Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

Pour l’Italie nouveau gouvernement, même « allié privilégié »

Contrairement à la manière dont il se présente, le nouveau « gouvernement du changement » italien n’est aucunement « anti-système » : il remet certes en cause le fonctionnement de l’Union européenne, mais surtout pas sa vassalité aux États-Unis via l’Otan. Les structures restant en place, les proclamations sur le rapprochement avec la Russie, par exemple, resteront lettres mortes.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 38.4 ko

Le Contrat pour le gouvernement du changement, stipulé par Luigi Di Maio et Matteo Salvini au nom du Mouvement 5 Stelle et de la Lega, d’un côté « confirme l’appartenance à l’Alliance Atlantique, avec les États-Unis d’Amérique comme allié privilégié », de l’autre promet « une ouverture à la Russie, à percevoir non pas comme une menace mais comme un partenaire économique et commercial (raison pour laquelle est opportun le retrait des sanctions), à réhabiliter comme interlocuteur stratégique afin de résoudre les crises régionales » et même comme « partenaire pour l’Otan ».

La formule n’est pas nouvelle : en juin 2016 le premier ministre Matteo Renzi assurait au président Poutine que « la Guerre froide est sortie de l’histoire » et que « Europe et Russie doivent être d’excellents voisins ». Un mois plus tard, au Sommet de Varsovie, Renzi souscrivait au pacte stratégique UE-Otan contre la Russie. Comment va faire le nouveau gouvernement pour ne pas « percevoir » la Russie comme une menace et pour agir en conséquence, alors qu’il reste dans l’Otan qui, sous le commandement de l’« allié privilégié », est militairement toujours plus engagée contre la « menace russe » ?

Le nouveau gouvernement, qui entend « réévaluer notre présence dans les missions internationales sous le profil de leur importance effective pour l’intérêt national », retirera-t-il les troupes italiennes déployées en Lettonie et les chasseurs-bombardiers italiens déployés en Estonie au bord du territoire russe sous le prétexte, inventé par l’Otan, d’affronter « l’agression russe » ?

Empêchera-t-il que les commandements et les bases US/Otan en Italie, de Vicence à Aviano, de Naples à Sigonella, soient employés pour des opérations militaires contre la Russie ? Le nouveau gouvernement, avant tout, refusera-t-il les nouvelles bombes nucléaires B61-12 que les USA se préparent à déployer en Italie contre la Russie, en exposant notre pays à des dangers croissants en tant que base avancée de la stratégie nucléaire des États-Unis ?

Refusera-t-il de fournir au Pentagone, dans le cadre de l’Otan, pilotes et avions pour l’attaque nucléaire ? Demandera-t-il aux USA, sur la base du Traité de non-prolifération jusqu’ici violé, de déplacer toute arme nucléaire hors de notre territoire, et adhèrera-t-il au Traité de l’Onu sur l’interdiction des armes nucléaires (comme Luigi Di Maio s’est engagé à le faire en signant l’Ican Parliamentary Pledge) ?

La décision de ne pas adhérer au Traité de l’Onu a été prise, avant qu’au Parlement, dans le Conseil Atlantique-Nord, où selon les normes Otan « il n’y a pas de votation ni de décision à la majorité », mais « les décisions sont prises à l’unanimité et d’un commun accord » : c’est-à-dire d’accord avec les États-Unis d’Amérique à qui reviennent de droit la charge de Commandant Suprême Allié en Europe et les autres commandements clé.

Concernant l’industrie militaire, le Contrat juge « indispensable d’exercer sa tutelle, avec une attention particulière sur le financement de la recherche, sur la conception et la construction des navires, des aéronefs et sur les systèmes de communication ».

Qu’y a-t-il de nouveau, dans le programme du « gouvernement du changement », par rapport au Livre Blanc pour la Défense institutionnalisé par le gouvernement de Paolo Gentiloni, qui définit l’industrie militaire comme « pilier du Système Pays » ? Le nouveau gouvernement interrompra-t-il ou poursuivra-t-il sa participation au programme du chasseur états-unien F-35, qui engage l’Italie à en acheter 90 pour une dépense de 13 à 16 milliards d’euros ? Et, concernant la dépense militaire, le nouveau gouvernement refusera-t-il de l’augmenter ou conservera-t-il l’engagement, pris par les précédents gouvernements avec les USA et l’Otan, de la porter des actuels environ 70 millions d’euros par jour à environ 100 millions d’euros par jour ? Dépense inévitable si on veut garder les États-Unis d’Amérique comme « allié privilégié ».

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.