Réseau Voltaire

« N’obligez pas l’Afrique à négocier son uranium »

+

La situation en Afrique fait de la survie la première des priorités. C’est pourquoi l’uranium y est vendu à qui est prêt à payer. Le Niger, le Tchad, le Mali et le Burkina Faso sont parmi les pays les plus pauvres du monde et comme ils n’ont rien à vendre hormis leur uranium, celui-ci devient un produit comme les autres.
Saddam Hussein n’a peut-être pas obtenu d’uranium provenant du Niger, mais il l’aurait obtenu de n’importe quel pays de la région s’il l’avait voulu. Si l’administration Bush et les autres gouvernements occidentaux veulent empêcher l’Iran ou la Corée du Nord d’obtenir de l’uranium africain, ils doivent s’engager à aider ces nations pauvres. Après l’effondrement de l’URSS, les États-Unis ont dépensé des milliards pour s’assurer que les armes nucléaires russes ne tomberaient pas dans les mains d’États ou d’individus hostiles. Pourquoi ne pas faire de même avec l’Afrique ?
En Angola et en Sierra Leone, les diamants extraits et exportés illégalement ont financé les guerres civiles qui ont fait des milliers de morts. Les ressources minières ont poussé le Rwanda, l’Ouganda et le Zimbabwe à faire la guerre en République démocratique du Congo. Interdire aux pays africains de vendre de l’uranium aux États voyous ne sert à rien tant que les difficultés économiques perdurent. Pire est la situation, plus grande est la chance que des échanges aient lieu. Cette tendance, accentuée par la corruption et les guerres qui entraînent la fin du contrôle du gouvernement sur certaines parties de leurs territoires font empirer la situation.
Dans ces conditions, aider l’Afrique est aussi une question de sécurité pour les États-Unis et le reste du monde.

Source
International Herald Tribune (France)
L’International Herald Tribune est une version du New York Times adaptée au public européen. Il travaille directement en partenarait avec Haaretz (Israël), Kathimerini (Grèce), Frankfurter Allgemeine Zeitung (Allemagne), JoongAng Daily (Corée du Sud), Asahi Shimbun (Japon), The Daily Star (Liban) et El País (Espagne). En outre, via sa maison-mère, il travaille indirectement en partenarait avec Le Monde (France).

« Don’t force Africa to bargain with its uranium », par Shehu Sani, International Herald Tribune, 21 novembre 2003.

Shehu Sani

Prisonnier politique nigérian, Shehu Sani est président du Congrès des droits civils.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

La « solution » pour Gaza
En 2014 comme en 1948 : une seconde nakhba ?
La « solution » pour Gaza
par Manlio Dinucci
Gaza : de quel côté se tient l'Italie ?
Gaza : de quel côté se tient l’Italie ?
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
346. Hommage à Annemarie Buchholz-Kaiser
« Horizons et débats », 14e année, supplément au n° 16/17, 26 juillet 2014
Hommage à Annemarie Buchholz-Kaiser
Partenaires
 
345. Conserver la souveraineté
« Horizons et débats », 14e année, n° 16/17, 26 juillet 2014
Conserver la souveraineté
Partenaires
 
Otan, offensive mondiale
« L’art de la guerre »
Otan, offensive mondiale
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire