Réseau Voltaire
Revue de presse

Qui croit encore la version officielle du 11 -Septembre ?

Les lecteurs des journaux français pourraient croire que la version officielle des attentats du 11 septembre 2001 ne fait maintenant plus aucun doute. Après une violente polémique au printemps 2002 autour de l’enquête de Thierry Meyssan, tout semble en effet rentré dans l’ordre. Mais partout ailleurs dans le monde, les questions soulevées par L’Effroyable imposture puis par Le Pentagate font l’objet de centaines d’articles de presse et de très nombreuses émissions de télévision et de radio. Des lecteurs et des journalistes s’interrogent en Amérique latine, en Europe, en Asie, en Russie, au Maghreb, au Moyen-Orient... Revue de presse internationale.

+

Les premiers articles sur L’Effroyable imposture ne sont pas publiés par des journaux français [1]. Le livre est à peine en librairie en France et Thierry Meyssan n’est encore passé sur aucun plateau de télévision qu’un quotidien chilien et un autre hongrois relèvent avec intérêt son enquête sur le 11 septembre. [2] Plus tard, Le Monde [3] et Libération [4] publient de pleines pages pour le dénoncer après le passage de l’auteur sur le plateau de Thierry Ardisson (France 2), le 16 mars. La position des deux quotidiens, qui l’accusent de « mensonge » et de « révisionnisme », est reprise en bloc par la presse hexagonale. Mais à l’étranger, de nombreux journaux soulignent la pertinence des questions soulevées par l’enquête.

JPEG - 37.8 ko
Le journal suisse Le Courrier considère L’Effroyable imposture comme un livre « écrit de façon claire, documentée » dans lequel « l’ensemble apparaît d’une cohérence sans failles, la machination démontée de manière convaincante ».

En Argentine, Pagina 12 explique que Thierry Meyssan s’interroge « à juste titre » sur la version officielle dont « les contradictions et les silences sont nombreux ». [5] En Suisse, Le Courrier considère L’Effroyable imposture comme un livre « écrit de façon claire, documentée » dans lequel « l’ensemble apparaît d’une cohérence sans failles, la machination démontée de manière convaincante ». [6] En Chine [7] et en Russie [8], l’enquête suscite un très vif intérêt. Dans les Balkans, le livre est particulièrement bien accueilli et sa première traduction est en slovène. Il est, par ailleurs, publié en trente-cinq épisodes dans deux journaux yougoslaves : Politika et Draganic. [9]

JPEG - 23.5 ko
« Thierry Meyssan, le Français qui ose
attaquer l’administration Bush pour
participation consciente aux attentats du 11
septembre »
, titre le quotidien bulgare 24
heures
. « Certains considèrent déjà son
livre comme la découverte la plus
scandaleuse du XXIème siècle. Ses
opposants le présentent comme victime
d’une paranoïa fantastique mais à ce jour
aucune réponse n’a été apportée à ses
questions. »

Au Canada, une violente polémique s’engage, opposant défenseurs de la version officielle et personnalités critiques. Le quotidien Le Soleil publie un long article du professeur Omar Aktouf : « J’offre à votre réflexion les points troublants soulignés par Thierry Meyssan [...] dans son livre plus qu’interpellant L’Effroyable imposture du 11 septembre. Pour toutes réponses on a eu droit à de la simple négation de ses propos et arguments et.... à des menaces et insultes envers sa personne. Avant de rejeter ses révélations en bloc (qu’il a tout de même élaborées à partir de déclarations et documents officiels américains !), demandons-nous si nous avons les réponses aux questions qu’il soulève, et sinon, qu’attend-t-on pour nous les fournir... » [10]

Soutien de la presse dans les pays musulmans

Des centaines d’articles paraissent dans la presse arabophone. Le quotidien saoudien Al Watan en fait sa « une » [11]. Le 8 avril, Thierry Meyssan prononce une conférence devant les diplomates de la Ligue arabe, dans l’enceinte du prestigieux Centre Zayed, à Abu Dhabi (Émirats arabes unis) [12]. Mohammed Khalifa, directeur du Centre Zayed, présente l’auteur de L’Effroyable imposture en ces termes : « Nous sommes heureux de recevoir parmi nous aujourd’hui l’un des fils de la France. La France qui représente l’un des symboles de la civilisation et de la défense du droit dans l’histoire contemporaine. Quand s’ébranlent les valeurs du monde, que ses références vacillent et quand ses craintes se multiplient, seuls les peuples qui possèdent l’esprit de l’histoire, le prolongement de la civilisation, peuvent livrer des lueurs pour éclairer le chemin. C’est ce que nous pensons de la France. [...] Thierry Meyssan a le point de vue d’un journaliste d’investigation, d’un homme de pensée : un point de vue indépendant sur les événements et les orientations politiques mondiales. »

GIF - 32.6 ko
Le prestigieux Centre Zayed, à Abu Dhabi (Émirats arabes unis) a invité Thierry Meyssan à prononcer une conférence devant les diplomates de la Ligue arabe :
« Thierry Meyssan a le point de vue d’un journaliste d’investigation, d’un homme de pensée : un point de vue indépendant sur les événements et les orientations politiques mondiales. » Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, a félicité publiquement le Centre Zayed pour la publication en arabe de l’ouvrage qui « répond à un besoin, historique et culturel, d’un dialogue constructif par-delà les différents points de vues et écoles de pensée ».

La conférence est suivie par la presse de la région [13], mais aussi par le Financial Times [14]. Le quotidien britannique rapporte en détail et sans aucun commentaire les questions soulevées par l’auteur sur l’invraisemblance de la version officielle. Il se fait l’écho de l’appel de Thierry Meyssan pour « la création d’une commission d’enquête onusienne sur les événements du 11 septembre et l’identification de leurs auteurs ». Le Centre Zayed publie le texte de la conférence sous forme d’ouvrage, puis une traduction en arabe de L’Effroyable imposture qu’il diffuse auprès des responsables politiques du Moyen-Orient. Le 25 juin, Abdul Rehman bin Hamad Al Attiyah, secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, félicite publiquement le Centre Zayed pour la publication de l’ouvrage qui « répond à un besoin, historique et culturel, d’un dialogue constructif par-delà les différents points de vues et écoles de pensée ». [15] Le 9 août, c’est au tour de Marwan Moasher, ministre jordanien des Affaires étrangères, de remercier le Centre Zayed pour la traduction du livre.

JPEG - 19.9 ko

L’Associated Press rapporte le succès du déplacement de Thierry Meyssan au Maroc, où il vient présenter son livre : « Invité par la quasi-totalité des médias audiovisuels marocains, dont les chaînes publiques, Thierry Meyssan s’est déplacé dans les grandes villes du royaume (Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger) [...]. Son passage a provoqué de véritables embouteillages dans les grandes librairies marocaines, dont certaines, comme Livres-service à Rabat, consacrent l’intégralité de leur devanture à "ce livre-événement", déjà vendu à plus de 200 000 exemplaires en France et en cours de traduction dans 18 langues. » [16]

Le quotidien marocain Libération prend vis-à-vis de Thierry Meyssan l’exact contre-pied de son homonyme français : « D’aucuns iront jusqu’à le qualifier de négationniste, ceci alors que l’Histoire de ces effroyables évènements n’a pas encore été écrite. Ni par les historiens et encore moins par des journalistes qui ont totalement abdiqué de leur esprit critique. Car, dans toute cette histoire, le problème n’est pas Thierry Meyssan qui est loin d’être l’illuminé qu’on nous présente depuis quelques mois, mais celui de la suffisance des médias. » [17] En Tunisie, l’hebdomadaire Réalités met lui aussi en cause l’absence d’esprit critique de la presse française et observe que l’auteur est « devenu la cible d’un tir de barrage de dizaines de journalistes sinon "honnêtes" du moins politiquement corrects et surtout donneurs de leçons de professionnalisme et de déontologie, alors que certains parmi eux ne sont pas un modèle de ces vertus. » [18]

GIF - 26 ko
La presse francophone est partagée sur L’Effroyable imposture et Le Pentagate. En France, la majorité des journaux les ont violemment attaqués. Mais au Maroc, pour le quotidien Libération , « dans toute cette histoire, le problème n’est pas Thierry Meyssan qui est loin d’être l’illuminé qu’on nous présente depuis quelques mois, mais celui de la suffisance des médias. » Même analyse en Tunisie, où l’hebdomadaire Réalités met lui-aussi en cause l’absence d’esprit critique de la presse française et observe que l’auteur est « devenu la cible d’un tir de barrage de dizaines de journalistes sinon "honnêtes" du moins politiquement corrects et surtout donneurs de leçons de professionnalisme et de déontologie, alors que certains parmi eux ne sont pas un modèle de ces vertus. »
Ci-dessus : dessin paru dans le journal franco-vietnamien Tin Tuc.

Au Pakistan, Dawn qui suit l’affaire avec attention présente le Réseau Voltaire en ces termes : « Le Réseau Voltaire a été créé après l’anniversaire du philosophe français du XVIIIème siècle, Voltaire, qui défendait ses convictions au point de subir l’emprisonnement plutôt que d’abandonner des idées qui n’étaient pas toujours du goût des gouvernements et des institutions littéraires de son temps. » [19]

Reçu par les autorités iraniennes la semaine qui précède l’anniversaire du 11 septembre, Thierry Meyssan apporte des éléments nouveaux sur les attentats et plaide pour une laïcisation des relations internationales face au projet états-unien de guerre des civilisations. Le quotidien Kayhan publie une très longue interview de l’auteur et salue le courage de l’intellectuel français [20].

La presse anglophone dénonce « l’insulte faite aux victimes »

Début avril, le livre commence à être annoncé et critiqué par la presse anglophone. Les premiers articles sont publiés, le 1er avril, au Royaume-Uni par The Guardian et The Scotsman [21]. Après avoir rapporté les violentes critiques proférées par la presse française à l’encontre du livre, The Guardian conclut : « Le Monde admet que les informations rendues publiques par Washington sont peu cohérentes. »

Dès le lendemain, le FBI déclare à propos de L’Effroyable imposture que « le fait même de suggérer que le vol AA77 ne s’est pas écrasé sur le Pentagone le 11 septembre est l’ultime insulte faite à la mémoire des 59 hommes, femmes et enfants du vol AA77 et des 125 dévoués militaires et civils travaillant au Pentagone qui ont été impitoyablement assassinés par les terroristes le 11 septembre ». [22]

Mais la déclaration du FBI n’empêche pas l’information de circuler. Le même jour, une longue dépêche de l’agence Reuters reprise notamment par la BBC et The Daily Telegraph se fait l’écho de la polémique suscitée par le livre. [23] Dans les jours qui suivent, de nombreux articles sont publiés aussi bien en Europe que sur d’autres continents (Norvège, Turquie, Italie, Allemagne, Australie, États-Unis, etc.).

Le département de la Défense des États-Unis tente de calmer le jeu en invoquant une nouvelle fois la mémoire des victimes. Interrogée lors d’une conférence de presse sur l’information selon laquelle aucun avion n’aurait frappé le Pentagone, l’assistante du secrétaire à la Défense, Victoria Clarke, rétorque que « le fait même de suggérer cela est grotesque. Et finalement, c’est tout simplement une incroyable, incroyable insulte aux amis, aux proches et aux membres de familles de près de 200 personnes qui ont été tuées ici le 11 septembre et aux milliers qui ont été tuées à New York. » [24]

JPEG - 20.3 ko

Fin avril, un article repris par un important réseau de quotidiens régionaux états-uniens explique que le livre ne tient pas la route, tout en rapportant de nombreux détails troublants auxquels le gouvernement Bush ne donne aucune réponse. L’article commence par ces mots : « Si vous pouvez croire que le gouvernement américain a planifié l’attentat du 11 septembre sur le Pentagone, qu’un missile et non un avion a explosé sur la façade, et que le président Bush avait été averti de la première attaque à New York mais n’a alerté personne, alors vous allez adorer The Big Lie [le titre anglais de L’Effroyable imposture] » [25].

Le 20 mai, le magazine états-unien Time dans son édition mondiale consacre une pleine page au livre [26]. Le lendemain, le quotidien britannique The Times lui accorde aussi un article [27]. Le surlendemain, c’est au tour du New York Times de publier un long article annoncé en « une » sur le succès du livre : « Est-ce là un symptôme de l’antiaméricanisme latent ? Est-ce le reflet du peu de confiance de l’opinion française pour son gouvernement et sa presse ? Ou l’amour des Français pour la logique a-t-il été attiré par l’apparente logique cartésienne de cette théorie ? ». Ce texte est repris par les journaux liés au célèbre quotidien new-yorkais et par l’International Herald Tribune. [28]

JPEG - 7.7 ko
La mise en garde du Pentagone : il serait inacceptable que la presse fasse de la publicité aux enquêtes de Thierry Meyssan
« Il n’y a pas de question, il n’y a aucun doute sur ce qui s’est passé ce jour. Et je pense que c’est inacceptable que quelqu’un puisse tenter de diffuser ce genre de mythe. Je pense également que c’est inacceptable pour quiconque de donner à ce genre de personne quelque forme de publicité que ce soit. » Victoria Clarke, assistante du secrétaire à la Défense, 25 juin 2002.

Le 25 juin lors d’une conférence de presse au Pentagone, l’assistante du secrétaire à la Défense, Victoria Clarke, met en garde les médias qui voudraient continuer à parler de l’enquête « répugnante » de Thierry Meyssan : « Il n’y a pas de question, il n’y a aucun doute sur ce qui s’est passé ce jour. Et je pense que c’est inacceptable que quelqu’un puisse tenter de diffuser ce genre de mythe. Je pense également que c’est inacceptable pour quiconque de donner à ce genre de personne quelque forme de publicité que ce soit. » [29]

Mais le livre fait encore l’objet d’un article sur CNN [30] le 26 avril. Le lendemain, l’agence Associated Press publie aussi une rencontre avec l’auteur. [31] Le surlendemain, R. Emmett Tyrrell Jr écrit dans le quotidien conservateur The Washington Times  : « J’ai un livre parfait pour la sénatrice Hillary Rodham Clinton ». [32] L’auteur de l’article, qui est aussi rédacteur en chef de The American Spectator et éditorialiste du New York Sun, pense que l’ancienne première dame des États-Unis trouvera dans l’ouvrage de celui qu’il qualifie de « nouveau Jean-Paul Sartre » des rapprochements avec sa propre position.

JPEG - 11.2 ko
Á l’instar du FBI et du Pentagone, la presse anglophone des É tats-Unis dénonce « l’insulte faite aux victimes ». Mais le livre ne semble pas faire l’unanimité des critiques. Le quotidien conservateur The Washington Times qui qualifie l’auteur de « nouveau Jean-Paul Sartre » pense que Hillary Clinton y trouvera des rapprochements avec sa propre position.

La polémique continue durant l’été. Le 3 juillet, c’est au tour du Los Angeles Times d’évoquer le livre dans des termes particulièrement virulents [33]. En août, la diffusion de The Big Lie et du Pentagate aux États-Unis fait l’objet d’un bras de fer entre l’éditeur et les libraires qui refusent de les vendre. Après une controverse avec le libraire en ligne Amazon.com, celui-ci accepte finalement de diffuser les ouvrages. Dans sa présentation de The Big Lie, il insiste sur le fait qu’il s’agit de la « version anglaise non censurée » [34]. Les agences France Presse et Reuters, le quotidien populaire britannique Daily Record et d’autres encore annoncent la sortie du livre en anglais [35].

Une campagne de presse sur l’antisémitisme

Le 7 mai, une grande campagne de presse est menée contre la France « antisémite » par l’American Jewish Congress (AJC) qui compare la situation actuelle à celle de 1942. « En 1942, les foules scandent "Heil Hitler", en 2002 "Vive Ben Laden". » « Aujourd’hui, rapporte le journal Le Monde, pour l’AJC, c’est L’Effroyable imposture [...] qui a pris la place du livre programme nazi. » [36] L’ancien maire de New York, Edward I. Koch, termine ses émissions hebdomadaires à la radio par une déclaration de guerre inspirée de Caton : « Omni Gaula delenda est » (Toute la Gaule doit être détruite).

Cette campagne continue dans les colonnes du Washington Post, dans lequel un éditorialiste diffame violemment Thierry Meyssan qui, selon lui, « répète les théories sur les Juifs qui auraient été avertis de rester éloignés du World Trade Center » [37]. Peu importe pour le grand quotidien que Thierry Meyssan n’ait jamais écrit la moindre ligne, ni tenu aucun propos allant dans ce sens.

En France, l’amalgame avait déjà débuté au mois de mars. Dans un entretien accordé à l’édition en ligne du Nouvel Observateur, Gérard Miller expliquait ce qu’il fallait penser d’un livre qu’il n’avait pas lu : « Je n’ai pas lu le livre en question, j’en ai juste eu les échos qu’en a donné la presse. [...] Ce livre participe de ce que l’on pourrait appeler le nouvel Obscurantisme, qui est actif notamment à travers l’internet. [...] C’est exactement ce qui se passe avec le négationnisme. » [38] Le lendemain, un éditorial du journal Le Monde affirme « Oui, un avion s’est bel et bien écrasé sur le Pentagone » et écarte a priori tout élément pouvant aller dans le sens contraire : « Cette thèse ne saurait être prise comme une hypothèse parmi d’autres : elle est tout simplement révisionniste » [39] Le Nouvel Observateur publie un entretien de Pascal Bruckner qui emploie le terme de « révisionnisme ». « Pour ce qui est de la thèse de Thierry Meyssan, dit le philosophe, personnellement je la trouve répugnante » [40]. Quelques jours plus tard, Pierre Marcelle enfonce le clou dans Libération et dénonce la « thèse crapoteuse de Meyssan » qu’il compare à Faurisson. « Sous sa présidence, ce qui fut le Réseau Voltaire ressemble de plus en plus à la Vieille Taupe après que Faurisson l’eut préemptée. [...] On ne réfutera pas Meyssan. Certaine loi de l’offre et de la demande fait qu’on ne réfute pas Meyssan non plus que Faurisson. » [41] Dans Le Figaro, Alain Finkielkraut analyse : « Thierry Meyssan fait du négationnisme en temps réel » [42]

JPEG - 20.4 ko
De Al Jazeera à Arab News Network (photo), en passant par Sahar et Abu Dhabi, de grandes chaînes de télévision arabophones programment des émissions dans lesquelles Thierry Meyssan est l’invité vedette. L’auteur débat avec des responsables politiques de premier plan qui s’accordent bien souvent avec sa position : le refus de la guerre des civilisations et la nécessité de fonder les relations internationales sur le droit et non pas sur la religion.
JPEG - 5.3 ko
Thierry Meyssan invité du journal
télévisé de Fatma El Hassan
sur la chaîne 2M (Maroc).

Alors qu’aux États-Unis, la population ne peut pas lire les livres et qu’en France, la télévision est maintenant contrainte au silence à la demande expresse d’un membre du CSA, partout ailleurs dans le monde l’affaire fait grand bruit. De Al Jazeera à Arab News Network, en passant par Sahar et Abu Dhabi, de grandes chaînes de télévision arabophones programment des émissions dans lesquelles Thierry Meyssan est l’invité vedette. L’auteur débat avec des responsables politiques de premier plan qui s’accordent bien souvent avec sa position : le refus de la guerre des civilisations et la nécessité de fonder les relations internationales sur le droit et non pas sur la religion. Consacrant elle aussi une émission à l’auteur de L’Effroyable imposture et du Pentagate, CNN l’attaque au contraire avec une extrême violence et l’accuse d’antiaméricanisme.

De même, l’attitude très agressive de la presse française contraste avec celle des autres pays européens. Poursuivi en justice comme onze autres journaux français pour diffamation par Thierry Meyssan, l’hebdomadaire français Paris Match annonce dans un éditorial signé par son directeur de la rédaction, Alain Genestar, qu’il « s’engage à publier les comptes rendus du procès et à les diffuser auprès des grands médias internationaux » [43]. Du tac au tac, son équivalent suisse, L’Illustré, consacre deux pleines pages au « journaliste français Thierry Meyssan [qui] n’a pas cru longtemps à la version officielle des attentats du 11 septembre. Après la publication ce printemps de L’effroyable imposture, et malgré des critiques déchaînées contre lui, il persiste et signe Le Pentagate. » [44]

Dans tous les pays où le premier livre est déjà paru, il a rencontré un important intérêt populaire et s’est trouvé dans les dix meilleures ventes (voir la liste des traductions sur le site www.effroyable-imposture.net).

La presse hispanophone

Aux États-Unis, la presse anglophone dénonce un livre dont elle relève cependant les questions troublantes qu’il soulève. L’accueil de la presse hispanophone du pays est par contre extrêmement favorable, à l’instar des journaux latino-américains et espagnols.

En Argentine, le livre fait l’objet d’une publication distincte de la version diffusée en Espagne et la presse y porte un grand intérêt, gauche et droite confondues. Le journal de gauche Pagina 12 suit avec attention l’avancement de l’enquête de Thierry Meyssan sur le 11 septembre [45]. Le quotidien conservateur Clarin présente à ses lecteurs « un Français qui se méfie de la Maison-Blanche » [46]. En Colombie, El Tiempo termine un article par ces mots : « Meyssan n’affirme pas dans son livre L’Effroyable imposture que sa version est définitive. Mais il doute et prend un risque : contredire l’injonction faite à la presse par la Maison-Blanche de ne pas enquêter plus avant afin de ne pas nuire à la "sécurité nationale". De plus, il parvient à nous faire douter. »

JPEG - 29.2 ko
Dans la presse hispanophone, les enquêtes sont suivies avec grande attention. Le quotidien espagnol El Mundo n’hésite pas à publier une tribune de Thierry Meyssan le 11 septembre 2002. Ci-dessus, l’hebdomadaire populaire Interviu qualifie l’auteur de « défenseur des libertés ».

Même configuration en Espagne où les enquêtes bénéficient de l’intérêt tant du quotidien de centre-droite El Mundo que de celui de centre-gauche El Pais. Le 11 septembre 2002, un an après les attaques sur New York et Washington, El Mundo ouvre ses pages à Thierry Meyssan : « Partout dans le monde, les alliés des États-Unis s’inquiètent du silence de Washington face à ces questions, de ses projets belliqueux, et plus encore de la profonde crise intérieure que révèle cette fuite en avant. [...] La paix internationale apparaît soumise à un sursaut démocratique aux États-Unis, à l’ouverture d’un Pentagate. » [47]

L’Agencia informe de prensa internacional (IPI), qui couvre l’Amérique latine, publie un long entretien avec l’auteur. « Meyssan écrit avec la précision d’un horloger, dit-elle. Faits, lieux, dates, noms et documents officiels et tous types de sources sont cités. Il ajoute en plus les liens internet pour que les lecteurs puissent vérifier, la plupart d’entre eux pointant sur des institutions officielles. » [48]

JPEG - 19.8 ko
Le grand hebdomadaire de Suisse alémanique Facts présente un long dossier sur l’enquête de Thierry Meyssan et tourne en dérision les incohérences de la version officielle. Publiant les images d’une caméra de vidéo surveillance du Pentagone, Facts souligne qu’il manque précisément la seule photo utile : celle de l’objet qui a frappé le Pentagone et qui ne peut être un Boeing 757 .

On observe ce même intérêt de la presse hispanophone pour les enquêtes de Thierry Meyssan aux États-Unis mêmes où de nombreux journaux suivent son travail avec une grande attention. Dans un article publié simultanément en Espagne par El Pais et aux États-Unis par La Tribuna Hispana, José Vidal-Beneyto, reprend les questions soulevées par L’Effroyable imposture et demande des réponses. [49]L’ancien président du Conseil national de la Résistance sous Franco et actuel président de l’Association des amis du Monde diplomatique, insiste sur le fait que ces questions ne peuvent pas rester sans réponses.

GIF - 10.1 ko
Dans tous les pays où L’Effroyable imposture est déjà paru, il a rencontré un important intérêt populaire et s’est trouvé dans les dix meilleures ventes (voir la liste des traductions sur le site www.effroyable-imposture.net). Le nouveau livre, Le Pentagate vient d’être traduit en anglais et en portugais.

Chronologie

- Lundi 8 octobre 2001 : le Réseau Voltaire publie sur son site internet « Les mystères de l’attentat contre le Pentagone ».
- Dimanche 10 février 2002 : le webzine L’Asile utopique (Asile.org) publie « Le jeu des 7 erreurs » qui rencontre un important succès. Le dossier est traduit en plusieurs langues et le site accueille plus de 85 000 visiteurs dans la seule journée du 12 mars. Aucun article de presse.
- Lundi 11 mars 2002 : sortie du livre L’Effroyable imposture.
- Mercredi 13 mars : premiers articles de presse (Chili, Hongrie).
- Samedi 16 mars : l’auteur du livre est invité dans l’émission télévisée de Thierry Ardisson.
- Lundi 18 mars : le livre rencontre un succès populaire et fait l’objet de très nombreux articles injurieux dans la presse française les semaines suivantes.
- Samedi 30 mars : Le site internet de l’ouvrage, effroyable-imposture.net, propose en libre accès, la base documentaire qui a été utilisée pour la réalisation de l’enquête. Le livre est rapidement traduit à l’étranger.
- Lundi 24 juin : sortie du Pentagate, sous la direction de Thierry Meyssan, simultanément en librairie et, gratuitement, sur internet.
- Lundi 2 septembre : sortie aux États-Unis des versions anglaises des livres : The Big Lie et Pentagate.

[1] Cette revue de presse n’est pas exhaustive. Elle écarte notamment tous les articles dont nous ne maîtrisons pas la langue... Avis à nos lecteurs polyglottes !

[2] « Centro francés descarta que avión impactó en el Pentágono », La Tercera (Chili), 13 mars 2002 :
http://www.tercera.cl/diario/2002/0...
« Tavaly nem repülo˝ zuhant a Pentagonra ? Belso˝ merénylet a szeptember 11-i robbanás mögött ? », Népszabadság (Hongrie), 13 mars 2002 :
http://www.nepszabadsag.hu/Default....

[3] Le Monde (France) :
« Le Net et la rumeur », éditorial, 21 mars 2002.
« Internet véhicule une rumeur extravagante sur le 11 septembre », par Stéphane Foucart et Stéphane Mandard, 21 mars 2002.
« Un avion a bel et bien frappé le Pentagone », par Hervé Kempf, 21 mars 2002.
« Thierry Meyssan : de la lutte contre la calotte à la politique mondiale », par Nicolas Weill, 21 mars 2002.
« Danone, le FN et l’Opus Dei pour cibles du Réseau Voltaire », par Pascal Ceaux, 21 mars 2002.
« Crash chez Ardisson », par Daniel Schneidermann, 23 mars 2002.
« Les journalistes et le livre de Thierry Meyssan », par Gaïdz Minassian, édition en ligne, 26 mars 2002 :
http://www.lemonde.fr/article/0,598...
« Le brulôt d’Oriana Fallaci contre les fils d’Allah », par Gilles Kepel, 30 mai 2002.
« Les Français, fous de la théorie du complot ? », par Constance Baudry, 27 juin 2002.
« L’imposture démontée », par Hervé Kempf, 25 juillet 2002.

[4] Libération (France) :
« Dérapage au Réseau Voltaire », par Edouard Launet, 16 mars 2002.
« La folle rumeur du 11 septembre », Pascal Riché, 16 mars 2002.
« Mensonge à Voltaire », chronique, par Pierre Marcelle, 26 mars 2002.
« Réveille-toi, Voltaire », éditorial, par Gérard Dupuy, 30 mars 2002.
« La même rhétorique que le négationnisme », entretien avec Pierre Lagrange, par Béatrice Vallaeys, 30 mars 2002.
« Meyssan, une dérive conspirationniste mystérieuse », par Edouard Launet, 30 mars 2002.
« L’effroyable escroquerie », par Ange-Dominique Bouzet, 30 mars 2002.
« Pourquoi la démonstration de Meyssan est cousue de très gros fils blancs », 30 mars 2002.
« Flambée antifrançaise aux États-Unis », par Pascal Riché, 13 avril 2002.
« Les beaux jours de la théorie du complot », par Pascal Bruckner, 17 mai 2002.
« Un antidote à l’imposture », par Jean-Dominique Merchet, 12 juin 2002.
« New York Times : retour sur l’affaire Meyssan », 24 juin 2002.
« Censeurs, censeuses... », chronique, par Pierre Marcelle, 24 juin 2002.
« Un air lancinant de complot », par Marc Kravetz, 20 août 2002.

[5] « ¿Y si el avión contra el Pentágono nunca existió ? », par Eduardo Febbro, Pagina 12 (Argentine), 25 mars 2002.

[6] « Le Réseau Voltaire privilégie la piste intérieure », par Rodéric Mounir, 28 mars 2002, Le Courrier (Suisse) :
http://www.lecourrier.ch/essai.htm?...
« Le pouvoir étasunien sous l’emprise des faucons », par Rodéric Mounir, 28 mars 2002, Le Courrier (Suisse) :
http://www.lecourrier.ch/essai.htm?...

[7] « The Frightening Fraud », Sina.com (Chine), 15, 16 et 17 avril 2002 :
http://news.sina.com.cn/w/2002-04-1...
http://news.sina.com.cn/w/2002-04-1...
http://news.sina.com.cn/w/2002-04-1...

[8] « Swallowing the Official Line », par Boris Kagarlitsky, The Moscow Times (Russie), 10 septembre 2002 :
http://www.themoscowtimes.com/stori...

[9] Publication du livre en épisode dans Draganic (Yougoslavie) et Politika (Yougoslavie), du 7 avril au 14 mai 2002 :
de http://www.politika.co.yu/feljton/m...
à http://www.politika.co.yu/feljton/m...

[10] « Du 11 septembre à l’offensive Sharon », par Omar Aktouf, Le Soleil (Canada), 17 avril 2002.

[11] Al Watan (Arabie Saoudite), 17 mars 2002.

[12] « Qui a commandité les attentats du 11 septembre ? », par Thierry Meyssan, 8 avril 2002 :
Version arabe : http://www.zccf.org.ae/LECTURES/A2_...
Version française : http://www.voltairenet.org/article7...

[13] Par exemple :
« French author calls for probe into September 11 attacks », par Muawia E. Ibrahim, Khaleej Times (Émirats Arabes Unis), 9 avril 2002 :
http://www.khaleejtimes.co.ae/ktarc... « Un auteur français réclame une enquête sur les attentats du 11 septembre », par Mouawiya Ibrahim, Khaleej Times (Émirats arabes unis), 9 avril 2002.
« Des responsables militaires américains derrière les attentats du 11 septembre », The Saudi Gazette (Arabie Saoudite), 10 avril 2002.

[14] « Call for probe into terror attacks », Financial Times (Royaume-Uni), 9 avril 2002.

[15] « GCC lauds efforts of Zayed centre », Gulf News, 26 juillet 2002 :
http://www.gulf-news.com/Articles/n...

[16] « L’auteur de "L’Effroyable imposture" à la rencontre de nombreux lecteurs marocains acquis à ses thèses », Associated Press, 7 juin 2002.

[17] « L’histoire tragique d’une abdication médiatique », Libération (Maroc), 16 juin 2002.

[18] « Un B757 s’est-il vraiment écrasé sur le Pentagone le 11 septembre ? », par Nadia Omrane, Réalités (Tunisie), 25 avril 2002 :
http://www.tunisieinfo.com/realites...

[19] « No plane struck Pentagon : book », Dawn (Pakistan), 16 août 2002 :
http://www.dawn.com/2002/08/16/int10.htm

[20] Kayahn (Iran), 7 septembre 2002. Voir aussi BBC Monitoring Service des 8 et 12 septembre 2002.

[21] « US invented air attack on Pentagon, claims French book », par Jon Henley, The Guardian (Royaume-Uni), 1er avril 2002 :
http://www.guardian.co.uk/september...
« Author claims Pentagon not attacked », par Rebecca Harrison, The Scotsman (Royaume-Uni), 1er avril 2002 : http://news.scotsman.com/internatio...

[22] « FBI statement regarding L’effroyable Imposture », par Van. A. Harp, FBI Washington Field Office, 2 avril 2002.

[23] « Sept. 11 Conspiracy Theory Book Lures French », Reuters (Royaume-Uni), 2 avril 2002.
« French lap up Pentagon crash ’fraud’ », BBC (Royaume-Uni), 2 avril 2002 :
http://news.bbc.co.uk/hi/english/wo...
« September attacks ’staged by Pentagon’ », par Philip Delves Broughton, The Daily Telegraph (Royaume-Uni), 2 avril 2002 :
http://portal.telegraph.co.uk/news/...

[24] Department of Defense News Briefing (États-Unis), 24 avril 2002 :
http://www.defenselink.mil/news/Apr...

[25] « French author claims U.S. was behind Sept. 11 attacks », par By Jay Root, Star Telegram (Texas, États-Unis), Mercury News (Californie, États-Unis), etc., 28 avril 2002 :
http://www.bayarea.com/mld/bayarea/...

[26] « Conspiracy Theory », par Bruce Crumley, Time (États-Unis), 20 mai 2002 :
http://www.time.com/time/europe/mag...

[27] « France still seethes over America’s global empire », par Charles Bremner, The Times (Royaume-Uni), 21 mai 2002 :
http://www.timesonline.co.uk/articl...

[28] « Conspiracy Theory Grips French : Sept. 11 as Right-Wing U.S. Plot », par Alan Riding, The New York Times (États-Unis), The Mercury News (États-Unis), etc., 22 juin 2002 :
http://www.nytimes.com/2002/06/22/i...
http://www.bayarea.com/mld/bayarea/...
International Herald Tribune (Europe), 26 juin 2002 :
http://www.iht.com/articles/62579.htm

[29] Department of Defense News Briefing, Victoria Clarke, 25 juin 2002 :
http://www.defenselink.mil/news/Jun...

[30] « Meyssan argues the Pentagon damage was caused by a U.S. missile », par Jim Bittermann, CNN (États-Unis), 26 juin 2002 :
http://www.cnn.com/2002/WORLD/europ...
Article repris sur CNN Español, 26 juin 2002 :
http://cnnenespanol.com/2002/mundo/...

[31] « French writer cashes in by claiming 9/11 a U.S. military plot », par Angela Doland, Associated Press (États-Unis), 27 juin 2002.

[32] « ’Horrifying Fraud’ : A view from France », par R. Emmett Tyrrell Jr., The Washington Times (États-Unis), 28 juin 2002 :
http://www.washtimes.com/commentary...

[33] « French 9/11 Theory Finds Voice in the U.S. », par Tim Rutten, Los Angeles Times (États-Unis), 3 juillet 2002 :
http://www.latimes.com/features/lif...

[34] « September 11, 2001 : The Big Lie : Uncensored IN ENGLISH », Amazon.com (États-Unis).
« Publisher : Amazon to sell anti-U.S. 9/11 book », par Emily Gest, New York Daily News (États-Unis), 22 août 2002 :
http://www.nydailynews.com/news/wn_...

[35] « Sept. 11 Conspiracy Book to Hit Stores », par Mark John, Reuters (Royaume-Uni), 21 août 2002.
« Something For The Weekend : If A 767 Really Hit The Pentagon Why Is Ther No Plane Wreckage ? », par Georgia Williams, Daily Record (Royaume-Uni), 17 août 2002 :
http://www.dailyrecord.co.uk/featur...

[36] « Hollywood appelé au boycott de Cannes par une organisation juive », par Claudine Mulard, Le Monde (France), 12 mai 2002.

[37] « The Word in Paris », par Jim Hoagland, The Washington Post (États-Unis), 19 juillet 2002 :
http://www.washingtonpost.com/wp-dy...

[38] « Le nouvel Obscurantisme », entretien avec Gérard Miller, par Christophe Gueugneau, Le Nouvel Observateur, édition en ligne (France), 21 mars 2002.

[39] « Le Net et la rumeur », Le Monde (France), 21 mars 2002.

[40] « On a évacué le réel », entretien avec Pascal Bruckner, par Charles Roncier, Le Nouvel Observateur, édition en ligne (France), 22 mars 2002.

[41] « Mensonge à Voltaire », par Pierre Marcelle, Libération (France), 26 mars 2002.

[42] « L’abolition des censures permet de refaire l’Histoire », entretien avec Alain Finkielkraut, Le Figaro (France), 23 avril 2002.

[43] « Le 11 septembre en procès », éditorial, par Alain Genestar, Paris Match (France), 15 août 2002.

[44] « Thierry Meyssan : "La version officielle est un tissu de mensonges" », par Jean-Blaise Besençon (texte) et Frédéric Reglain/Gamma (photo), L’Illustré (Suisse), 4 septembre 2002 :
http://www.webdo.ch/illustre/2002/3...

[45] « Acciones », par Juan Gelman, Pagina 12 (Argentine), 11 juillet 2002.

[46] « Unfrancés que duda dela Casa Blanca », Clarin (Argentine), 17 juin 2002 :
http://www.clarin.com/diario/2002/0...

[47] « Preguntas en el aire », par Thierry Meyssan, El Mundo (Espagne), 11 septembre 2002.
Version française : article7701.html

[48] « Ningún avión se estrelló en el Pentágono », par Sandro Cruz, Agencia informe de prensa internacional (IPI), 11 septembre 2002.

[49] « Incógnitas del 11 de septiembre », par José Vidal-Beneyto, El Pais (España), 6 avril 2002 :
http://www.elpais.es/articulo.html?...
La Tribuna Hispana (USA), 12 avril 2002 :
http://www.latribunahispana.com/new...

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.