Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

Israël et des émirs dans l’Otan

Alors que les États-Unis se retirent progressivement du Proche-Orient, plusieurs États de cette région sont associés à l’Alliance atlantique. De la sorte, l’influence US persistera, mais aux frais des potentats locaux.

| Rome (Italie)
+

Le jour même (4 mai) où s’est installé à l’Otan le nouveau Suprême commandeur en Europe —le général états-unien Curtis Scaparotti, nommé comme ses 17 prédécesseurs par le président des États-Unis— le Conseil de l’Atlantique-Nord a annoncé qu’au quartier général de l’Otan à Bruxelles sera instituée une Mission officielle israélienne, dirigée par l’ambassadeur d’Israël auprès de l’Union européenne. Israël se trouve ainsi mieux intégré dans l’Otan, à laquelle il est déjà étroitement relié à travers le « Programme de coopération individuelle ». Ratifié par l’Otan le 2 décembre 2008, trois semaines avant l’opération israélienne « Plomb durci » à Gaza, il comprend notamment la collaboration entre les services de Renseignement et la connexion des forces israéliennes, y compris nucléaires, au système électronique de l’Alliance.

Aux côtés de la Mission officielle israélienne auprès de l’Otan se trouveront celles du royaume de Jordanie et des émirats du Qatar et du Koweit, « partenaires très actifs » qui seront intégrés encore plus dans l’Otan pour mérites acquis. La Jordanie héberge des bases secrètes de la CIA dans lesquelles —documentent le New York Times et Der Spiegel [1]— ont été entraînés des militants islamistes d’Al-Qaeda et de Daesh pour la guerre secrète en Syrie et en Irak.

Le Qatar a participé à la guerre de l’Otan contre la Libye, en infiltrant en 2011 environ 5 000 commandos sur son territoire (comme l’a déclaré au Guardian le chef d’état-major qatari lui-même), puis à celle contre la Syrie : comme l’admet dans une interview au Financial Times l’ex-Premier ministre qatari, Hamad bin Jassim Al Thani, qui parle d’opérations qatariennes et saoudiennes d’ « interférences » en Syrie, avec l’aval des États-Unis.

Le Koweit, à travers l’ « Accord sur le transit », permet à l’Otan de créer sa première escale aéroportuaire dans le Golfe, non seulement pour l’envoi de forces et de matériels militaires en Afghanistan, mais aussi pour la « coopération pratique de l’Otan avec le Koweit et d’autres partenaires, comme l’Arabie Saoudite ». Partenaires soutenus par les USA dans la guerre qui massacre des civils au Yémen. Le Koweït y participe aussi avec une quinzaine de chasseurs-bombardiers. L’Italie lui fournit maintenant 28 chasseurs Eurofighter Typhoon de nouvelle génération, construits par le consortium dont fait partie Finmeccanica avec des industries britanniques, allemandes et espagnoles. Un contrat de 8 milliards d’euros, le plus grand jamais signé par Finmeccanica, qui en reçoit environ la moitié dans ses caisses. Le contrat a été signé le 5 avril au Koweït par le ministre de la Défense, Khaled al-Sabah, et par l’administrateur délégué de Finmeccanica, Mauro Moretti. Marraine de l’événement la ministre Roberta Pinotti, efficiente représentante de commerce d’armes (voir la vente à Israël de 30 chasseurs M-346 d’entraînement avancé).

JPEG - 28.6 ko

Les Eurofighter Typhoon, que le Koweït utilisera pour perpétrer des massacres au Yémen et ailleurs, peuvent être armés aussi de bombes nucléaires : celles que possède d’Arabie Saoudite [2]. L’entraînement des équipages est assuré par l’Aéronautique italienne, en renforçant « le rôle fondamental de stabilisation régionale joué par le Koweït ». Un succès de la ministre Pinotti qui, une semaine après avoir vendu ces chasseurs-bombardiers, a été décorée par l’Unione Cattolica Stampa Italiana (Union catholique de la presse italienne) du Prix « Napoli Città di Pace 2016 » (Naples Ville de Paix 2016).

À la cérémonie, le cardinal Crescenzio Sepe a défini l’engagement de Pinotti comme « un engagement au service de la politique comme forme la plus haute d’amour, qui place toujours au centre la protection et la dignité de la vie humaine », proposant pour cela « le changement de dénomination du Ministère de la Défense en celui de la Paix ». Qu’en pense le Pape François ?

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

[1] « Secret Cooperation : Israel Deploys Nuclear Weapons on German-Built Submarines », Der Spiegel, June 3rd, 2012.

[2] « Alarme rouge nucléaire », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie) , Réseau Voltaire, 23 février 2016. « L’Arabie saoudite a la bombe atomique », par Giulietto Chiesa, Traduction IlFattoQuotidiano.fr, Réseau Voltaire, 1er mars 2016. « Le Proche-Orient nucléarisé ! », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 7 mars 2016.

Manlio Dinucci

Manlio Dinucci Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Laboratorio di geografia, Zanichelli 2014 ; Diario di viaggio (en trois tomes), Zanichelli 2017 ; L’arte della guerra / Annali della strategia Usa/Nato 1990-2016, Zambon 2016.

 
Naissance de la Pesco, fille de l
Naissance de la Pesco, fille de l’Otan
« L’art de la guerre »
 
Le mythe de l
Le mythe de l’Otan dénucléarisée
« L’art de la guerre »
 
Le véritable impact du Pentagone italien
Le véritable impact du Pentagone italien
« L’art de la guerre »
 
Le réarmement US anti-russe est bipartisan
Le réarmement US anti-russe est bipartisan
“L’art de la guerre”
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.