Réseau Voltaire

Pilotes

Un pilote russe a été abattu par des jihadistes turcs opérant en Syrie durant son saut en parachute, alors qu’il tentait de survivre à la destruction de son appareil par la chasse turque. Son coéquipier a survécu. Les tirs ont été annoncés et revendiqués par Alparslan Çelik, le commandant turc des milices turkmènes du Nord de la Syrie. Les armes de ces milices, qui ont servies à tuer le pilote russe, ont été fournies par la Turquie.

| Belgrade (Serbie)
+
JPEG - 54.3 ko
Le jihadiste turc, Alparslan Çelik, qui a revendiqué avoir fait tirer sur les pilotes russes durant leur descente en parachute, faisant le salut de l’organisation néo-fasciste Les Loups Gris

Il n’y a pas de guerre sans les Allemands ni sans les Turcs, diraient la plupart des Serbes. Il n’y avait que les pilotes allemands, pendant les bombardements de Belgrade, le 6 avril 1941, pour tirer sur les pilotes de l’aviation royale yougoslave, pendant qu’ils descendaient avec leurs parachutes après que leurs avions aient été abattus. Quelques-uns d’entre eux ont été tués pendant qu’ils pendaient, impuissants, emmêlés dans les fils de leurs parachutes. L’histoire de la Deuxième Guerre mondiale ne connait pas d’autres cas similaires. Parce qu’un pilote dont l’avion a été abattu, pendu à son parachute, est pratiquement un combattant sorti du jeu. Tirer sur lui, c’est tout au moins un acte immoral, voire un crime de guerre selon le droit international.

C’est exactement ce qui s’est passé en Syrie. Les rebelles « modérés », ou bandits du Front al-Nosra ou de l’État islamique, ou les Turkmènes de la région, ont ouvert le feu sur les pilotes russes pendant qu’ils descendaient en parachutes de leur SU-24 préalablement abattu. L’un des pilotes a été touché et blessé en l’air, puis tué lorsqu’il a touché le sol, l’autre pilote a été sauvé.

Aucun média occidental n’a mentionné le fait qu’on avait tiré sur les pilotes russes pendant leur saut en parachute. Est-ce la déontologie de l’Otan ? Est-ce le code moral de l’UE ? Si cela était arrivé à un pilote occidental, des larmes auraient coulé dans les ruisseaux des médias, des bougies auraient été allumées de Londres à Sidney. J’ai couvert l’opération Tempête du désert, en janvier 1991. L’aviation italienne était partie bombarder l’Irak avec des avions Tornado et le 18 janvier l’un d’entre eux a été abattu avec leurs pilotes, le commandant Gianmarco Bellini, et le capitaine Maurizio Cocciolone. Les Irakiens les ont capturé tous les deux. Le capitaine Cocciolone avait été conduit devant les caméras de la télévision irakienne, le 20 janvier, et dans une émission spéciale, il a dit, en exprimant le repentir et avec des larmes aux yeux qu’il ne savait pas pourquoi on bombardait l’Irak, que c’était un crime, qu’il était là par erreur et que le « président de l’Irak, Saddam Hussein était un homme admirable et noble ». À vrai dire, il avait quelques coccards très visibles sur son visage.

Le lendemain, les médias occidentaux ont titré « Torture et sadisme sur le pilote italien », « Violation de la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre », « Sauvagerie et barbarisme ». Le commandant Bellini et le capitaine Cocciolone sont restés vivants, pas les pilotes russes. Silence total dans les médias occidentaux concernant ce barbarisme. Est-ce que la vie d’un pilote russe, ou serbe, vaut moins que la vie des as de Top Gun ? Ou que la vie d’un pilote d’un pays arabe ? Vit-on dans une époque de double poids, double mesure, ou bien dans une époque d’un apartheid silencieux et rampant, où les nouveaux conquistadors, arrogants et avec un chewing gum à la bouche, tirent sur tout ce qui n’est pas occidental ? Est-ce qu’à cause de cela aussi, des bombes explosent à Paris ?

La Turquie a définitivement ôté son masque. Le SU-24 russe n’a jamais été une menace pour sa sécurité. Il a été abattu sans aucun avertissement visuel, et apparemment, sans aucun avertissement radio. Et les règles internationales sont claires là-dessus, les pilotes turcs ne les ont pas respectées. Le profit du pétrole terroriste a appuyé sur le bouton pour lancer leurs missiles. Si un autre pays avait fait la même chose, l’Occident l’aurait accusé de terrorisme étatique. Mais la Turquie est membre de l’Otan…

Traduction
Svetlana Maksovic

Source
Politika (Serbie)

Miroslav Lazanski

Miroslav Lazanski Né en 1950 à Karlovac, Croatie. Diplômé de la Faculté de Droit à Zagreb, où il a débuté sa carrière de journaliste. Après avoir travaillé pour plusieurs journaux et magazines, en 1991 il commence à travailler pour le quotidien serbe Politika, où il travaille encore aujourd’hui. Il a été reporter de guerre en Syrie, Afghanistan, Tchétchénie, Congo, Irak, Iran, Liban, Yémen et Lybie. Il a réalisé des interviews de personnalités de l’OTAN, de l’URSS, et d’une cinquantaine de ministres des Affaires étrangères, de hauts militaires des armées russe, chinoise et japonaise. C’est le seul journaliste yougoslave qui a navigué à bord du sous marin atomique USS Tautog, qui a volé à bord d’un F-14, qui a visité le porte avions USS John F. Kennedy et qui a volé dans un Mig-29. Il a été l’invité des académies militaires en Russie, Japon, États-Unis, Australie, Italie, Grande-Bretagne, Allemagne, Roumanie, etc. Il a tenu une rubrique dans le journal grec Kathimerini, dans le journal japonais Securitarian, et The Diamond Weekly. Il est auteur de dix ouvrages.

 
La Serbie, un candidat souple
La Serbie, un candidat souple
Adhésion à l’UE
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.