Réseau Voltaire

Liban

+

A. Éducation

197. Enseignement primaire élémentaire et primaire supérieur. Pendant l’année scolaire 2002/03, les 79 écoles primaires de l’Office au Liban ont accueilli 39 730 élèves aux niveaux primaire élémentaire (six années d’études) et primaire supérieur (trois années d’études), dont 154 nouveaux élèves, et 45,12 % des élèves des écoles de l’Office ont obtenu leur brevet (examen de fin de troisième année de l’enseignement primaire supérieur organisé en juillet 2002), contre 52,38 % pour les écoles publiques.

198. Enseignement secondaire. Le Liban était la seule zone d’opérations où l’Office avait ouvert un nombre limité d’écoles secondaires pour pallier les restrictions à l’accès des réfugiés palestiniens aux écoles publiques et le coût élevé des écoles privées, hors de portée pour les réfugiés. Les écoles secondaires étaient au nombre de cinq : l’école de Galilée à Beyrouth, l’école de Bissan à Saïda, l’école d’Al-Aqsa à Tyr, l’école de Nazareth dans le nord et l’école de Qastal à Bekaa. L’école de Nazareth a été transférée à l’école primaire d’Al-Majdal, où 10 nouvelles salles de classe ont été construites grâce aux contributions des donateurs. En 2001/02, 67,02 % des élèves du secondaire ont obtenu le diplôme officiel sanctionnant la fin d’études secondaires générales (BaccII), contre 82,6 % des élèves des écoles privées et publiques.

199. Infrastructure scolaire. On a fini de construire une école dans l’enceinte du centre de formation de Siblin destinée à remplacer deux écoles installées dans des bâtiments de location défectueux. La construction de 10 salles de classe et d’une salle à usage spécialisé est achevée. Au Liban, un grand nombre d’écoles (46,6 %) se trouvent dans des bâtiments de location qui laissent à désirer, l’exiguïté des salles de classe ne permettant que des effectifs relativement faibles (30,41 élèves). Comme l’Office n’est pas autorisé à remplacer les bâtiments scolaires loués à l’extérieur des camps par des bâtiments qu’il ferait construire lui-même, le programme d’éducation a continué de rechercher des locaux convenables.

200. Enseignement professionnel et technique. Le centre de formation de Siblin a dispensé une formation professionnelle et technique à 699 stagiaires, dont 196 femmes, dans le cadre de 15 cours de formation commerciale et de 8 cours de formation technique et semi-professionnelle.

201. Formation pédagogique théorique. Au total, 131 étudiants, dont 92 femmes, étaient inscrits au centre de formation de Siblin. Soixante et onze étudiants ont suivi un programme d’études conçu par l’Office, sanctionné par un diplôme en août 2002 et ont tous été engagés par l’Office.

202. Écoles maternelles. Les quatre écoles maternelles francophones financées par un donateur ont continué de fonctionner et ont accueilli 189 élèves au cours de l’année scolaire 2002/03.

203. Bourses universitaires. En 2002/03, cinq étudiants, dont deux femmes, ont continué de percevoir des bourses d’études accordées lors des années précédentes.

B. Santé

204. Soins de santé primaires. L’Office est demeuré le principal fournisseur de soins de santé aux réfugiés du Liban. L’accès aux services de santé publique était difficile et les coûts des soins privés étaient hors de portée des réfugiés. Pour la prestation de ses services, l’Office disposait de 25 centres de soins de santé primaires : tous avaient des services de planification familiale ; 24 offraient des soins spéciaux pour le traitement du diabète sucré et de l’hypertension ; 17 dispensaient des soins dentaires ; 15 étaient équipés de laboratoires, 4 d’entre eux disposant de matériel de radiologie ; 15 offraient des soins spécialisés en cardiologie, obstétrique et gynécologie. La construction de centres de soins complets pour remplacer les anciens centres de soins de santé maternelle et infantile des camps d’Ein el-Hilweh et de Beddawi est achevée.

205. Soins hospitaliers. Les réfugiés pouvaient bénéficier de soins hospitaliers en vertu d’accords passés avec 14 hôpitaux généraux privés ou de la Société palestinienne du Croissant-Rouge, et un établissement psychiatrique. Étant donné la hausse constante des coûts et le fait que l’Office est loin d’avoir les ressources nécessaires pour répondre aux besoins élémentaires des réfugiés, l’une des priorités en matière de santé de la zone d’opérations du Liban était d’assurer aux réfugiés des soins hospitaliers satisfaisants. Vu leur situation socioéconomique très difficile, les réfugiés du Liban étaient dispensés du paiement de la franchise instituée pour d’autres traitements sauf les soins vitaux spécialisés. Dans le cadre de l’établissement du budget pour l’exercice biennal 2004-2005, l’Office envisage également de renforcer son aide pour couvrir le coût des services hospitaliers spécialisés, des soins vitaux d’urgence et du traitement des cancers, car les réfugiés sont de moins en moins en mesure de faire face aux contributions élevées liées au partage des coûts.

206. Coopération avec le Gouvernement libanais. L’Office a participé à la campagne nationale de vaccination pour l’éradication de la poliomyélite au Liban, les vaccins étant fournis par l’UNICEF. L’Office a continué de coopérer étroitement avec le programme national de lutte contre la tuberculose dans tous ses aspects. L’Association nationale de lutte contre la thalassémie a maintenu son aide au traitement des enfants réfugiés souffrant de cette maladie congénitale.

207. Infrastructure en matière d’hygiène du milieu. Le terme de l’accord financier conclu entre l’Office et le donateur pour la construction de réseaux d’assainissement et d’adduction d’eau dans cinq camps de réfugiés, pour un coût de 8 750 000 dollars, a été porté au 30 juin 2004. Les marchés pour l’exécution des travaux et la supervision technique ont été adjugés en avril 2003. Le projet vise à améliorer les infrastructures de deux camps situés dans le secteur de Tyr et de trois camps sis respectivement à Saïda, Bekaa et dans le nord.

C. Aide d’urgence et services sociaux

208. Immatriculation des réfugiés. Au 30 juin 2003, 391 679 réfugiés palestiniens étaient immatriculés auprès de l’Office au Liban, soit 1,2 % de plus qu’au 30 juin 2002 (387 043). La fusion des anciens numéros d’immatriculation correspondant aux dossiers de familles a été effectuée à 83,36 %.

209. Programme spécial d’aide d’urgence. La demande de vivres et d’espèces à des fins d’aide alimentaire a continué d’augmenter, les restrictions juridiques à l’emploi des réfugiés palestiniens au Liban demeurant en vigueur et la situation économique et sociale n’offrant guère de sources de revenus aux réfugiés. Au 30 juin 2003, 43 847 personnes bénéficiaient du programme spécial d’aide d’urgence. En raison de retards dans la livraison des denrées alimentaires et de rupture de stocks, la composition des rations et le calendrier de distribution ont dû être modifiés. Le fonctionnaire hors siège chargé des services de secours a mis en place dans les bureaux de zone un système de contrôle électronique qui permet de faire rapport sur le programme spécial d’aide d’urgence et de créer des bases de données d’immatriculation, à des fins de planification et de suivi. Au total, 15 réfugiés âgés et sans ressources ont été placés dans des établissements spéciaux, où ils ont reçu des soins et ont été nourris et logés.

210. Aide financière sélective en espèces. Une aide financière sélective en espèces d’un montant de 89 374 dollars a été accordée à des familles (4 781 personnes) pour répondre à des besoins urgents. Chaque famille a reçu en moyenne 88 dollars. De ce montant total, 7 500 dollars ont été distribués à 15 familles à Tyr et Saïda, et 14 816 dollars ont été répartis entre 56 familles à Bekaa, pour répondre à des besoins nés de la rudesse du climat. L’extrême indigence des réfugiés palestiniens du Liban et le manque de fonds pour répondre à leurs besoins sont restés une source de vive préoccupation pour l’Office.

211. Remise en état des logements. On a recensé et hiérarchisé les logements à remettre en état ou à reconstruire. Des 578 logements prioritaires, 127 devaient être remis en état et 50 l’ont été au cours de la période considérée pour un montant de 427 000 dollars. Au total, 24 familles ont décidé de remettre leur logement en état selon le principe de l’auto-assistance. Au cours de la période, l’Office a conclu sept contrats avec des entrepreneurs palestiniens, qui doivent remettre en état 103 logements, ce qui fournira un emploi à quelque 600 personnes vivant à l’intérieur des camps. L’autorisation spéciale requise pour la livraison de matériaux de construction dans le camp d’Ein el-Hilweh a retardé les travaux de plusieurs mois. Une proposition de projet de remise en état de 10 logements précaires dans les camps de Tyr a été soumise aux donateurs intéressés. Il se pourrait en effet que les autorités libanaises lèvent l’interdiction d’entrée qui pèse sur les matériaux de construction de logements.

212. Services sociaux. La formation dispensée a porté notamment sur les méthodes éducatives pour la petite enfance et l’intégration des personnes souffrant de handicaps physiques ou mentaux et la formation des instructeurs aux questions d’égalité des sexes et de développement. Afin de garantir les meilleurs résultats possibles et la diffusion optimale des informations, on a entrepris au cours de la période considérée d’une part de rapprocher les services chargés de l’aide d’urgence et les services sociaux et d’autre part de relier aux services de l’Office chargés de la santé et de l’éducation des organisations communautaires et des ONG, grâce à des ateliers et à des réunions du personnel chargé de l’aide d’urgence et des services sociaux. Le Mémorandum d’accord qui régit les relations entre l’Office et les organisations communautaires ainsi que les conditions d’utilisation des locaux de l’Office, et qui consacre les principes de neutralité et d’impartialité de l’ONU, a été renouvelé en janvier 2003 avec tous les comités administratifs locaux.

213. Lutte contre la pauvreté. Le programme de prêts à la création de microentreprises de l’Office, qui a franchi en septembre 2002 le cap des 10 années d’existence, est resté le principal mécanisme de crédit ouvert aux réfugiés palestiniens du Liban. Doté d’un capital de départ de 86 286 dollars, qui a pratiquement quadruplé en une décennie, ce programme gère un portefeuille de 872 prêts, d’une valeur de 3 054 725 dollars. Son succès tient essentiellement à sa saine gestion, à l’évaluation périodique de ses résultats au regard des pratiques optimales en matière de crédit et aux ajustements et réaménagements périodiques des prêts en vue de satisfaire la demande des parties prenantes et du marché. Au cours de la période considérée, des prêts d’un montant de 34 900 dollars ont été accordés à 12 emprunteurs bénéficiant du programme spécial d’aide d’urgence. Grâce au programme de crédit, 10 familles ont été enlevées des listes de rationnaires de l’Office dès que les revenus de leur microentreprise ont dépassé le seuil fixé pour l’aide spéciale d’urgence. Des prêts allant de 500 à 5 000 dollars ont été consentis à environ 126 entrepreneurs, ce qui représente au total 365 900 dollars. Les revenus tirés des intérêts sur les prêts, des intérêts sur les dépôts bancaires et des pénalités pour retard de paiements se sont chiffrés à 88 836 dollars, dont une partie a permis de couvrir les frais d’administration, le solde ayant été versé au fonds autorenouvelable et affecté à de nouveaux prêts. Le taux moyen de remboursement de l’ensemble des prêts était de 94 %.

214. Participation des femmes au développement. On a continué d’oeuvrer à consolider les organisations communautaires en faisant l’application des normes de gestion, en apportant un soutien financier et technique, en encourageant le bénévolat, en renforçant les liens et partenariats avec les ONG locales et internationales et en sensibilisant des organismes donateurs à leur action. En outre, on a beaucoup fait pour former les comités administratifs locaux des organisations communautaires à la mise en place de programmes de cours de formation pratique et de gestion de la formation professionnelle, ainsi que pour améliorer les techniques de mobilisation de fonds. Les centres, qui comptaient 852 volontaires inscrits auprès des organes représentatifs, dont 62 élus aux comités administratifs locaux, 180 siégeant dans des sous-comités, ont centralisé l’action en faveur des femmes et des questions et intérêts communautaires, en menant diverses activités. Au total, 2 859 femmes ont participé aux cours de formation pratique ; 3 811 ont pris part à des activités de sensibilisation et à des campagnes consacrées à la santé, à l’éducation et aux questions sociales, juridiques et à la situation des femmes ; des cours ont été dispensés à 914 étudiants ; 5 263 personnes ont participé à des activités culturelles et de loisirs et 330 emprunteurs ont bénéficié de 66 prêts garantis par des groupes d’entraide, pour un montant de 165 000 dollars.

215. Réadaptation au sein de la communauté. On a renforcé les activités de réadaptation au sein de la communauté en faisant appel au réseau de partenaires du Palestinian disability forum (forum palestinien chargé des personnes handicapées). L’entraide instituée sur les plans technique et financier a permis de mener conjointement nombre d’activités, notamment des actions de formation, de sensibilisation, de renvois à des spécialistes, de fourniture de prothèses, d’aménagement de locaux et d’intégration d’enfants malvoyants et handicapés dans les écoles traditionnelles de l’Office. Deux centres communautaires de réadaptation du camp de Nahr el-Bared ont bénéficié d’un soutien. Gérés par un comité administratif local, ces centres accueillaient environ 66 enfants handicapés mentaux, malentendants ou atteints de troubles du langage. Une proposition de projet tend à mobiliser des fonds pour la construction d’un nouvel établissement destiné à remplacer l’ancien bâtiment délabré. Au cours de la période considérée, 54 handicapés physiques ou mentaux ont reçu des prothèses, 55 enfants ont bénéficié d’une bourse dans des établissements privés spécialisés et trois ONG locales ont reçu 6 925 dollars pour améliorer leurs services. Une don spécial a permis de financer l’installation d’un ascenseur dans une école de plusieurs étages à Saïda, afin de faciliter les déplacements des enfants en fauteuil roulant.

216. Programme en faveur de l’enfance et de la jeunesse. Près de 195 enfants, dont 20 atteints de handicaps physiques ou mentaux, ont participé au 16ème séjour d’été annuel organisé par l’Office et six ONG. Mille cinq enfants ont pris part aux activités estivales organisées par l’UNESCO en partenariat avec une ONG locale, dans les écoles de l’Office sises dans des camps du sud et du nord du Liban. D’autres activités culturelles et de loisirs ont été organisées à l’intention de 1 811 enfants au Centre de développement communautaire, dans le camp de Nahr el-Bared.

Source : ONU
Référence : A/58/13

Rapports officiels

Rapports d’institutions nationales et internationales classés par thème.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.