Controverses [Réseau Voltaire]
Réseau Voltaire
Controverses
Articles polémiques, points de vue, prises de position personnelles n’engageant pas la rédaction du Réseau Voltaire
 
 
 
Washington D. C. (États-Unis) | 14 septembre 2004
Loin de calmer les esprits, le rapport de la Commission présidentielle sur le 11 septembre ne cesse de soulever et d’alimenter des polémiques. S’il permet d’établir, enfin, une version officielle des attentats et de rendre une nouvelle fois hommage aux victimes, il ignore les informations gênantes ou contradictoires et s’efforce d’effacer toute responsabilité autre que celle des « terroristes » pour se concentrer sur des propositions de réforme du renseignement. En réaction, un collectif d’experts de la sécurité intérieure, dont certains ont été licenciés pour avoir apporté à la commission des éléments troublants qui n’ont finalement pas été pris en compte, en appelle au Congrès. Ces « patriotes » s’inquiètent de réformes hâtives conçues par une commission-étouffoir qui a refusé d’examiner la réalité. Nous reproduisons le texte intégral de leur lettre ouverte au (...)
 
 
Washington D. C. (États-Unis) | 11 mai 2004
Tous les journaux du groupe Army Times publieront simultanément, dans leurs éditions datées du lundi 17 mai 2004, un éditorial dénonçant la carence du commandement en Irak. Loin des manigances de Washington où les démocrates demandent la tête de Rumsfeld pour affaiblir Bush, mais sans proposer de stratégie alternative, c’est ici une voix autorisée, représentant la fronde des officiers supérieurs de terrain contre le Pentagone, qui exige la démission du secrétaire à la Défense.
Cette mise en cause illustre la profonde crise morale qui traverse les Forces armées US. Les GI’s accumulent les pertes en Irak : plus de 700 morts au combat, probablement bien plus morts de leurs blessures, et des milliers d’invalides. Tout cela pour des intérêts privés, sans aucun profit pour les (...)
 
 
 
 
 
Christiane Taubira, députée française opposée à la loi sur le voile
« En conscience et au risque de déplaire »
par Christiane Taubira
 
Lettre ouverte de Federico Fasano Mertens
De Hitler à Bush
par Federico Fasano Mertens
De Hitler à Bush Montevideo (Uruguay) | 30 janvier 2004
Ce texte est la réponse faite par Federico Fasano Mertens, directeur du quotidien urugayen La República, à l’ambassadeur des États-Unis en Urugay qui reprochait à son journal d’avoir comparé George W. Bush à Adolf Hitler. Il ne s’agit pas, pour le journaliste, de se livrer à ce rapprochement à la seule fin de dénigrer le président états-unien. Au contraire, il met en balance le régime de Washington et le Troisième Reich sur les plans idéologique, diplomatique, économique et militaire. Federico Fasano Mertens compare aussi la prise de pouvoir des deux hommes. À la différence du dictateur allemand, George W. Bush n’a pas été démocratiquement élu, mais, comme lui, il a appuyé son pouvoir par un évènement traumatisant que l’auteur désigne comme « l’incendie du Reichstag américain (...)
 
Tribune de Damien Millet
Haïti : 200 ans après, à quand l’indépendance ?
par Damien Millet
Liège (Belgique) | 14 janvier 2004
Au moment où Haïti se retrouve sans Parlement, Damien Millet, secrétaire général en France du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde fait le point sur les différents mécanismes d’oppression du peuple haïtien depuis deux cents ans. Pendant deux siècles, la vie économique et politique du pays a été conditionnée par une dette extérieure illégitime qui engloutit ses richesses. Parallèlement, les pouvoirs autoritaires qui se sont succédés n’ont jamais cherché à affranchir le pays du service de la dette, ayant eux-mêmes été largement corrompu pour faciliter le pillage d’Haïti par les pays riches. L’auteur avance l’idée d’un audit qui détermine les responsabilités des dirigeants, et permette à Haïti d’accéder vraiment à l’indépendance.
 
 
 
 
 
 
 
Changement de régime aux États-Unis
Requiem pour la Constitution
par Al Gore
Requiem pour la Constitution 27 novembre 2003
Albert Gore, vice-président sous William Clinton, a prononcé, le 9 novembre 2003, un virulent discours contre le démantèlement méthodique des libertés individuelles aux États-Unis depuis le 11 septembre 2001. Il reproche à l’administration Bush de s’éloigner dangereusement des principes de la Constitution. Dans leur histoire, les États-Unis ont connu en temps de guerre la suspension temporaire des libertés civiles, mais celles-ci étaient rétablies à l’issue du conflit. Le problème, constate-t-il, est que la guerre va durer, selon le gouvernement, « pour le restant de nos vies ». L’ancien candidat à la présidence des États-Unis s’interroge : « Quand verrons-nous cette atteinte à nos libertés mourir d’une mort naturelle, si toutefois nous pouvons espérer en être un jour témoins ? » Cette tribune est révélatrice de la mobilisation qui, aux États-Unis, s’étend maintenant à l’establishment démocrate, face à la dérive totalitaire du (...)
 
Jhannett Madriz Sotillo, présidente de la Confédération parlementaire des Amériques
La trahison de « Lula »
par Jhannett Madriz Sotillo
 
 
Ariel Sharon : « La présence musulmane qui ne cesse d'augmenter en Europe met clairement la vie des Juifs en danger » 24 novembre 2003
Dans un entretien accordé à EUpolitix.com et que nous reproduisons avec l’ autorisation du site, Ariel Sharon explique que « la présence musulmane qui ne cesse d’augmenter en Europe met clairement la vie des Juifs en danger ». « Il n’y a aucune distinction », explique le Premier ministre israélien, entre l’antisémitisme et les critiques de la politique d’Israël, car « l’État d’Israël est un État Juif ». Ariel Sharon critique les Accords de Genève : « L’unique conséquence de cette initiative sera de retarder encore la solution finale. »
Ces propos, qui constituent un appel explicite à la haine et à la discrimination, tombent manifestement sous le coup de la loi française, mais ne peuvent être poursuivis en raison de l’immunité attachée à la fonction de leur auteur. Il nous cependant est apparu indispensable d’alerter nos lecteurs sur leur gravité en les publiant (...)
 
 
Paris (France) | 17 novembre 2003
Le mouvement antimondialiste s’est fait connaître par sa lutte contre l’AMI, un accord économique que les États-Unis voulaient imposer à leurs « partenaires ». Cet accord leur aurait permis d’exploiter sans entraves les pays qu’ils ont libéré en 1945. Le mouvement a réussit à le mettre échec. Mais les négociations se poursuivent à nouveau au sein de l’Organisation mondiale du commerce. C’est dans cette enceinte que se joue, en ce moment même, l’acceptation ou non de la domination US. À l’heure actuelle, les États-Unis y rencontrent peu de résistance. Car le flou qui entoure le Forum social européen ne permet pas de poser la question essentielle, à savoir la domination impériale états-unienne dans son ensemble, à la fois idéologique et juridique, économique et militaire.