Réseau Voltaire

L’Institut polonais de la mémoire nationale (IPN) veut enlever 300 monuments

+

Sous la direction du Dr. Łukasz Kamiński, l’Institut polonais de la mémoire nationale (Instytut Pamięci Narodowej — IPN) a annoncé son intention de retirer 300 monuments élevés en hommage à la libération du pays par l’Armée rouge. Ils devraient être déplacés dans un parc consacré à l’histoire de la propagande soviétique, dans une localité difficile d’accès au nord-ouest du pays.

En 2013-2014, la Pologne a aidé les organisateurs du changement de régime en Ukraine, notamment en formant des militants du parti nazi Pravy Sektor [1] et en déléguant le chef des ses Forces spéciales [2].

Le ministre des Affaires étrangères polonais de l’époque, Grzegorz Schetyna, affirma que le camp d’Auschwitz n’a pas été libéré par l’Armée rouge, mais par les Ukrainiens [3].

En octobre 2015, le parquet de Varsovie a ouvert une information judiciaire contre l’historien états-unien Jan T. Gross, professeur à l’université de Princeton, pour avoir déclaré dans un entretien à Die Welt que durant la Seconde Guerre mondiale, « les Polonais ont tué plus de juifs que d’Allemands ». Une déclaration immédiatement condamnée par le ministère des Affaires étrangères polonais.

Le 18 mai 2016, le parquet a fait arrêter et emprisonner le président du parti Zmiana, Mateusz Piskorski, pour « espionnage au profit de la Russie et de la Chine », parce qu’il mène campagne contre la réécriture de l’Histoire organisée par l’Otan [4].

La Pologne devrait ouvrir à Gdańsk, à la fin de l’année, un gigantesque musée consacré à la Seconde Guerre mondiale. De nombreux États membres de l’Otan ont participé à son financement qui devrait atteindre près de 100 millions d’euros. À l’évidence, malgré les protestations de la communauté des historiens à l’échelle internationale, le message principal sera d’assimiler nazisme et communisme et d’affirmer que la Pologne n’a pas été libérée du nazisme par l’Armée rouge, mais a été occupée par elle.

[1] « Le Procureur général de Pologne confirme avoir ouvert une enquête sur l’affaire Pravy Sector », Réseau Voltaire, 28 avril 2014.

[2] « La Pologne dirige les opérations militaires en Ukraine », par Andrew Korybko, Traduction Gérard Jeannesson, Oriental Review (Russie) , Réseau Voltaire, 14 juin 2014.

[3] « Très juste, monsieur l’Ambassadeur », par Michael Jabara Carley, Traduction Sophie Brissaud, Strategic Culture Foundation (Russie) , Réseau Voltaire, 16 octobre 2015.

[4] « L’Otan fait arrêter le leader d’opposition polonais Mateusz Piskorski », Réseau Voltaire, 21 mai 2016.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.