Le Premier ministre palestinien, Ahmed Qurei a indiqué aux législateurs palestiniens et aux membres du Fatah qu’il ne s’opposera pas à la nomination de quiconque sera choisi par le Comité central du Fatah et le Conseil révolutionnaire pour être ministre. Qurei ne souhaite pas, selon le « Jerusalem Post », répéter les erreurs de l’ancien Premier ministre, Mahmoud Abbas, qui a ignoré le comité central du Fatah et tenté d’appliquer des réformes internes sans le soutien de la vieille élite du Fatah.
Le problème de cette soumission d’Ahmed Qurei au Fatah, c’est que c’est justement ce dernier qui a empêché Mahmoud Abbas de mettre en œuvre les réformes liées à la sécurité, qui sont la principale source de crédibilité auprès des États-Unis. L’émissaire états-unien au Proche-Orient, John Stern Wolf, avait déjà mis en garde contre la formation d’un gouvernement totalement contrôlé par le président de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat. Les États-Unis ont également fait savoir qu’ils souhaitaient voir au gouvernement le ministre de la Sécurité sortant, Mohammed Dahlan, ainsi que le ministre de l’Information, Nabil Amr.
Selon une source du Fatah citée par le « Jerusalem Post », le Premier ministre palestinien serait favorable au fait que Dahlan rejoigne son gouvernement, mais les membres du Comité central du Fatah s’y sont déjà opposés, de même que pour Namil Amr. Cette opposition est très forte au sein du comité exécutif de l’OLP, qui accuse les deux hommes de chercher à défier Arafat et de court-circuiter son pouvoir.

Source
Jerusalem Post (Israël)

« Hamas rejects Qurei call to join government », par Lamia Lahoud, Jerusalem Post, 21 septembre 2003. « US wants Dahlan, Amr in PA cabinet », par Khaled Abu Toameh, Jerusalem Post, 20 septembre 2003.