Réseau Voltaire

Karl Müller

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Zurich (Suisse) | 22 août 2007
Pendant la Seconde Guerre mondiale déjà et surtout après, beaucoup de personnes – Allemands et non-Allemands – se sont demandé quelle était la part de responsabilité des Allemands dans les crimes du nazisme. L’éventail des opinions allait de l’attribution de la culpabilité à l’ensemble des Allemands (thèse de la responsabilité collective, défendue surtout par les Etats-Unis, qui se refléta dans les décisions de la Conférence de Potsdam en juillet et août 1945, bien qu’il y ait eu aux Etats-Unis des forces influentes qui avaient collaboré avec la dictature nazie) à une conception relevant de la théorie des classes selon laquelle tous les membres de la classe ouvrière étaient innocents et seuls les capitalistes étaient coupables. Cette dernière thèse fut celle qui présida au travail sur le passé national-socialiste dans la zone d’occupation soviétique puis en (...)