Le droit au retour pour les réfugiés palestiniens est validé par quatre corps juridiques de la loi internationale : les lois humanitaires, les lois relatives aux Droits de l’homme, la loi de la nationalité et le droit des réfugiés. Suivant ces lois, qui s’appliquent à tous les réfugiés dans le monde, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté la résolution 194 dont l’article 11 traite spécifiquement du droit au retour.
Pour comprendre l’importance de la question des réfugiés, il faut se souvenir que le nationalisme palestinien est né de l’expulsion de la moitié de la population palestinienne en 1948. Les réfugiés sont une question fondamentale du problème palestinien et on ne peut espérer résoudre le conflit sans régler cette question, et ce pour cinq raisons fondamentales :
- Il ne pourra pas y avoir d’accords territoriaux sans reconnaissance de l’expulsion des Palestiniens de 78 % du territoire de la Palestine historique.
- Accepter une responsabilité historique est la base d’une réconciliation.
- C’est une question essentielle pour les Palestiniennes car les réfugiés sont des acteurs centraux de la population palestinienne.
- Reconnaître le droit de choisir est essentiel pour une population qui est traitée comme étrangère.
- Le droit de choisir ne signifie pas qu’ils reviendront tous, la phobie israélienne est injustifiée.

Source
Daily Star (Liban)

" Why a ’right of return’ is necessary ", par Sari Hanafi, Daily Star, 7 octobre 2004.