La notion de secte, même dans le langage courant, n’est pas univoque : différents niveaux d’analyse ne suffisent sans doute pas à témoigner de la diversité - et de la richesse - du concept.

A) L’APPROCHE ETYMOLOGIQUE

Une étude étymologique montre que le terme " secte " est apparu aux alentours des XIII - XIVèmes siècles et qu’il peut être rattaché à deux racines latines : l’une le rattachant au verbe suivre, l’autre au verbe couper.

Cette hésitation sur l’origine sémantique imprègne aujourd’hui encore l’ensemble des dictionnaires.

Significative est la définition fournie par le dictionnaire Littré, pour qui la secte est " l’ensemble des personnes qui font profession d’une même doctrine " ou " qui suivent une opinion accusée d’hérésie ou d’erreur " .

Le dictionnaire Robert distingue quant à lui entre les personnes " qui ont la même doctrine au sein d’une religion " et celles qui " professent une même doctrine " .

Dans tous les cas, les deux origines supposées de la notion induisent, simultanément ou alternativement, les deux idées de croyance commune et/ou de rupture par rapport à une croyance antérieure.

C’est sur ce concept de rupture qu’insiste le dictionnaire des religions (PUF, 1984) qui définit la secte comme " Au sens originel, un groupe de contestation de la doctrine et des structures de l’Eglise, entraînant le plus souvent une dissidence. Dans un sens plus étendu, tout mouvement religieux minoritaire " .

B) L’APPROCHE SOCIOLOGIQUE

La sociologie fournit quant à elle une définition de la secte par opposition à celle d’Eglise. C’est ainsi que Max Weber a procédé pour préciser ces deux notions l’une par rapport à l’autre : pour lui l’Eglise est une institution de salut qui privilégie l’extension de son influence, alors que la secte est un groupe contractuel qui met l’accent sur l’intensité de la vie de ses membres.

Ernst Troeltsh a poursuivi l’oeuvre de Weber et souligné que l’Eglise est prête, pour étendre son audience, à s’adapter à la société, à passer des compromis avec les Etats. La secte, au contraire, se situe en retrait par rapport à la société globale et tend à refuser tout lien avec elle, et même tout dialogue. Elle a une attitude identique à l’égard des autres religions, de sorte qu’en ce sens l’oecuménisme pourrait servir de critère pour distinguer Eglise et secte.

C) L’APPROCHE FONDEE SUR LA DANGEROSITE DES SECTES

Le terme " sectaire " , apparu, lui, au cours des guerres de religion, est empreint d’une forte connotation péjorative. Il est appliqué au membre d’une secte caractérisé par son intolérance, son adhésion aveugle, son étroitesse d’esprit.

Le langage moderne a été fortement marqué par cette connotation péjorative : de nos jours, le terme " secte " fait référence à des mouvements religieux ou pseudo-religieux d’apparition récente, minoritaires, sécessionnistes ou non.

Le débat sur les " sectes dangereuses " ou les " dérives sectaires " a encore accentué l’aspect péjoratif du concept.

Plusieurs personnalités entendues par la Commission ont développé devant elle des approches de la définition des sectes fondées sur la dangerosité des mouvements. L’une d’entre elles a formalisé ainsi le résultat de cette démarche, en donnant comme définition des sectes :

" Groupes visant par des manoeuvres de déstabilisation psychologique à obtenir de leurs adeptes une allégeance inconditionnelle, une diminution de l’esprit critique, une rupture avec les références communément admises (éthiques, scientifiques, civiques, éducatives), et entraînant des dangers pour les libertés individuelles, la santé, l’éducation, les institutions démocratiques.

Ces groupes utilisent des masques philosophiques, religieux ou thérapeutiques pour dissimuler des objectifs de pouvoir, d’emprise et d’exploitation des adeptes. "

Dans une telle optique, l’accent est mis en outre sur le caractère insidieux de la dérive sectaire, car il est difficile de tracer une frontière entre le fonctionnement " légitime " et la zone dangereuse, c’est à dire entre :

- la libre association et le groupe coercitif,

- la conviction et les certitudes incontournables,

- l’engagement et le fanatisme,

- le prestige du chef et le culte du gourou,

- les décisions volontaires et les choix totalement induits,

- les recherches d’alternatives (culturelles, morales, idéologiques) et la rupture avec les valeurs de la société,

- l’appartenance loyale à un groupe et l’allégeance inconditionnelle,

- la persuasion habile et la manipulation programmée,

- le langage mobilisateur et le néolangage (la " langue de bois " ),

- l’esprit de corps et le groupe fusionnel.

On mesure à quel point il est, dans ces conditions, difficile de raisonner de manière objective, de se situer entre la banalisation et la diabolisation, entre la cécité et la tolérance abusive d’une part, la suspicion généralisée d’autre part : c’est pourtant cette voie qu’a choisi la Commission.

D) LA CONCEPTION RETENUE PAR LA COMMISSION

La Commission a en effet constaté que si la difficulté à définir la notion de secte a été soulignée par toutes les personnalités qu’elle a entendues, la réalité visée semble unanimement cernée, sauf naturellement par les adeptes et dirigeants des sectes qui nient ce caractère à leur groupement (tout en pouvant le reconnaître à d’autres) et préfèrent évoquer les termes d’ " Eglises " ou de " minorités religieuses " .

La Commission n’a pas la prétention de réussir ce à quoi tous ceux qui travaillent sur la question des sectes, souvent depuis de nombreuses années, ne sont pas parvenus, c’est-à-dire donner une définition " objective " de la secte, susceptible d’être admise par tous. Les travaux de la Commission s’appuient donc sur un certain nombre de choix éthiques qu’elle ne cherche pas à dissimuler.

Parmi les indices permettant de supposer l’éventuelle réalité de soupçons conduisant à qualifier de secte un mouvement se présentant comme religieux, elle a retenu, faisant siens les critères utilisés par les Renseignements généraux dans les analyses du phénomène sectaire auxquelles procède ce service et qui ont été portées à la connaissance de la Commission :

- la déstabilisation mentale ;

- le caractère exorbitant des exigences financières ;

- la rupture induite avec l’environnement d’origine ;

- les atteintes à l’intégrité physique ;

- l’embrigadement des enfants ;

- le discours plus ou moins anti-social ;

- les troubles à l’ordre public ;

- l’importance des démêlés judiciaires ;

- l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels ;

- les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.

Votre Commission insiste sur le fait que, la définition des sectes s’avérant à bien des égards difficile, elle a conduit ses travaux en se gardant de faire siennes les définitions des sectes proposées par ses interlocuteurs, par nature engagés, à un titre ou à un autre dans la promotion des nouvelles religions ou dans la lutte contre leurs excès - réels ou supposés —.

Elle a été consciente que ni la nouveauté, ni le petit nombre d’adeptes, ni même l’excentricité ne pouvaient être retenus comme des critères permettant de qualifier de secte un mouvement se prétendant religieux : les plus grandes religions contemporaines ne furent souvent, à leurs débuts, que des sectes au nombre d’adeptes réduit ; bien des rites établis et socialement admis aujourd’hui ont pu à l’origine susciter des réserves ou des oppositions.

Le champ de son étude a ainsi été volontairement restreint à un certain nombre d’associations réunissant, le plus souvent autour d’un chef spirituel, des personnes partageant la même croyance en un être ou un certain nombre d’idées transcendantales, se situant ou non en rupture avecles religions " traditionnelles " (chrétienne, musulmane, hindouiste, bouddhiste) qui ont été exclues de cette étude, et sur lesquelles ont pu, à un moment ou à un autre, peser le soupçon d’une activité contraire à l’ordre public ou aux libertés individuelles.

La difficulté de définir la notion de secte, qui sera pourtant utilisée dans la suite de ce rapport, a conduit la Commission à retenir un faisceau d’indices, dont chacun pourrait prêter à de longues discussions. Elle a donc préféré, au risque de froisser bien des susceptibilités ou de procéder à une analyse partielle de la réalité, retenir le sens commun que l’opinion publique attribue à la notion.

A défaut, elle n’aurait pu, constatant les difficultés rencontrées lors de la tentative de définition du phénomène, qu’interrompre ses travaux. Une telle attitude aurait sans doute dérouté, et aurait, de plus, empêché que soient analysés les réels problèmes posés par le développement d’un certain nombre d’associations.

Difficile à définir, le phénomène des sectes ne peut de surcroît - mais aussi de ce fait - être mesuré avec précision.


Source : Assemblée nationale. http://www.assemblee-nationale.fr