Le New York Times du 25 juin révèle les purges qui minent l’UÇK. Hashim Thaqi et ses deux lieutenants, Azem Syla et Xhavit Halit, auraient fait assassiner six des principaux chefs militaires de l’organisation. L’un des anciens responsables de l’UÇK, Rifat Haxhijaj, affirme que la guerre ne fut pas seulement un combat contre les Serbes, mais aussi une lutte pour le pouvoir. Ces allégations ont été démenties par le porte-parole du gouvernement kosovar provisoire en Suisse, Jashae Salihu, par le Département d’État américain et par le ministre des Affaires étrangères albanais. Elles ont au contraire été confirmées par plusieurs diplomates qui ont, en outre, donné des détails supplémentaires sur le rôle des services secrets albanais dans cette affaire.

" Kosovo’s rebels Accused of Executions in the Ranks " by Chris Hedges