Loin de l’écologie opportuniste (Brice Lalonde) ou apolitique (Antoine Waechter) - comme si la politique était une maladie honteuse -, Dominique Voynet exprime une passion neuve de la société française. Avec elle, l’écologie des Verts est devenue une grille de lecture critique des conformismes politiques. Sur la politique africaine, le résultat ne pouvait être insignifiant.

Les Verts, par ailleurs, ont profité de leur influence au Parlement européen pour apporter leur soutien, en divers pays d’Afrique, aux enjeux de démocratie et de droits de l’homme - pénétrant tels des braconniers dans les chasses gardées de quelques reîtres de la Françafrique, celle par exemple de Jeannou Lacaze au Togo.

Ne broutant pas le " pré-carré ", ils n’eurent pas, lors du génocide rwandais, de boeuf sur la langue.

PROPOS

Le discours des Verts est l’un des rares à rechercher une complémentarité entre la dimension politique (l’émancipation des personnes et des groupes humains) et la dimension économique (le développement soutenable).

Politique franco-africaine : le désastre

La candidate Dominique Voynet concentre les critiques :

"La politique africaine de la France, par exemple, est marquée par le néocolonialisme. Pourtant, les solutions sont connues : arrêter tous les réseaux parallèles et souterrains, conditionner l’aide de la France à une situation claire du point de vue de la démocratie et de l’écologie, cesser les ventes d’armes aux dictateurs (162)".

Dans un éditorial écrit à l’occasion du Sommet de Biarritz (Le désastre franco-africain) Constantin Fedorovsky argumente :

" L’ombre des charniers du Rwanda est portée, immense, sur le sommet franco-africain de Biarritz. Celui-ci apparaît, du coup, comme un funèbre couronnement pour la politique africaine de la France et éclaire la responsabilité du président Mitterrand. La politique africaine de la France s’est déployée depuis toujours dans le plus grand secret et dans une absence presque totale de contrôle démocratique, la gestion du " pré carré " relevant de la cellule africaine de l’Élysée. L’espoir qu’a représenté l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 a fait long feu. Les réseaux politico-affairistes de la gauche ont doublé ceux de la droite sans changement d’orientation : les amitiés personnelles entre les potentats africains inféodés à la France et leurs clientèles d’une part, les " Messieurs Afrique " de l’ombre (Jacques Foccart pour la droite, Jean-Christophe Mitterrand, fils du président, pour la gauche) et une ribambelle d’industriels français d’autre part, ont servi à piller des économies exsangues pour alimenter les comptes expatriés des dirigeants africains et, côté français, les finances des entreprises et des grands partis, tout en assurant à la France son pactole de voix à l’ONU...

Cette politique ne pouvait aboutir qu’à un double désastre, politique et économique. Politiquement, les amitiés coupables avec les pires dictateurs (Mobutu, Eyadéma, Habyarimana... ), laborieusement ripolinés de pluralisme depuis le discours de La Baule, ont mené à couvrir toutes leurs boucheries. Economiquement, l’abandon du secteur rural (75 % de la population africaine), la vente de méga-projets inadaptés, la dégradation des termes de l’échange ont conduit à un surendettement dont la Banque mondiale et le FMI se sont faits les gendarmes avec des contraintes sociales insupportables. La récente dévaluation du franc CFA a résulté de cette gabegie.

La France peut nourrir un grand dessein pour l’Afrique : celui d’établir une relation équitable, un partenariat pour le développement soutenable, respectueux des populations comme de l’environnement, encourageant réellement la démocratie. Encore faut-il arracher ce pan de notre diplomatie à la faune interlope qui l’a dévoyé, le restituer au débat public. Il y aura fort à faire, tant les fastes et les pompes de Biarritz recouvrent d’intérêts, de scandales, de détournements et de " coups tordus " (163).

Marie-Christine Aulas, déléguée aux Relations internationales des Verts, complète le tableau et propose des issues, tant dans le domaine militaire que dans le soutien au processus de démocratisation :

" Une révision de la présence militaire française en Afrique devrait s’articuler autour de trois grands axes :

- renégociation des accords de défense visant à leur extinction progressive et retrait rapide des contingents d’intervention ;

- soutien y compris dynamique, à des arrangements régionaux de sécurité et au rôle de l’OUA dans le règlement des conflits ;

- révision critique des opérations de formation militaire et développement des actions humanitaires, de sécurité civile et de santé. [...]

La démocratisation participe [...] à la sécurité (au sens global) des individus/groupes par la mise en oeuvre :

- d’une séparation des pouvoirs impliquant un pouvoir judiciaire adéquat ;

- de l’autonomisation de la société susceptible de s’organiser en groupes d’intérêt ou de pression permettant l’émergence de contre-pouvoirs, avec tout ce que cela implique dans la libération et l’expression des initiatives de tous ordres (économiques, sociales, etc. ) (164)".

Développement

Dominique Voynet développe en la matière un programme assez classique, qui fait paradoxalement la part belle à l’approche macro-économique :

" L’aide civile au développement est nécessaire et doit augmenter dans une perspective de révision qualitative des relations économiques internationales. La coopération Nord-Sud doit être inspirée par les principes de l’économie solidaire, ce qui implique de notre part :

- payer honnêtement les produits qu’ils exportent, afin qu’ils puissent les produire sans se saigner aux quatre veines ni saccager leur environnement ;

- annuler la dette du Tiers-monde, tout en continuant à l’aider par des transferts de techniques, des crédits, des dons contrôlés ;

- définir de nouvelles règles du jeu dans le commerce international, impliquant des clauses sociales et de défense de l’environnement, en finissant avec la loi de la jungle ;

- coopérer de peuple à peuple, au plus près des gens d’ici et de là-bas (par exemple au niveau des régions), sous l’égide d’organisations non-gouvernementales (165)".

Sans le renforcement mentionné à la fin, aux niveaux inférieur et intermédiaire, on peut redouter que les populations les plus démunies ne soient jamais à même de peser sur les trois points précédents ( 166). Marie-Christine Aulas entre davantage dans les modalités de réforme de la coopération :

" Dans l’état actuel de la coopération, la politique française telle qu’elle est conçue, et malgré l’ampleur des moyens financiers engagés, apparait davantage comme source de handicap que de dynamique de développement. Les partenaires européens ne s’y trompent pas qui s’étonnent de l’attitude française par trop arrogante et sans perspective d’avenir. Prétendre aider l’Afrique impliquerait :

- une volonté politique soucieuse des finalités de la coopération et par là même une gestion plus rigoureuse des deniers publics, comme une évaluation sérieuse des projets à réaliser comme ceux déjà réalisés [...] ;

- le souci des besoins sociaux et économiques réels [...] ;

- le déliement des aides bilatérales [...].

Les structures gouvernementales et administratives françaises [...] participent par leur éclatement, leur inertie, leur manque de perspective - le tout étant lié à la pratique du " domaine réservé " - au développement de la position française sur le continent africain [...].

La coopération d’État à État, ou d’Institution internationale à État, a montré ses limites. Il est temps d’aller directement à la base, au niveau des communautés locales, et de nouer des liens entre les collectivités territoriales, associations et entreprises du Nord et du Sud. Des dispositions budgétaires et fiscales peuvent favoriser cette coopération décentralisée (1% du budget des collectivités en France, déduction fiscale pour les entreprises coopérantes ...). Une coordination est cependant souhaitable au niveau le plus élevé possible (167)".

PRATIQUES

Les Verts ne sont pas (encore) un parti de gouvernement, mais leurs conceptions moins étatique de la politique et moins macro-économique du développement les incitent à cultiver d’ores et déjà un partenariat avec les partis démocratiques et la société civile africains :

" L’émergence, au cours de ces toutes dernières années, de nombreux partis Verts/Ecologistes en Afrique assure désormais aux Verts français la possibilité d’être en relation directe avec nombre de pays. [...] L’articulation avec plusieurs ONG franco-africaines permet la participation collective et/ou individuelle des Verts à des projets de développement (168)".

Au niveau politique, les Verts ont, par exemple, été apporter leur soutien, en 1991, à l’ex-opposition malgache du Professeur Zafy (le futur Président). Ils ont invité ce dernier au Parlement européen - tandis que l’exécutif français continuait d’appuyer le dictateur Didier Ratsiraka (169). Les Verts ont aussi incité le Parlement de Strasbourg à prendre fermement position sur les violations des droits de l’homme dans des pays comme le Soudan ou le Togo - ce qui eut pour effet d’y compromettre la coopération européenne, et d’isoler la Realpolitik française. C’est à propos d’une résolution sur le Togo qu’un autre député européen, le général Lacaze, se fit l’émissaire des intimidations de son collègue et ami Eyadéma (170).

L’EPREUVE DU RWANDA

Dans leurs bulletins ou leurs déclarations publiques, les Verts adoptèrent face au génocide une position sans ambiguïté. Comme en témoigne l’éditorial cité plus haut, ils n’ont pas caché les responsabilités de la France. On peut regretter cependant que, non dépêtrés de leurs querelles intestines, ils n’aient su donner davantage d’écho à leur contestation.


162. Déclaration à La Croix du 23/02/95.

163. Vert-Contact du 12/11/94.

164. Contribution à Marchés Tropicaux n° 2468, 26/02/93, p. 543-544.

165. Déclaration à Non-Violence Actualité, 04/95.

166. A propos de la dette, cf. Chapitre 4, Robert Hue..., Propos, Annuler la dette.

167. Contribution à Marchés Tropicaux n° 2468, 26/02/93, p. 543-544.

168. Marie-Christine Aulas, ibidem.

169. Selon Marie-Christine Aulas, citée par Témoignage Chrétien, De Papamadit à Grandpapamadit, 18/04/93.

170. Cf. Dossier noir n° 2, Chapitre 8 : Filières.