JPEG - 64.9 ko

Je vous écris au sujet de la déclaration que le Premier Ministre, Benjamin Nétanyahou, a prononcée à la soixante-quinzième session de l’Assemblée générale, le 29 septembre 2020, et des informations alarmantes qu’il a communiquées concernant la présence d’un dépôt d’armes de l’organisation terroriste Hezbollah au cœur du quartier de Jnah, à Beyrouth.

Moins de deux mois après la terrible explosion qui a frappé le port de la capitale libanaise, faisant quelque 200 morts et des milliers de blessés et privant environ 250 000 Beyrouthins de logement, il s’avère une fois de plus que le Hezbollah, qui agit pour le compte de l’Iran, utilise des civils comme boucliers humains aux fins de ses activités terroristes.

Le Hezbollah a établi un dépôt d’armes au beau milieu du quartier résidentiel de Jnah, à Beyrouth, mettant délibérément des civils en danger. Comme le montrent les photographies qui figurent en annexe à la présente lettre* et que le Premier Ministre a présentées lors de sa déclaration, le dépôt est situé à proximité immédiate de l’aéroport international et à quelques mètres d’une compagnie de gaz et d’une station-service. L’entrée de l’usine de missiles du Hezbollah est clairement indiquée sur les photos également.

Il y a quelques jours à peine, un dépôt du même type a explosé à Aïn Qana, dans le sud du Liban. Une autre tragédie pourrait se produire, si des mesures de prévention ne sont pas prises immédiatement.

Les agissements du Hezbollah, qui utilise les civils libanais comme boucliers humains et se sert de leurs habitations pour cacher son arsenal, sont bien connus à la fois de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban et des Forces de défense israéliennes ; ils constituent une violation éhontée des résolutions 1559 (2004), 1680 (2006) et 1701 (2006) du Conseil de sécurité et un crime de guerre flagrant. Le Conseil de sécurité doit indiquer sans ambages que le mépris total dont le Hezbollah fait montre à l’égard de la vie humaine est inacceptable. Je demande au Conseil de se pencher d’urgence sur cette question, d’inscrire le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes et de rendre le Gouvernement libanais comptable d’avoir autorisé de telles activités sur son territoire souverain.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir faire distribuer le texte de la présente lettre et les images en annexe comme document du Conseil de sécurité.

JPEG - 35.7 ko
JPEG - 82.5 ko
JPEG - 33.7 ko

Source : Onu S/2020/968