis et d’autres s’en sont déjà pris à l’Armée libanaise, sans qu’ils ne réagissent.
La contradiction dans la gestion états-unienne des dossiers du Liban et de la Syrie est clairement apparue lors de la réunion qui a groupé à Beyrouth l’ambassadeur US et les représentants des autres États membres permanents du Conseil de sécurité. Des sources de Washington indiquent que lors de cette rencontre, Mme « Connelly a écouté avec intérêt et acquiescement les propos de l’ambassadeur de Russie sur la nécessité pour l’Armée libanaise de faire face au danger de l’extrémisme et du terrorisme qui menace le Liban ». Cela ne signifie pas que Mme Connelly fait cavalier seul à Beyrouth. Le chef d’état-major interarmes, le général Martin Dempsey, a souligné la nécessité d’envoyer des instructeurs militaires pour entrainer l’Armée libanaise, la même armée à qui Washington craignait, il y a quelques années, de remettre des équipements de vision nocturne de peur qu’ils ne tombent entre les mains du Hezbollah.
Mais il semble que la lutte contre les islamistes, qu’ils soient extrémistes ou pas, est la priorité des États-Unis. Ce qui signifie que Washington est déterminé à soutenir l’Armée libanaise, même si celle-ci est l’alliée du Hezbollah —conformément à la déclaration ministérielle—, au lieu de demander le désarmement de tous les groupes armés, conformément aux résolutions 1559 et 1071.

Izvestia (Quotidien russe, 5 juillet 2013)
L’Égypte était jusqu’à maintenant l’un des pays musulmans les plus actifs pour faire chuter le régime du président syrien Bachar al-Assad. Pendant les manifestations massives du Caire les activistes des Frères musulmans, ancien parti au pouvoir, ont même appelé à lancer un jihad contre le gouvernement de Damas. Au final, le Proche-Orient n’a pas assisté au renversement du régime d’al-Assad, mais à celui de Mohammed Morsi, ce qui pourrait rayer l’Égypte de la liste des ennemis principaux de la Syrie —en tout cas pour un certain temps—. Les autorités syriennes, de leur côté, semblent satisfaites par les évènements. « C’est la chute du prétendu islam politique. Tel est le sort de tous qui tentent de se servir de la religion à des fins politiques ou lucratives », a annoncé Bachar al-Assad non sans sarcasme.
La coalition anti-Assad dans le monde musulman est en effet profondément affaiblie par ce retournement. C’est que l’Égypte, malgré ses récents problèmes financiers, est toujours restée centrale pour l’islam et son comportement a été décisif pour ses voisins arabes sur de nombreuses questions.
« La coalition anti-Assad est en crise. Le printemps arabe a touché non seulement l’Égypte mais aussi beaucoup d’autres pays qui s’occupent actuellement de leurs problèmes intérieurs comme la Turquie », estime Sergueï Seregitchev de l’Institut du Proche Orient. Selon lui, les services secrets égyptiens comprennent la situation au Proche-Orient et continuent à surveiller les évènements en Syrie. « Compte tenu de l’instabilité égyptienne, ils n’ont aucune envie de laisser entrer en Égypte un flot d’armes et de combattants islamistes de Syrie », indique Sergueï Seregitchev.
La neutralisation temporaire d’un des pays de la coalition anti-Assad pourrait faciliter la situation de Damas. Ces dernières temps l’avantage est manifestement du côté des troupes gouvernementales, qui ont bloqué les combattants de l’Armée syrienne libre dans la ville de Homs et lancé une offensive sur tout le territoire du pays.

Source
New Orient News

Pierre Khalaf

Chercheur au Centre d’Etudes Stratégiques Arabes et Internationales de Beyrouth.

 
Les cauchemars des ennemis de la Syrie
Les cauchemars des ennemis de la Syrie
« Tendances de l’Orient »
 

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.