En l’absence de l’administration serbe, le Kosovo est plongé dans l’anarchie. Partout des voyous, opérant seuls ou en bandes, imposent leur loi. En outre, les paysans qui ont trouvé leurs maisons détruites cherchent à la ville des logements inoccupés ou tentent de s’approprier de force ceux des non-Albanais.