Réseau Voltaire

L’Allemagne et Israël viennent-ils de signer des accords secrets ?

Le spectaculaire Conseil des ministres conjoints d’Israel et d’Allemagne, qui s’est tenu le 18 janvier à Berlin, avait-il pour seul objectif la signature d’accords secondaires de coopération ou les deux Etats ont-ils conclu des accords stratégiques secrets ? Pour Karl Müller, éditorialiste de « Zeit Fragen », la chancelière Angela Merkel engage les Allemands à leur insu sur une voie qu’ils n’ont pas débattue, et encore moins choisie.

| Berlin (Allemagne)
+
JPEG - 25.7 ko
Benjamin Netanyahu et Angela Merkel, lors du Conseil des ministres commun des cabinets israélien et allemand à Berlin (18 janvier 2010).

Dans son livre One Palestine, Complete : Jews and Arabs Under the British Mandate [1] l’historien israélien Tom Segev a démontré que le gouvernement britannique avait, pendant la Première Guerre mondiale, cédé au mouvement sioniste, notamment à l’une de ses personnalités importantes, Chaim Weizmann, par la suite devenu le premier président de l’Etat d’Israël, sur toutes les questions touchant la Palestine. Cela ne se passa pas par conviction, mais dans l’idée que les Juifs pourrait utiliser leur « influence largement étendue dans le monde » pour « influer sur l’issue de la guerre mondiale ». Pour les Britanniques il s’agissait, selon Tom Segev, de gagner le mouvement sioniste à leurs fins. Les droits de la population arabe, largement majoritaire en Palestine, n’avaient aucun poids.

Les professeurs états-uniens de sciences politiques, John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt, ont démontré dans leur livre intitulé « Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine » [2] que, depuis plusieurs décennies, la pièce maîtresse de la politique moyen-orientale des Etats-Unis a été le soutien inconditionnel à Israël et que ceci ne peut s’expliquer par des intérêts stratégiques communs ou des impératifs moraux, mais bien par la puissance politique des groupes de pression pro-israéliens aux EtatsUnis mêmes.

D’où vient ce soutien inconditionnel à Israël ?

Dans l’Allemagne d’aujourd’hui, on prétend que le soutien inconditionnel à la politique israélienne viendrait, sans qu’on puisse le remettre en doute, de la responsabilité du pays pour les six millions de morts juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et le pouvoir national-socialiste en Allemagne. Cet argument n’est toutefois pas solide, étant remis en cause chez une partie des Juifs eux-mêmes. Il suffit de rappeler des livres tels que celui de Norman G. Finkelstein L’industrie de l’Holocauste : réflexions sur l’exploitation de la souffrance des juifs [3], ou d’Avraham Burg, Vaincre Hitler : pour un judaïsme plus humaniste et universaliste [4].

Lors de la commémoration du 27 janvier, lorsque le président d’Israël, Shimon Peres tint un discours au Bundestag, il y eut une autre commémoration juive avec l’appel suivant : « Des Juifs religieux – survivants et victimes de l’holocauste – présentent, pour la première fois depuis la fondation de la République fédérale allemande, leur point de vue de l’histoire. Ils insistent sur le fait que la direction de l’Etat sioniste n’a pas le droit d’utiliser les victimes juives de la Seconde Guerre mondiale pour opprimer le peuple palestinien – cela d’autant moins que ce peuple n’est en rien responsable des crimes du régime hitlérien. » On se demande alors pourquoi la politique allemande soutient inconditionnellement la politique d’Israël.

Est-ce un soutien pour la violation du droit international et des droits humains ?

Cette question est d’autant plus importante qu’il apparaît clairement – ce dont la politique allemande est parfaitement consciente – que ce soutien est en faveur d’une politique qui viole depuis des décennies le droit international, le droit humanitaire et les droits humains, tous ces droits inscrits dans la Constitution allemande. Ce soutien va à une politique responsable, au cours des années passées, directement ou indirectement, de conséquences désastreuses : en 2003 la guerre contre l’Irak (cf. Stephen J. Sniegoski : The Transparent Cabal. The Neoconservative Agenda, War in the Middle East, and the National Interest of Israel [5], en 2006 la guerre contre le Liban, ainsi que la guerre en permanence contre le peuple palestinien. Et maintenant, la politique israélienne pousse de toutes ses forces vers une guerre contre l’Iran.

Le rôle d’Angela Merkel

Ce nonobstant, les gouvernements allemands se sont toujours plus liés à la politique israélienne, le plus ouvertement depuis qu’Angela Merkel est chancelière – ce qui n’a pas manqué d’être remarqué sur le plan international [6] et perçu comme un obstacle aux efforts constructifs de l’Union européenne en faveur du Proche-Orient.

En 2005 déjà, Angela Merkel avait tenté de placer l’alliance avec Israël sous la raison d’Etat. Depuis, elle n’a cessé de développer cette tendance et d’en faire une volonté gouvernementale : dans l’accord de coalition du nouveau gouvernement on trouve non seulement que « le gouvernement allemand se sent particulièrement responsable envers Israël », mais encore envers « Israël en tant qu’Etat juif » (page 113 de l’accord de coalition) – alors même qu’actuellement encore 20 % de la population de ce pays sont des Arabes et environ 5 % ne sont ni juifs ni arabes. Toutefois, le ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Liebermann, de même que le gouvernement israélien n’utilisent plus que l’appellation « Etat juif ».

Merkel parle de sanctions, sans s’occuper d’un mandat du Conseil de sécurité …

En janvier, les échanges des gouvernements germano-israéliens, et quelques jours plus tard une visite du président de l’Etat d’Israël en Allemagne, ont attiré l’attention sur les relations entre les deux pays.

Le but de ces deux rencontres apparut clairement lors de la conférence de presse d’Angela Merkel et de Benjamin Netanyahu le 18 janvier [7]. Merkel ne se contenta pas d’évoquer de façon générale l’objectif de « renforcer la coopération dans la politique étrangère et de sécurité », mais aborda le problème de l’Iran : « Nous, Allemands, avons déclaré clairement que si l’Iran ne change pas d’attitude, nous participerons à des sanctions étendues. Nous souhaitons bien entendu, qu’elles puissent être appliquées dans le cadre du Conseil de sécurité des Nations Unies. On va préparer le terrain dans les semaines à venir. » Puis la chancelière ajouta : « Si cela n’était pas possible, alors l’Allemagne s’allierait à d’autres pays poursuivant le même objectif pour appliquer de telles sanctions. »

… et l’agitation guerrière en Israël

Le Premier ministre israélien a pu, sans être contredit, s’adonner à une agitation guerrière pendant la conférence de presse, en utilisant un argument historique douteux : « Le deuxième point concerne l’Iran. Ce pays a montré son vrai visage au cours de l’année dernière. C’est un régime qui tyrannise sa propre population. Or on sait de l’histoire récente qu’un régime qui tyrannise sa propre population s’apprête à étendre sa tyrannie au monde entier. […] Je pense qu’au cours de la première moitié de ce XXIe siècle nous devrons, en tant que communauté internationale, montrer que nous sommes décidés à agir. »

Le président de l’Etat d’Israël se lança dans le même genre de discours, lors de son apparition devant le Bundestag, sous le titre « Plus jamais ! », en s’écriant : « On ne devra plus jamais ignorer des dictateurs sanguinaires qui se cachent derrière des masques démagogiques et tiennent des discours criminels. Mes amis, représentants du peuple allemand, les menaces de détruire notre peuple et notre Etat [ce qui ne fut le cas d’aucun gouvernement iranien – Note de l’auteur] sont proférées à l’ombre d’armes de destruction massive [dont l’existence est alléguée sans aucune preuve – Note de l’auteur] qui se trouvent aux mains d’êtres irrationnels, irresponsables et qui ne disent pas la vérité » [8].

Y a-t-il des accords secrets entre l’Allemagne et Israël ?

La question se pose de savoir ce que les deux gouvernements – l’allemand et l’israélien – ont décidé lors de leurs négociations, en ce qui concerne cette question.

S’agissait-il uniquement « d’une extension des relations culturelles », « de projets communs pour l’adduction d’eau dans les pays en voie de développement » et l’extension « de la coopération entre les classes moyennes allemandes et israéliennes » ? C’est ce qu’on trouve dans la déclaration à la presse du gouvernement allemand le 18 janvier.

Ou bien a-t-on conclu des accords secrets à propos de l’Iran dans le dos des populations ? On doit se poser cette question ; car il est tout à fait inhabituel que deux gouvernements se rencontrent au grand complet. Une telle rencontre des gouvernements allemand et israélien s’est déroulée pour la première fois sur sol allemand – après la visite du gouvernement allemand en Israël il y a deux ans.

Est-il nécessaire que deux gouvernements, au grand complet, se rencontrent pour discuter de relations culturelles, d’adduction d’eau et de coopération entre les classes moyennes ?

Deux articles de journaux, parus quelques jours plus tard, confirment la nécessité de se poser des questions. Le 25 janvier, le quotidien allemand Junge Welt citait une nouvelle étude de la Heritage Foundation [9] On y lit que le gouvernement états-unien doit reconnaître à Israël le « droit » de se lancer contre l’Iran dans un geste de « légitime défense ». Les Etats-Unis devraient s’attendre à une riposte violente de l’Iran et se préparer à intervenir dans cette guerre, voire à y participer d’entrée. Car : « en supposant que les Etats-Unis seraient attaqués par l’Iran en cas d’agression de la part d’Israël, il serait logique de s’allier à Israël déjà au début d’une guerre préventive. »

Le correspondant de Washington du journal Die Welt fit acte d’agitation guerrière le 25 janvier : les prises de position actuelles du gouvernement allemand en ce qui concerne l’Afghanistan et l’Iran sont « l’expression d’une préparation psychologique pour un conflit probablement majeur dans le Golfe persique, dont l’Allemagne ne peut pas se tenir à l’écart du fait de son histoire ». L’article se répand dans un scénario de guerre et conclut : « Angela Merkel prépare l’Allemagne à une défense commune avec Israël. »

La diplomatie secrète avant la Première Guerre mondiale a conduit à la guerre

Il y a plus de 90 ans, alors que dans les décennies avant la Première Guerre mondiale les populations dans la plupart des pays européens étaient traitées comme des serfs, dominés par une clique, il était d’usage courant de préparer les guerres par une diplomatie secrète, en cercle fermé. Ce fut le cas du gouvernement allemand de cette époque : Lors de la « crise de juillet » en été 1914 des accords secrets entre le gouvernement allemand et celui de la monarchie des Habsbourg empêchèrent d’éviter la guerre. Les deux gouvernements estimaient avoir agi de façon intelligente. Mais le résultat fut une guerre mondiale avec des millions de victimes, une guerre mondiale qui transforma l’Europe et le monde de façon radicale et irréversible. Le premier point du « programme en 14 points » du président des Etats-Unis, Woodrow Wilson, pour un monde après la guerre, avait la teneur suivante : « Des traités de paix clairs, conclus publiquement. Il ne devra plus y avoir d’accords internationaux secrets, mais bien au contraire la diplomatie devra toujours être menée ouvertement et honnêtement au vu et au su de tout le monde. » [10]

Aujourd’hui, l’ONU enregistre tous les accords internationaux. Ceux qui ne sont pas enregistrés ne sont pas reconnus ni par elle ni par la Cour internationale de justice. Malgré cela, la diplomatie secrète ne fut pas éliminée au cours de ces derniers 90 ans. Et ce ne fut pas pour le bien de l’humanité. Alors que le gouvernement israélien interdit au ministre du Développement de Belgique, un partenaire de l’Allemagne dans l’UE, l’entrée dans la bande de Gaza encerclée et que ce dernier proteste vivement, et avec raison, contre ce procédé, le gouvernement allemand complote avec le gouvernement israélien soi-disant pour des « projets d’avenir ». Pendant combien de temps le monde, l’Europe, les Allemands accepteront-ils ces comportements ?

Ce qu’on exige d’Angela Merkel

La politique proche-orientale d’Angela Merkel porte la responsabilité de l’absence de paix dans cette région et des nombreuses victimes qui en découlent. Elle a contribué à empêcher que la guerre contre le Liban ne fût rapidement terminée. C’est ainsi qu’il y eut toujours plus de victimes dans une guerre qui s’éternisait. Elle a apporté son soutien aux crimes de guerre lors de l’attaque de la bande de Gaza fin 2008/début 2009.

Combien faudra-t-il de victimes en Palestine, du fait de la politique allemande envers cette région, avant qu’on devienne raisonnable ? Qui se déclarera responsable au cas où des armements allemands, par exemple des sous-marins allemands, sèmeront le malheur dans une nouvelle guerre au Proche-Orient ? [11] Il est grand temps d’exiger que tous les accords avec Israël soient publics. La politique allemande doit, elle aussi, respecter le droit international, le droit humanitaire et les droits humains. Il faut cesser de livrer des armes à Israël ! L’Allemagne ne doit pas participer à une nouvelle guerre !

Source
Horizons et débats (Suisse)

Documents joints

 

An Israeli Preventive Attack on Iran’s Nuclear Sites : Implications for the U.S., par James Phillips, Heritage Fondation, 15 janvier 2010.


(PDF - 394.6 ko)
 

[1] One Palestine, Complete : Jews and Arabs Under the British Mandate, par Tm Segev, (Little, Brown, 2001).

[2] The Israel Lobby and US Foreign Policy, par John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt (Farrar Straus Giroux, 2007). Version française : Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine (La Découverte, 2007)

[3] The Holocaust Industry : Reflections on the explotation of Jewish Suffering, par Norman G. Finkelstein (Verso Books, 2000). Version française : L’industrie de l’Holocauste : réflexions sur l’exploitation de la souffrance des juifs (La Fabrique, 2001).

[4] Vaincre Hitler : Pour un judaïsme plus humaniste et universaliste, par Avraham Burg (Fayard, 2008).

[5] The Transparent Cabal : The Neoconservative Agenda, War in the Middle East, and the National Interest of Israel, par Stephen J. Sniegoski (IHS Press , 2008).

[6] « Embracing Israel Costs Merkel Clout », par Judy Dempsey, in : The International Herald Tribune du 20 janvier 2010. Version française : « Les relations d’Angela Merkel avec Israël empêchent la solution du conflit au Proche-Orient », Réseau Voltaire, 8 février 2010.

[7] « Press conference with Bemjamin Netanyahu and Angela Merkel », Voltaire Network, 18 janvier 2010.

[8] « Address by Shimon Peres at the German Bundestag », Voltaire Network, 27 janvier 2010.

[9] An Israeli Preventive Attack on Iran’s Nuclear Sites : Implications for the U.S., par James Phillips, Heritage Fondation, 15 janvier 2010. Document téléchargeable au bas de ctte page. James Phillips est un des porte voix du complexe militaro-industriel etats-uno-israélien. Il est membre du Committee on the Present Danger.

[10] « Les quatorze points du président Wilson », par Woodrow Wilson, Réseau Voltaire.

[11] Cf. « L’Iran dans le collimateur des Dauphins », par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire, 15 juillet 2009.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.