Réseau Voltaire

Robert Malley, nouveau « tsar anti-Daesh » à la Maison-Blanche

+

Le président Obama a désigné le directeur du Proche-Orient au Conseil national de sécurité, Robert Malley, comme « tsar anti-Daesh ». Il sera chargé de coordonner et de superviser toutes les actions et toutes les structures impliquées dans la lutte contre l’organisation terroriste.

Robert Malley a suivi ses études à l’école de Droit d’Harvard en même temps que Barack Obama, même s’ils ’étaient pas liés à l’époque. Il a débuté comme clerc à la Cour suprême, puis a rejoint l’administration Clinton, notamment auprès du conseiller national de sécurité, Sandy Berger. En 2000, il participa aux négociations israélo-palestiniennes de Camp David. Durant les mandats de Georges W. Bush, il rejoignit l’International Crisis Group de George Soros et poursuivit ses contacts avec presque tous les dirigeants du Proche-Orient, dont le président syrien, Bachar el-Assad. En 2008, il fut conseiller de Barack Obama durant sa campagne électorale, mais une fois élu, le président se sépara de lui en raison de l’opposition du lobby juif états-unien. En définitive, ce n’est qu’en 2014 que Barack Obama le nomma responsable du Proche-Orient au Conseil de sécurité nationale.

Dans ses ouvrages, Robert Malley a souvent critiqué la manière dont Washington choisissait ses alliés au Proche-Orient. Selon lui, la plupart d’entre eux ont des valeurs et poursuivent des objectifs incompatibles avec ceux de Washington.

Robert Malley s’inscrivit en faux face à une campagne de propagande israélienne selon laquelle l’échec de camp David était imputable aux Palestiniens. Son témoignage du contraire lui valut de faire lui-même l’objet de violentes attaques de la part du lobby juif états-unien. En 2008, il fut accusé d’avoir rencontré des dirigeants du Hamas et de soutenir le terrorisme anti-israélien. Il avait en fait poursuivi son travail au sein de l’International Crisis Group en rencontrant à la fois les dirigeants israéliens et palestiniens.

Juif lui-même, Robert Malley est le fils du journaliste francophone et fondateur d’Afrique-Asie, Simon Malley, et de Barbara Malley, une ancienne collaboratrice du FLN algérien. Il est connu pour militer contre l’impérialisme US, mais pour un leadership états-unien avec les États en développement.

En tant que « tsar anti-Daesh », Robert Malley devra mettre un terme à deux ans de division au sein de l’administration Obama. En octobre dernier, il s’était vivement opposé, lors d’une réunion du Conseil national de sécurité, à l’ambassadrice aux Nations Unies, Samantha Power, à propos du maintien ou non au pouvoir du président démocratiquement élu Bachar el-Assad.

Robert Malley travaillera avec Jeff Prescott, ancien conseiller national adjoint de sécurité du vice-président Joe Biden, qui rejoint le Conseil national de sécurité pour le Golfe et le Levant.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.