Réseau Voltaire

L’Allemagne met fin à l’absence de surveillance des espions alliés

+

Le gouvernement allemand a décidé de mettre fin à l’accord tacite, mis en place en 1945, selon lequel il s’abstient de surveiller les activités d’espionnage sur son sol des services britanniques, français et états-uniens.

Cette décision fait suite à deux scandales importants : d’abord la découverte l’an dernier de la mise sous écoutes par la NSA du portable de la chancelière Merkel, ensuite la découverte cette semaine d’un agent double au sein des services allemands qui a transmis plus de 300 documents confidentiels à la CIA (notamment des documents internes de la Commission parlementaire sur les écoutes de la NSA).

La remise en cause des relations d’espionnage entre Washington et Berlin pose de très graves problèmes aux États-Unis qui utilisaient le territoire allemand pour de nombreuses opérations. Le directeur de la CIA, John Brennan, devrait informer, dans les prochains jours, des conséquences de cette décision les parlementaires habilités au Congrès.

Cependant, l’Allemagne ne sera pas pour autant un État indépendant de Washington : à la fin de l’occupation alliée, la RFA a concédé un traité qui autorise Washington à utiliser ses bases militaires en Allemagne comme il le souhaite sans en référer au pays hôte.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.