Réseau Voltaire

La France lance un mandat d’arrêt contre le numéro 2 syrien

+

Un juge d’instruction français vient de mettre en examen trois personnalités syriennes, dont le général Ali Mamlouk, pour «  complicité d’actes de tortures  », «  complicité de disparitions forcées  » et «  complicité de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et de délits de guerre  ».

Le juge a émis des avis de recherche internationaux afin d’empêcher les prévenus de voyager. Le général Mamelouk, numéro 2 du régime syrien, s’est récemment déplacé en Europe, dans le Golfe et en Afrique du Nord pour y conduire des négociations en accord avec les États-Unis.

Le magistrat français se fonde sur le « Rapport César » comprenant près de 50 000 photographies prises par l’armée arabe syrienne des victimes des jihadistes, mais présentées avec aplomb en Occident comme des victimes de la dite armée.

Les dépenses liées au « Rapport César », à sa présentation en Occident et aux frais judiciaires sont pris en charge par le Qatar.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.