Réseau Voltaire

Condamnations de membres du FN

+

La plupart des informations contenues dans cette fiche ont été relevées dans la rubrique "National-Voyou " du journal Charlie-Hebdo, 1996.

- Antoinette Martinet, conseillère municipale FN à Maison-Lafitte a été reconnue coupable de provocation à la haine, la violence et la discrimination à propos de ce qu’elle a écrit dans un texte intitulé " Notre France supprimée de la carte ". Elle a été condamnée le 26 septembre année 1997 par le tribunal correctionnel de Versailles à un mois de prison avec sursis, 30 000 francs de dommages et intérêts, et 5 ans d’interdictions de droits civiques. Le jugement a été confirmé par la cour d’appel de Paris le 28/01/98.

- Marie Thérèse Philippe, élue lepéniste de Pontoise, se promenait en novembre 1997 dans sa voiture entre les deux tours d’élections municipales partielles avec ses quatre colleurs d’affiches et... un pistolet à grenailles !

- Catherine Mégret maire deVitrolles et épouse du numéro 2 du FN ,a été condamnée en première instance par le TGI de Versailles à 3 mois de prison avec sursis et 50 000 francs d’amende en janvier 1998 pour " provocation publique à la discrimination raciale " concernant ses propos sur " l’inégalité des races " et l’annonce faite par elle de mesures municipales discriminatoires. Ce jugement a été confirmé en appel par arrêt du 09/03/98.

- L. Mirabaud, financier de J.-M. Le Pen, a été condamné à 11 mois en 1994 pour escroquerie et exercice illégal de la profession de banquier.

- Guillaume d’Herbais, beau-frère du maire FN de Toulon J. -M. Le Chevallier : condamné en 1994 pour abus de biens sociaux au détriment d’une caisse de retraite (50 millions de francs).

- J-.P. Aubert, financier suisse proche de J.-M. Le Pen, procédure en cours pour blanchiment de narcodollars.

- Claude Jaffrès, conseiller régional FN, condamné le ler avril 1997, avec trois autres militants du DPS, à un an de prison avec sursis et deux ans de privation de ses droits civiques, civils et familiaux pour " abus d’autorité et usurpation de fonction ". pour s’être fait passer pour des policiers et avoir contrôler des jeunes gens lors du congrès du FN à Strasbourg.

- Marc Lyoen, secrétaire général du FN de Maine-et-Loire, condamné à 6 mois de prison avec sursis et à des amendes par le tribunal de Saumur pour avoir employé des clandestins. Avril 1997.

- Marc Georges, ex-député FN, condamné le 20 avril 1995 à 18 mois de prison ferme pour blessure par balle d’un jeune homme.

- Le 9 mars 1990, Jean Holtzer, ex-candidat Front national ardéchais aux cantonales de 1985 et aux législatives de 1986, empoigne un revolver et s’en va braquer une banque à Châtillon-Coligny (Loiret) : 15 000 francs de butin, 8 ans de prison. Ca aurait pu être pire : pour une histoire identique, cet ancien avocat général avait un jour réclamé la peine de mort.

- 30 novembre 1991. Pascal-Bernard de Leersnyder, conseiller régional FN de Lorraine, enseigne l’allemand au fils de sa compagne, Arnold, cinq ans. A coup de poing, de pied. Des heures, comme cela. L’enfant saigne. Pour le débarbouiller, Leersnyder lui plonge la tête dans la cuvette des WC. (" Il n’était pas digne de la salle de bains "). Treize mois de prison, dont dix ferme.

- 18 septembre 1985. Emilien Bonnal, ancien policier municipal, ancien de l’Indochine et de l’Algérie, ancien candidat du Front national aux cantonales et aux municipales de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var), est en train de coller des affiches pour Le Pen. Abdallah Moktari, 23 ans, passe par là et l’insulte, Le colleur du FN sort un fusil à pompe de sa voiture et le tue. Huit ans de prison.

- Avril 1992. Jean-Claude Poulet cognait sa femme depuis quinze ans. Cet artisan ferblantier de HauteSaône, ancien Candidat du FN aux élections cantonales et régionales voulait ainsi " la stimuler, car elle n’était pas très courageuse au travail. Il fallait que je la stimule assez fréquemment " a-t-il précisé au procès. Quatre mois de prison avec sursis.

- 15 août 1996. Les deux dogues allemands de Katherine d’Herblais, conseillère régionale FN de Picardie, égorgent 48 brebis et en blessent une centaine d’autres. Un garde-chasse, survenu lors du massacre, doit se réfugier dans une voiture pour protéger sa carotide. 400 000 F de préjudice. Une plainte est en cours d’instruction.

- 2 août 1994. À Cannes, Raynald Liekens, encarté FN depuis un mois et demi, assassine sa logeuse, Henriette Barsky, ancienne déportée. Commentaire du meurtrier : " Elle était plus gentille avec moi que personne ne l’avait été jusque-là. mais, quand j’ai appris qu’elle était juive, j’ai décidé de la tuer car les juifs sont les ennemis de la race blanche. " Condamné à perpétuité.

- Octobre 1995. Francis Watez, avocat et conseiller municipal FN à Lers placarde dans la ville des affiches proclamant " Musulmans, Barbaresques, Algériens, terroristes ou non, tous dehors " et " Refuser l’intégration de ces sauvages est un devoir national ". Deux ans d’inéligibilité et 50 000 F d’amende pour incitation à la discrimination raciale.

- Novembre 1995. Marcel Mazières, ancien adjudant chef parachutiste, candidat FN aux élections municipales de 1995 à Aix, envoie au professeur de philosophie de son fils une lettre anonyme. Extrait : " vous transformez nos classes en goulag politique, votre aspect physique est disgracieux et, apprenant que vous êtes homo, cela est risible. " 5 000 F d’amende, 5 000 F de dommages et intérêts et affichage du jugement pendant un mois à la porte du lycée.

- 13 juillet 1990. Le soir à Bron (Rhône), Jacky Codvelle, tête de liste FN aux municipales de 1989, célèbre la fête nationale en mettant le feu à la voiture du député du Rhône et maire PS de la ville, Jean-Jack Queyranne. Six mois avec sursis, 5 000 F d’amende et 2 000. F de dommages et intérêts.

- 25 avril 1989. Pierre Van Dorpe, conseiller municipal FN de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), entend des bruits à proximité de son pavillon : il sort son fusil à pompe, et tire sur un groupe de jeunes beurs, criblant l’un d’eux, Moumine Ben Ali, d’une centaine de plombs dans le dos. incarcéré à Bois d’Arcy, il est remis en liberté par la chambre d’accusation de la cour d’appel de Versailles tandis que les 12 000 francs de caution sont remis par les trésorier du FN des Hauts-de-Seine. Il écope de 15 mois de prison avec sursis.

- Sylvain Ferrua, conseiller municipal FN à Fréjus (Var), se porte caution pour le salon-de-massage-maison-de-passe de sa compagne, Marie-Pierre Nédélec, prostituée et " mère maquerelle" . Condamné le 8 janvier 1996 à un an de prison avec sursis et 50 000 F pour proxénétisme.

- Denis Monteillet, candidat FN à Bischheim (Bas-Rhin), inscrit plusieurs personnes de son voisinage sur la liste présentée par son parti au municipales. Sans les avoir prévenues. Le Conseil d’Etat a annulé les élections des conseillers municipaux FN pour "liste irrégulière" en juin 1995

Argumentaire pour lutter contre le FN, par le MRAP

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.