Il y a un an, nous appelions les États membres de l’Union européenne à développer leur capacité militaire commune et à mettre en place une agence européenne de la Défense. Un an plus tard, la création de cette agence est en bonne voie, mais tout va dépendre que les ressources que les États sont prêts à lui accorder pour atteindre ses objectifs.
Cette semaine, le Conseil européen doit approuver sa création. Ses responsabilités incluront le développement des capacités de défense européennes, le soutien à la recherche technologique stratégique, l’amélioration de la coopération européenne en matière d’armement, la création d’un marché européen des équipements de défense compétitif et le renforcement de la base industrielle et technologique de défense. Chacune de ces missions est essentielle à la sécurité européenne et de la plus haute importance pour les industries européennes de défense. Il est temps que ce secteur puisse bénéficier des avantages d’une dimension européenne. Ces mutations tellement attendues sont désormais urgentes et vitales si l’on veut que les forces armées européennes disposent des équipements et des systèmes militaires dont elles ont besoin.
Compte tenu des contraintes institutionnelles, il existe un vrai risque que l’agence ne soit pas à la hauteur des ambitions. Sa montée en puissance rapide dépend de quatre conditions :
-  Les capacités de défense : les crédits d’équipement militaire produisent encore des résultats décevants. Le Plan d’action européen sur les capacités (Ecap) a été lancé pour tenter de remédier à ce problème, mais sans véritable succès enregistré. L’Agence devrait dynamiser ce processus en définissant pour les différents groupes de projet Ecap des objectifs clairs devant aboutir à des décisions immédiates.
-  L’investissement dans la recherche : Il faut unifier les recherches au niveau européen afin de mettre un terme à leur duplication inutile et d’appliquer les ressources financières là où elles produiront les effets combinés les plus efficaces.
-  Le marché européen des équipements de défense : La fragmentation de la demande et le protectionnisme national empêchent les clients et les fournisseurs de bénéficier des économies d’échelle que leur procurerait un marché unique. L’Agence devra inciter les États membres à trouver des solutions communes à des besoins similaires.
-  La base industrielle et technologique de défense européenne qui assure le lien entre la recherche et la fourniture des capacités de défense : Il faut mener des politiques qui nous protègent de la concurrence des États-Unis sans constituer pour autant une « forteresse Europe ».
Le prochain Conseil européen doit donner à l’agence les moyens de mener ces politiques.

Source
Le Figaro (France)
Diffusion 350 000 exemplaires. Propriété de la Socpresse (anciennement créée par Robert Hersant, aujourd’hui détenue par l’avionneur Serge Dassault). Le quotidien de référence de la droite française.

« Visons plus haut ! », par Philippe Camus, Rainer Hertrich, Denis Ranque et Mike Turner, Le Monde, 15 juin 2004.