Réseau Voltaire

La Justice turque accuse l’IHH de liens avec Al-Qaïda

+

L’affrontement entre la police et la justice turques d’une part et le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan se poursuit depuis le 17 décembre 2013. Après que la police a interpellé les fils de trois ministres et le directeur d’une grande banque pour blanchiment d’argent, le Premier ministre a dénoncé un complot ourdi contre lui par le leader spirituel du Hizmet (mouvement islamique), Fethullah Gülen. Il a démis de leurs fonctions plus de 2 000 fonctionnaires, dont 350 officiers de police à Istanbul et 15 préfets.

L’enquête a déjà établi les liens personnels de M. Erdoğan avec Yassin el-Qadi, le banquier d’Al-Qaïda [1]. Elle tente d’établir la manière dont le Premier ministre détournait l’argent public afin de financer Al-Qaïda en Syrie et en Irak.

La police et la justice ont procédé le 14 janvier 2014 à une nouvelle vague de perquisitions dans les locaux de l’Humanitarian Relief Foundation (IHH), l’association humanitaire des Frères musulmans, et ont interpellé 23 personnes accusées de liens avec Al-Qaïda.

L’Humanitarian Relief Foundation (IHH) est connue du public international pour avoir organisé, en juin 2010, la « Flottille de la liberté » qui fut illégalement arraisonnée par l’armée israélienne en Méditerranée [2]. À bord du bateau principal, le Mavi Marmara, se trouvait Mehdi al-Harati, un agent irlandais de la CIA. Al-Harati commanda l’unité d’Al-Qaïda qui fit le siège de l’hôtel Rixos de Tripoli durant la guerre de Libye, puis fut nommé par l’Otan n°2 du commandement militaire de Tripoli. Il démissionna le 11 octobre 2011 pour mener le jihad dans le nord de la Syrie [3].

Au cours de la perquisition des bureaux de l’IHH dans 6 provinces, la police a interpellé Halis B., suspecté d’être le leader d’Al-Qaïda en Turquie, et İbrahim Ş., commandant en second de l’organisation pour le Proche-Orient.

Deux heures après ce raid, le Premier ministre révoquait deux des chefs de la police anti-terroriste.

[1] « Al-Qaida, éternel supplétif de l’Otan », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie), Réseau Voltaire, 6 janvier 2014.

[2] « Flottille de la liberté : le détail que Netanyahu ignorait », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 6 juin 2010.

[3] « Des islamistes Libyens en Syrie pour "aider" la révolution », par Daniel Iriarte, ABC (Espagne), Réseau Voltaire, 18 décembre 2011.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.