Haïti : l’attaque contre la manifestation politique du 7 janvier

Les Etats-Unis condamnent l’action du gouvernement haïtien lors de la manifestation politique qui a eu lieu le 7 janvier à Port-au-Prince. Même s’il est clair que certains policiers ont agi avec diligence pour protéger les manifestants, il est aussi clair que d’autres policiers ont collaboré avec des bandes fortement armées qui avaient été recrutées pour attaquer les manifestants. Tout au long de la journée, ces mêmes bandes parrainées par le gouvernement se sont déchaînées dans les rues de la capitale ; elles ont volé des automobiles, attaqué des stations de radio, vandalisé des magasins et harcelé des personnes.

Ces agissements sont en contradiction avec les déclarations du gouvernement selon lesquelles il recherche un compromis et un règlement pacifique de la crise politique qui règne à Haïti. Un gouvernement qui souhaite être considéré comme étant démocrate ne peut pas continuer d’avoir recours à des bandes et d’en faire un instrument de terreur et d’intimidation. Le gouvernement haïtien doit cesser immédiatement ses efforts visant à supprimer tout dissentiment non violent, doit sanctionner ceux qui commettent des actes violents de répression et doit entreprendre les réformes fondamentales nécessaires pour rétablir l’Etat de droit à Haïti, conformément à la résolution 822 de l’OEA.

Le gouvernement des Etats-Unis est convaincu que la crise à Haïti doit être dénouée par des moyens pacifiques et par le dialogue.