Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

L’Europe vole sur le nEUROn

Il est difficile pour un gouvernement de faire appliquer des ordres criminels. Pour résoudre ce problème, il convient de réduire au maximum la chaîne de commandement de manière à limiter le nombre de personnes susceptibles de se révolter, et de fractionner le travail de sorte que personne ne se sente vraiment responsable des crimes commis. Dans cette perspective, l’OTAN a lancé des études pour connecter directement les soldats à leur état-major et pour automatiser le combat. Répondant à cette demande, le groupe Dassault et ses partenaires européens ont imaginé le nEUROn.

| Rome (Italie)
+

Alors que l’euro continue à perdre de l’altitude et risque de s’écraser, le nEUROn décolle. Ce n’est pas un euro de nouveau cours. C’est un vélivole de combat non piloté d’un nouveau type. Les drones actuels, comme le Predator étasunien, sont pilotés à distance par des opérateurs installés à une console, dans une base aux USA à plus de 10 000 kms de distance : à travers des vidéocaméras et des senseurs à infrarouges, ils repèrent l’objectif (une maison, un groupe de gens, une voiture en mouvement), et le frappent avec des missiles « Feu de l’enfer » (Hellfire).

Ces drones et d’autres sont de plus en plus employés dans les « guerres secrètes » en Afghanistan, Pakistan, Irak, Yémen, Somalie, Libye et ailleurs.

Pour soutenir l’opération militaire française au Mali, on installe maintenant au Niger une base de drones US, qui s’ajoute à celles qui sont déjà opérationnelles en Éthiopie et dans quelques autres pays africains. L’U.S. Air Force est en train d’entraîner plus de « pilotes à distance » que de pilotes de chasseurs bombardiers. Mais les problèmes ne manquent pas : les pilotes aux consoles ne risquent pas leur vie, mais ils sont sujets à de gros stress qui, selon une étude du Pentagone, provoquent dans de nombreux cas angoisse et dépression. La guerre évidemment déprime, même quand on tue en appuyant sur un bouton à 10 000 kms de distance.

Mais ces problèmes seront bientôt résolus : on est en train d’expérimenter des vélivoles complètement robotisés, comme les X-37B de l’U.S. Air Force, qui peuvent même se passer des pilotes aux consoles. Parmi ces vélivoles non pilotés de combat se distingue le nEUROn, issu d’un programme européen conduit par la société française Dassault, auquel participe la société [italienne] Alenia Aermacchi en tant que premier partenaire industriel, avec aussi un pourcentage de 22 % des coûts (quantifiés dans la phase initiale à 400 millions d’euros). Un groupe de sociétés italiennes dont Selex Galileo (Finmeccanica) participe aussi au programme, avec Alenia Aermacchi comme chef de file national. Le prototype du nEUROn (au développement duquel participent aussi la Suède, l’Espagne, la Grèce et la Suisse) a déjà effectué son premier vol. Il sera maintenant, pendant deux ans, soumis à un intense programme de tests, à Decimomannu (Sardaigne) aussi, pour vérifier sa furtivité et ses capacités de lancement de missiles et de bombes à guidage laser depuis la soute intérieure, avec un système « intelligent » projeté par Alenia qui « effectuera automatiquement la reconnaissance de la cible ». Une fois donnés les éléments de la mission, c’est l’intelligence artificielle du nEUROn qui guidera le vélivole sur la cible et, après que celle-ci aura été atteinte, le ramènera à la base. En silence radio total, pour éviter l’interception, et avec la possibilité de contrôler toute une escadre d’attaque de nEUROn de façon automatique par les chasseurs de dernière génération (type Rafale).

De cette manière, au 21ème siècle, la guerre impérialiste devient automatisée et invisible. De sorte que les parlementaires, qui soutiennent cette politique par un vote bipartisan, peuvent encore se présenter avec le visage de la démocratie.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

Manlio Dinucci

Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Laboratorio di geografia, Zanichelli 2014 ; Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013 ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, Ed. DeriveApprodi 2005.

 
La puissance de Rome sur les mers
La puissance de Rome sur les mers
« L’art de la guerre »
 
Le business des armes s
Le business des armes s’envole
« L’art de la guerre »
 
Otan, la grande offensive
Otan, la grande offensive
« L’art de la guerre »
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.