JPEG - 19.1 ko

Communiqué de la deuxième réunion extraordinaire du Bureau de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine sur le Grand barrage éthiopien de la Renaissance, tenue par visioconférence le 21 juillet 2020

Le Président de la République sud-africaine, Matamela Cyril Ramaphosa, a convoqué, en sa qualité de Président de l’Union africaine, une réunion extraordinaire du Bureau de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine le 21 juillet 2020, pour évaluer les progrès réalisés en ce qui concerne les négociations trilatérales sur le Grand barrage éthiopien de la Renaissance. La réunion s’inscrit dans le prolongement de la première réunion extraordinaire du Bureau de la Conférence sur le Grand barrage, qui a eu lieu le 26 juin 2020.

Tous les membres du Bureau ont participé à la réunion par visioconférence, comme suit :

• Le Président de la République démocratique du Congo, Felix Tshisekedi

• Le Président de la République arabe d’Égypte, Abdel Fattah al Sisi

• Le Président de la République du Kenya, Uhuru Kenyatta

• Le Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keita

Le Premier Ministre de la République fédérale démocratique d’Éthiopie, Abiy Ahmad, et le Premier Ministre de la République du Soudan, Abdalla Hamdok, ont été invités à participer à la réunion.

Le Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a également participé à la réunion.

La réunion du Bureau de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine s’est tenue dans un esprit de fraternité et était guidée par le principe de la solidarité et de la coopération panafricaines et par le désir de trouver une solution africaine à un problème africain.

Le Bureau de la Conférence a accueilli avec satisfaction le rapport des experts de l’Union africaine sur la reprise des négociations trilatérales sur le Grand barrage éthiopien de la Renaissance, qui indique des progrès sensibles dans les négociations et présente des options de règlement des questions juridiques et techniques en suspens.

Les parties au Grand barrage ont exprimé leur confiance quant au processus mené sous l’égide de l’Union africaine et ont réaffirmé leur engagement total à trouver un accord négocié et mutuellement avantageux en ce qui concerne le Grand barrage. Elles ont souligné l’importance de la coopération comme base de l’intégration, du développement durable et de la prospérité pour les trois pays.

Le Bureau de la Conférence a félicité les chefs d’État et de gouvernement de l’Égypte, de l’Éthiopie et du Soudan pour leur sens politique et pour leur engagement à trouver une solution durable par la voie de la diplomatie, de la négociation et du compromis.

Le Bureau de la Conférence a longuement discuté de la question du premier remplissage et de l’exploitation annuelle du Grand barrage, et des projets de développement futurs sur le Nil Bleu en amont du Grand barrage.

En conséquence, le Bureau de la Conférence a convenu du processus de finalisation des négociations sur le texte d’un accord contraignant sur le remplissage et l’exploitation du Grand barrage, qui devrait inclure un accord global sur les projets futurs sur le Nil Bleu.

Le Bureau de la Conférence a exhorté les parties, avec l’appui des experts et observateurs de l’Union africaine, à travailler rapidement à la finalisation du texte d’un accord contraignant sur le remplissage et l’exploitation du Grand barrage.

Le Bureau de la Conférence s’est félicité que les parties au Grand barrage se soient entendues pour travailler à la conclusion d’un accord global sur le Nil Bleu.

Le Bureau de la Conférence a également exprimé sa profonde gratitude à l’Organisation des Nations Unies, par l’intermédiaire de son Secrétaire général, António Guterres, pour le soutien qu’elle apporte au processus conduit par l’Union africaine et s’est félicité que la communauté internationale soit disposée à mobiliser des ressources financières et techniques pour aider les parties en ce qui concerne la gestion des eaux transfrontières et des questions connexes, dès la conclusion de l’accord.

Le Bureau de la Conférence a félicité les trois parties pour leur engagement à résoudre leurs différends par le dialogue et a convenu de maintenir des contacts réguliers et dynamiques avec toutes les parties à cette étape critique du processus de négociation. En outre, le Bureau a renouvelé son appel aux parties pour qu’elles s’abstiennent de toute déclaration ou action susceptible de porter atteinte au processus conduit par l’Union africaine.

L’Afrique du Sud, en sa qualité de Présidente de l’Union africaine, prendra contact avec les parties en ce qui concerne la prochaine session de négociations trilatérales afin de trouver une solution aux questions juridiques et techniques en suspens concernant le Grand barrage.

En conclusion, le Bureau de la Conférence et les parties au Grand barrage ont exprimé leur sincère gratitude à M. Ramaphosa pour ses efforts soutenus et pour son engagement à aider les parties à trouver une solution permanente à la question du Grand barrage.

Le Bureau de la Conférence a convenu de rester saisi de la question du Grand barrage.