On pourrait croire qu’après avoir fait usage du Tribunal pénal international contre Milosevic, les États-Unis seraient prêts à accepter la création d’un Tribunal permanent. C’est le contraire qui se passe. En effet, les USA sont conscients qu’un tel tribunal pourrait condamner le général Clark et le président Clinton qui ont probablement commis des crimes de guerre au Kosovo, même s’il s’agissait là du prix à payer pour faire stopper les crimes de Milosevic. De nombreuses organisations ont alerté les autorités, indiquant que le choix des cibles pouvait constituer un crime de guerre. C’est le cas de Human Rights Watch, Physicians for Human Rights et de Amnesty International. Et de manière plus tranchante encore de l’American Association of Jurists.