JPEG - 37.7 ko
(c) OTAN - SHAPE

Un nouveau Bataillon multinational de défense contre les agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) a été officiellement mis en place par l’OTAN ce 3 décembre 2003 en application des décisions du sommet de Prague de 2002. Il peut se déployer aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la zone de responsabilité de l’Alliance atlantique. Sa création participe donc à la transformation de la nature et des objectifs de l’OTAN qui évolue d’une organisation de défense mutuelle vers une force de projection supplétive des États-Unis.

Son commandement a été confié à la République tchèque. Sous l’autorité du major Vratislav Osvald, il réunit 500 hommes. Son noyau est composé de 160 spécialistes NBC (Nucléaire Bactériologique et Chimique) issus de la 31e unité de défense CBRN de Liberec qui s’était illustrée en détectant des gaz innervants dans le désert saoudien pendant la Guerre du Golfe de 1991.

JPEG - 9.7 ko
(c) OTAN - SHAPE

Treize pays y participent : la Belgique, le Canada, l’Espagne, les États Unis, la Hongrie, l’Italie, la Norvège, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume Uni et la Turquie. Mais ni Allemagne, ni le Danemark, ni la France, ni la Grèce, ni l’Islande, ni le Luxembourg et les Pays-Bas n’ont souhaité s’y associer.

Son quartier général est établi à Liberec, dans le nord de la République tchèque. Chaque pays participant a proposé des postes à l’état major multinational du bataillon à l’appui de la capacité CBRN. Le bataillon organisera régulièrement des entraînements dans le courant de l’année et atteindra la capacité opérationnelle finale pour les opérations de l’OTAN en juillet 2004.