Réseau Voltaire

Trafiquants en "blouses blanches"

+

L’héroïne qui entre en Albanie n’alimente pas un marché de consommation locale. Car ici les toxicomanes ont un fournisseur quasi-exclusif : les médecins... Et une drogue unique : la pethidine. Ils ont jusqu’ici réussi à s’opposer avec succès à la diffusion de la consommation des autres drogues dans le pays. Si le trafic de l’héroïne et du cannabis est entre les mains des mafias traditionnelles issues des fares, le commerce illicite de la pethidine (un produit morphinique de synthèse très puissant, utilisé comme analgésique) repose sur une amicale, celle des médecins et des professionnels de la santé. Lorsque l’Albanie est entrée en crise à la fin des années quatre-vingt, médecins et étudiants en médecine ont trouvé un moyen efficace de survie en commercialisant cette substance. Il en existait d’énormes stocks provenant d’une part d’une fabrication locale, d’autre part d’importations chinoises, réputées de moins bonne qualité. Ce sont donc les médecins qui ont créé à travers toute l’Albanie des réseaux de clients "accros" et ont fait de ce produit la drogue nationale. Les usagers de la pethidine injectée sont les lycéens, les étudiants, les commerçants. Récemment, une clientèle féminine est apparue. Le salaire d’un médecin oscille entre 50 et 70 dollars par mois alors que l’ampoule de pethidine vaut 5 dollars pièce. Les stocks étant tombés depuis longtemps entre des mains privées, le bénéfice est de 100% et peut représenter pour un médecin plusieurs centaines de dollars par jour. A Tirana et à Shkodra, certains clients consomment jusqu’à quatre ampoules par jour. Le système de santé étant fondé sur le principe du médecin de campagne, il n’existe plus aujourd’hui un seul recoin de l’Albanie qui ne soit touché par la consommation de la Pethidine. L’amicale des médecins fonctionnant de manière relativement démocratique, il ne s’est pas créé, comme pour tous les autres trafics, une hiérarchie du trafic. Chacun gère son territoire en fonction du découpage administratif du ministère de la Santé (correspondant de l’OGD en Albanie).

(c) La Dépêche Internationale des Drogues n° 35

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.