Réseau Voltaire
Effroyable imposture

11 septembre : 42 % des États-uniens doutent de la version bushienne

Alors que peu de journalistes français ou états-uniens doutent de la version des attentats du 11 septembre présentée par l’administration Bush, ils sont désormais 42 % des citoyens des États-Unis à remettre en question le dogme du complot islamique. Une contestation qui nourrit dans leur pays une défiance vis-à-vis des grands médias et un rejet des institutions politiques. C’est ce que révèle un sondage du très respecté institut Zogby International.

| Paris (France)
+
JPEG - 25.6 ko

L’analyse de Thierry Meyssan

L’actualité, où un événement en chasse un autre, conduit à analyser le soutien de la société états-unienne à telle ou telle action de l’administration fédérale. On a ainsi noté que le soutien apporté à George W. Bush lors des attaques contre l’Afghanistan et l’Irak a fait place à un mécontentement face au coût humain de l’occupation de l’Irak. Mais il ne s’agit là que de l’écume des vagues. De profondes et violentes tensions politiques intérieures ont brièvement surgi sur les écrans de télévision lorsqu’on a vu la troupe tirer sur les victimes de l’ouragan Katrina au lieu de leur porter secours. Une série de sondages d’opinion réalisés au cours des derniers mois met en évidence une complète fracture du pays entre ceux qui tirent avantage du système et ceux qui non seulement contestent la politique fédérale, mais en rejettent les institutions. La gravité de cette situation, sans égale dans les autres pays développés, laisse à penser que les Etats-Unis sont sur le point de vivre une des crises majeures de leur histoire.

En premier lieu, les États-uniens ont perdu confiance dans leurs institutions.
- 30 % d’entre eux apprécient négativement la jurisprudence de la Cour suprême (Fox News/Opinion Dynamics, 24-25 janvier 2006).
- 56 % d’entre eux pensent que leur président est malhonnête et choisit par copinage les dirigeants du pays. Ils sont même 61 % à estimer que le gouvernement fédéral ne s’occupe pas d’eux (USA Today/Gallup, 28-30 avril 2006).
- 41 % d’entre eux affirment que le représentant ou le sénateur de leur circonscription est personnellement corrompu (Pew Research Center/Princeton Survey Research Associates, 1-5 février 2006). 83 % affirment que le Congrès dans son ensemble est plus ou moins corrompu (USA Today/Gallup, 28-30 avril 2006). En définitive, 76 % considèrent que le Congrès n’est pas digne de confiance (Lichtman/Zogby, 18-24 avril 2006).

En second lieu, les institutions ont été notablement modifiées après les attentats du 11 septembre 2001. L’USA Patriot Act a suspendu les principales dispositions de la Bill of Rights, c’est-à-dire la partie de la Constitution qui garantissait les droits du justiciable. Le rôle des forces armées a été révisé à partir d’une nouvelle interprétation du Posse Comitatus Act, c’est-à-dire que le département de la Défense est désormais responsable de l’ordre intérieur. Ces transformations se fondent sur l’interprétation des attentats du 11 septembre 2001 en tant qu’agression extérieure contre « le peuple et le mode de vie américains ». Elles ne sont donc politiquement légitimes que dans la mesure où les citoyens adhèrent à la version officielle des attentats.

JPEG - 10.2 ko
42 % des États-uniens doutent de la version officielle
Ils estiment que la commission d’enquête a mené une opération de dissimulation.

Or, le sondage Zogby dont nous reproduisons ci-dessous les résultats met en évidence que :
- 44 % des États-uniens pensent que George W. Bush a instrumentalisé les attentats pour pousser à la guerre contre l’Irak.
- 42 % affirment que la commission Kean, nommée par le président Bush, n’a pas répondu aux arguments du mouvement que j’ai initié pour contester la version officielle. À leurs yeux, le rapport officiel vise à étouffer la vérité.
- 45 % demandent la réouverture de l’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001.

Le discrédit des institutions gagne les médias. Ils sont 58 % à ne plus leur faire confiance (Lichtman/Zogby, 18-24 avril 2006). Curieusement, ils ne sont que 19 % à se plaindre du traitement journalistique du 11 septembre. Il ne s’agit pas là de ceux qui contestent la version officielle et s’indigneraient de l’unanimisme médiatique, mais au contraire de défenseurs du système qui enragent de voir le doute gagner les esprits. Leur point de vue regroupe deux attitudes. D’une part ceux qui déplorent que les médias aient caricaturé et tourné en dérision nos arguments au lieu de les réfuter ; et, d’autre part, ceux qui regrettent que les médias n’aient pas été assez verrouillés et aient signalé l’existence d’opinions dissidentes.

Ces enquêtes d’opinion ont été réalisées juste avant que le département de la Défense ne rende publique une vidéo complète de l’attaque contre le Pentagone. On peut y constater que l’aéronef qui frappe le bâtiment n’a ni la taille, ni la vitesse d’un Boeing 757-200 [1]. Au regard des réactions observées, cette vidéo conforte les constestataires dans leur dissidence. Il est possible qu’elle fasse chavirer des indécis. Il est cependant peu probable qu’elle pousse des partisans de la théorie du complot islamique à réviser leur jugement, tant celui-ci apparaît plus lié à leur condition socio-économique qu’à l’aboutissement d’une réflexion logique.

Le sondage de Zogby International

Méthodologie

Enquête effectuée par Zogby USA entre le 12 mai 2006 et le 16 mai 2006. Enquête téléphonique, comprenant 81 questions, effectuée pour Zogby International auprès d’un échantillon de 1 200 adultes répartis sur l’ensemble du territoire des États-Unis. Les personnes sondées ont été choisies de manière aléatoire sur les annuaires téléphoniques nationaux. Les enquêtes de Zogby International utilisent des méthodes d’échantillonnage dans lesquelles les probabilités de choix sont proportionnelles à la taille des populations des indicatifs régionaux et des centraux téléphoniques. Jusqu’à six appels sont effectués pour contacter une personne dont le numéro de téléphone a été sélectionné. Les taux de coopération sont calculés en utilisant l’une des méthodologies approuvées par l’American Association for Public Opinion Research et sont comparables aux autres enquêtes d’opinion se servant de méthodes d’échantillonnage semblables. La pondération par région, parti, âge, race, religion, et genre est utilisée pour ajuster les non-réponses. La marge d’erreur est de +/- 2,9 %. Les marges d’erreur sont plus importantes dans les sous-groupes.
Les méthodes d’échantillonnages de Zogby et ses procédures de pondération ont également été validées par la fiabilité de ses résultats concernant les élections : plus de 95 % des sondages effectués par Zogby ont prévu les résultats effectifs de l’élection à 1 % près.

Résultats

23. Certaines personnes disent que l’administration Bush a exploité les attaques du 11 septembre pour justifier l’invasion de l’Irak. D’autres pensent que Bush a agi correctement en attaquant l’Irak parce que Saddam Hussein soutenait le terrorisme. Avec qui êtes-vous le plus d’accord ? [2]

GIF - 10.6 ko

Les personnes sondées sont complètement divisées entre celles qui pensent que le président Bush a exploité les attaques du 11 septembre (44 %) et celles qui pensent qu’il a prouvé le bien-fondé d’une attaque sur l’Irak (44 %). Approximativement un sur dix (11 %) ne sait pas qu’en penser.
Ceux qui estiment dans leur plus grande majorité que les attaques du 11 septembre ont été exploitées par Bush sont les démocrates (69 %), les Hispaniques (59 %), et les juifs (64 %). Près de la moitié, ou plus, des 18-29 ans, des adultes célibataires, des Afro-américains, ainsi que des résidants de la région Centrale-Grands lacs, de la région Ouest et des grandes villes sont de cet avis.
Ceux qui estiment dans leur plus grande majorité que Bush a prouvé le bien-fondé de l’attaque de l’Irak sont les républicains (72 %) et les résidants des régions rurales (59 %). Approximativement la moitié des Blancs, des 30-64 ans, des protestants, des habitants des banlieues et des adultes mariés sont de cet avis.
Les hommes et les femmes sont également répartis.

24. Certains croient que le gouvernement des USA et sa commission d’enquête sur le 11 septembre ont tenu cachées ou refusé d’étudier des preuves cruciales contredisant leur explication officielle des attaques du 11 septembre. Ils disent qu’il y a eu une opération de dissimulation. D’autres disent que la commission sur le 11 septembre était un groupe bipartite composé de personnes respectées et honnêtes et qu’il n’y a aucune raison qu’elles veuillent dissimuler quoi que ce soit. Avec qui êtes-vous le plus d’accord ?

GIF - 11.1 ko

Près de la moitié des personnes interrogées (48 %) croient que le gouvernement des USA et la commission sur le 11 septembre ne dissimulent rien, pourtant presque autant (42 %) pensent que le gouvernement et la commission dissimulent quelque chose. Un sur dix (10 %) est incertain.
Dans chacune des quatre régions, la majorité des hommes aussi bien que des femmes s’accorde à penser que le gouvernement et la commission ne dissimulent rien. Ceux qui le pensent dans leur plus grande majorité sont les républicains (64 %), la tranche des 50-64 ans, les adultes mariés, les habitants des banlieues (59 %), les protestants, les personnes ayant été à l’université et celles dont le revenu du ménage annuel est de 50 000 dollars ou plus (57 %).
Les majorités des démocrates (50 %-56 %), des 18-29 ans, des Hispaniques, des adultes célibataires/divorcés/veufs/séparés, des résidants de petites villes, et des adultes n’ayant pas le baccalauréat croient que le gouvernement et la commission sur le 11 septembre dissimulent quelque chose. Presque la moitié (48 %) des électeurs indépendants (ni démocrates, ni républicains) sont de cet avis.

25. Le bâtiment numéro 7 du World Trade Center est un gratte-ciel de quarante-sept étages qui n’a été touché par aucun avion lors des attaques du 11 septembre, mais s’est néanmoins totalement effondré ce même jour. Cet effondrement n’a pas été étudié par la commission sur le 11 septembre. Avez-vous connaissance de l’effondrement de ce gratte-ciel, et si oui, croyez-vous que la commission aurait également dû l’étudier ? Ou croyez-vous que la commission a eu raison de n’étudier que l’effondrement des bâtiments qui ont été directement touchés par des avions ?

GIF - 11.5 ko

Une majorité relative des personnes interrogées (43 %) n’a pas connaissance de l’effondrement du bâtiment 7 du World Trade Center. Bien qu’ils soient presque autant (38 %) à avoir cette connaissance et à penser que la commission devrait l’avoir étudié. La proportion de gens ayant connaissance de l’effondrement à penser que la commission a eut raison de n’étudier que celui des tours jumelles est bien moindre (14 %).
Des majorités relatives de beaucoup de sous-groupes n’ont pas connaissance de l’effondrement du bâtiment 7 du World Trade Center. Ceci inclut les républicains et les indépendants, les adultes âgés de 30 ans et plus, les Blancs, les résidants de la région de l’Est et de la région Centrale-Grands lacs, et les femmes.
La majorité de Hispaniques (56 %) et des 18-29 ans (52 %) ainsi qu’une majorité relative des démocrates et des habitants du Sud sont au courant de l’effondrement du bâtiment 7 et pensent que la commission aurait dû l’étudier. Les républicains (21 %), les diplômés d’université (20 %), les personnes dont le revenu du ménage est de 75 000 dollars ou plus (22 %), et les hommes (17 %) sont, parmi les personnes ayant connaissance de l’effondrement, les plus susceptibles de penser que la commission a eu raison de n’étudier que l’effondrement des tours jumelles.


Vidéo : dans un entretien télévisé, Larry Silverstein, propriétaire du World Trade Center, a confirmé avoir autorisé le dynamitage de la tour n°7 le 11 septembre 2001 après-midi. Cette destruction suppose que les explosifs aient été calculés et placés longtemps à l’avance.

26. Certains disent qu’il reste tant de questions sans réponse sur le 11 septembre que le Congrès ou un tribunal international devrait rouvrir une enquête sur les attaques, y compris sur le point de savoir si des responsables du gouvernement des USA ont consciemment permis ou facilité leur succès. D’autres disent que l’enquête sur les attaques du 11 septembre a été méticuleusement menée et toute spéculation au sujet d’une participation du gouvernement des USA est un non-sens. Avec qui êtes-vous le plus d’accord ?

GIF - 10.4 ko

Les personnes interrogées sont là encore divisées en deux groupes équivalents, une légère majorité relative (47 %) pensant que les attaques ont été étudiées minutieusement, alors que pour 45 % elles devraient être l’objet d’une nouvelle enquête. Presque une personne sur dix (8 %) est sans opinion. Les républicains (70 %) et les personnes dont le revenu annuel du ménage est de 75 000 dollars ou plus (64 %) sont les plus susceptibles de considérer que les attaques ont été étudiées à fond. Parmi les autres groupes ayant majoritairement cette opinion, on trouve les Blancs (58 %), la tranche des 50-64 ans, les résidants de l’Est et de l’Ouest, les personnes ayant fait des études universitaires, et celles dont le revenu annuel du ménage se situe entre 50 000-74 999 dollars.
Dans de nombreux sous-groupes, des majorités se dessinent pour l’ouverture d’une nouvelle enquête sur les attaques. Il en va ainsi des Hispaniques (67 %) et des Afro-américains (64 %). On trouve d’autres majorités dans ce sens chez les démocrates et les indépendants (jusqu’à 57 %), les 18-49 ans, les résidants de la région Centrale-Grands lacs, les personnes ayant le baccalauréat ou moins. De même, entre 56 % et 61 % de personnes dont le revenu du ménage est inférieur à 25 000 dollars s’accordent sur ce point. Les hommes pensent majoritairement que l’enquête a été bien menée (51 % à 42 %), alors que les femmes sont pour une réouverture (48 % à 43 %).

27. Comment évalueriez-vous le travail des médias des USA concernant le 11 septembre, y compris leur couverture des questions sans réponse posées par les familles des victimes, les théories qui vont à l’encontre de la version officielle, et les enquêtes concernant les attaques ? [3]

GIF - 5.3 ko

Une majorité d’adultes (55 %) évalue le travail des médias de manière négative, y compris le groupe le plus important (36 %) qui l’évalue « passable ». En comparaison, 43 % des personnes interrogée estiment positif le travail des médias, la plupart le jugeant « bon » (33 %). Dans quelques sous-groupes se dessinent des majorités jugeant positif le travail des médias. Il en va ainsi pour 50 %-58 % des Afro-américains, des résidants de petites villes, des adultes divorcés/veufs/séparés, des progressistes, des personnes n’ayant pas le baccalauréat, et des personnes dont le revenu du ménage est inférieur à 15 000 dollars ou dans la tranche 25 000-34 999 dollars.
Dans tous les sous-groupes restants, les majorités évaluent négativement le travail des médias. Ceci inclut approximativement des trois-cinquièmes des républicains, les conservateurs, les Hispaniques, les résidents de l’Ouest, les adultes mariés, les personnes ayant suivi des études universitaires et les gens dont le revenu du ménage se situe dans la tranche 35 000-74 999 dollars. Ceux qui se considèrent politiquement comme libertariens (74 %) et très conservateurs (67 %) sont les plus susceptibles de jugements négatifs.

[1] Voir « L’avion magique du Pentagone : épisode 2 » par Pierre-Henri Bunel, Voltaire, 17 mai 2006.

[2] Selon la methode de comptage prônée par l’association professionnelle des instituts de sondage aux États-Unis, le total des réponses n’est pas nécessairement égal à 100. Voir à ce sujet Final Dispositions of Case Codes and Outcome Rates of Surveys. The American Association for Public Opinion Research, (2000).

[3] Ibid.

Réseau Voltaire International

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.