Réseau Voltaire

L’Allemagne se positionne contre la directive Feltman

+

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a annoncé dans un tweet, le 14 septembre 2018, que son pays était prêt à participer à la reconstruction de la Syrie « s’il existe une solution politique menant à des élections libres ».

Pour la première fois, un dirigeant occidental évoque la possibilité de reconstruire la Syrie au cours de la mise en œuvre d’une solution politique et non pas une fois les objectifs de guerre occidentaux officiels (le « changement de régime ») réalisés. Ce faisant l’Allemagne est le premier État à se positionner discrètement contre la directive Feltman rendue publique par la Russie [1].

M. Maas s’exprimait avant une rencontre avec son homologue russe, Sergueï Lavrov et après que son homologue de la Défense, Ursula von der Leyen, ait ordonné à la Bundeswehr de se préparer à participer à un bombardement allié de la Syrie.

Le gouvernement Merkel tente à la fois de satisfaire les États-Unis, dont plusieurs milliers de soldats sont les « hôtes » de l’Allemagne, et la Russie, avec qui il espère travailler.

[1] « Paramètres et principes de l’assistance des Nations Unies en Syrie », par Jeffrey D. Feltman ; et notre commentaire : « Comment l’administration de l’Onu organise la guerre », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 3 septembre 2018.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.