2 000 à 5 000 Kosovars sont actuellement emprisonnés en Serbie. Nul ne connaît les conditions de leur détention. Seule l’OTAN, qui les a oubliés lors de la signature du cessez-le-feu, peut obtenir leur libération.