Réseau Voltaire

La Jordanie propose de négocier le sort de la Palestine auprès des États-Unis et évoque le sort de l’Irak

+

Le ministre des Affaires étrangères jordanien, Marwan Muasher, a annoncé, mardi 28 octobre 2003, que le roi Abdullah se rendrait au Koweït durant le Ramadan, puis aux États-Unis en décembre.
Les discussions du souverain jordanien avec le président George W. Bush devraient se focaliser sur les manières de mettre un terme à la violence qui continue de secouer les territoires palestiniens, mais aussi sur les moyens de briser les obstacles qui empêchent toute négociation israélo-palestinienne. La visite du roi Abdullah aux États-Unis doit ainsi permettre « d’aider les Palestiniens à trouver une issue à la crise », a indiqué Marwan Muasher
Avec cet objectif en tête, des officiels jordaniens et palestiniens se réuniront au cours des prochaines semaines, dans la lignée de la demande faite par le monarque au Premier ministre palestinien, Ahmed Qureih, afin que ce dernier lui soumette des « idées » qu’il puisse emmener à Washington.
Muasher a profité de la conférence de presse pour réaffirmer la ferme condamnation par la Jordanie de la « soi-disant "clôture de sécurité" », qui va être érigé à l’intérieur des territoires palestiniens, annexant ainsi ces terres. « Ce n’est pas une clôture de sécurité, sinon Israël l’aurait construite le long de la frontière de 1967 ? Mais elle n’est pas construite sur cette frontière, elle taille dans encore plus de terres palestiniennes, menaçant l’avenir de l’État palestinien ».
Concernant la situation en Irak, le ministre des Affaires étrangères jordanien a mis en garde contre la création d’une fédération sur des bases ethniques : « Ce serait très dangereux, cela signifierait que le pays serait divisé en trois parties : une kurde, une sunnite et une chiite ». En revanche, la Jordanie n’a rien contre l’idée d’une fédération en tant que telle, tant qu’elle n’est pas fondée sur des bases ethniques.
Afin de maintenir la stabilité de la région et de l’Irak, la Jordanie plaide pour l’établissement d’« une armée forte et d’un gouvernement central, capable de préserver l’unité du pays », a-t-il déclaré. Ainsi la Jordanie a-t-elle offert d’entraîner 32 000 policiers irakiens, au début du mois prochain. Mais le ministre a démenti que la Jordanie ait reçu, en échange, plusieurs centaines de millions, voire des milliards, de dollars, en retour. La Jordanie doit recevoir entre 20 et 25 millions de dollars pour cet effort, d’après Marwan Muasher.
Le ministre jordanien a également indiqué qu’il avait l’intention de se servir de la réunion régionale consacrée à l’Irak, qui doit avoir lieu à Damas ce week-end, pour réitérer les mises en gardes de la Jordanie contre la présence de troupes de pays voisins en Irak. « Il est important que nous expliquions à la Turquie et aux autres participants pourquoi nous sommes opposés à la présence de troupes des pays voisins en Irak ». La Turquie continue en effet d’envisager l’envoi de 10 000 soldats dans les zones kurdes situées au nord de l’Irak.

Source
Jordan Times (Jordanie)

« King to visit Kuwait, US », Jordan Times, 29 octobre 2003.

Regards du Proche-Orient

Le monde vu du Proche-Orient. Tous les jours, le Réseau Voltaire a relevé les informations publiées dans la presse du Proche-Orient et les a résumé sous forme de dépêches sourcées (mai 2003-janvier 2004).

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.