11-12 septembre 2001 : d’après des sources anonymes, la presse présente Ben Laden comme l’auteur probable des attentats

LE MONDE | 12 septembre 2001 (daté 13 septembre 2001)
L’Amérique frappée, le monde saisi d’effroi
Ben Laden : un antiaméricanisme absolu au service du Djihad islamique
Les États-Unis évoquent la signature de l’homme d’affaires

Sans être évoqué officiellement par la Maison Blanche ou les services de renseignement américains, le nom de Ben Laden a été avancé, dans les heures suivant la vague d’attentats, par plusieurs sources autorisées de l’administration américaine qui ont réclamé l’anonymat. Plus précis, un influent membre républicain des commissions judiciaire et de renseignement du Sénat, Orrin Hatch, a fait état de sources bien informées qui seraient parvenues « à la conclusion que cela ressemble à la signature d’Oussama Ben Laden ». Une source gouvernementale a indiqué que les noms de « terroristes » présumés, ayant probablement des liens avec l’organisation de Ben Laden, figureraient sur les listes de passagers de certains des avions détournés. Oussama Ben Laden était déjà placé sur la liste des dix personnes les plus recherchées par le FBI, pour, notamment, les attentats de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie. - (AFP, AP, Reuters.)

- Voir les listes des passagers et membres d’équipage des quatre avions détournés


13 septembre 2001 : Colin Powell confirme ce que la presse croit déjà savoir

ASSOCIATED PRESS | 13 septembre 2001
Colin Powell met officiellement en cause Oussama Ben Laden

Le secrétaire d’État américain Colin Powell a désigné officiellement jeudi le milliardaire d’origine saoudienne Oussama Ben Laden comme l’un des principaux suspects susceptibles d’avoir commandité les attaques terroristes de mardi contre les États-Unis.

M. Powell a expliqué devant la presse que l’enquête s’orientait vers les « organisations terroristes ayant la sorte de capacité nécessaire à conduire le genre d’attaque à laquelle nous avons assisté ».

Il a ajouté que les services de renseignement n’avaient pas encore identifié l’organisation en question. Mais, a-t-il souligné, « quand vous examinez la liste des candidats, l’une d’entre elle est installée dans la région », à savoir l’Asie centrale.

Interrogé sur la question de savoir s’il faisait allusion à Ben Laden, le chef de la diplomatie américaine a répondu « oui ».

Colin Powell a précisé que les États-Unis allaient demander des informations à ce sujet au président du Pakistan, Pervez Musharraf, dont le pays est l’un des rares à avoir reconnu le régime des taliban à Kaboul.

- Voir la retranscription en anglais par le département d’État de la conférence de presse de Colin Powell


4 octobre 2001 : Tony Blair publie des « preuves » contre Oussama Ben Laden

LE MONDE | 8 octobre 2001
Les preuves contre Oussama Ben Laden
Extraits du document présenté le 4 octobre 2001 par le Premier ministre britannique, Tony Blair, à la Chambre des communes

« 4 octobre 2001, 10, Downing Street
Ce document n’a pas pour but de fournir matière à des poursuites contre Oussama Ben Laden devant une cour de justice. Les informations obtenues par les services de renseignement ne peuvent généralement pas être utilisées comme preuve en raison de critères stricts d’admissibilité et de la nécessité de protéger les sources. Mais sur la base des informations disponibles, le gouvernement de Sa Majesté a toute confiance dans les conclusions qui sont présentées dans ce document.

RESPONSABILITÉ POUR LES ATROCITÉS TERRORISTES AUX ÉTATS-UNIS, 11 SEPTEMBRE 2001

1. - Les conclusions auxquelles est clairement parvenu le gouvernement sont :
- Oussama Ben Laden et Al-Qaida, le réseau terroriste qu’il dirige, ont planifié et exécuté les atrocités du 11 septembre 2001 ;
- Oussama Ben Laden et Al-Qaida ont toujours la volonté et les ressources pour mener à bien de nouvelles atrocités ;
- Le Royaume-Uni et les ressortissants du Royaume-Uni sont des cibles potentielles ;
- Oussama Ben Laden et Al-Qaida sont parvenus à commettre ces atrocités en raison de leur alliance rapprochée avec le régime des talibans, qui les autorise à poursuivre impunément leur entreprise terroriste. [...]

62. - [...] Il existe des preuves d’une nature très spécifique concernant la culpabilité de Ben Laden et de ses associés mais elles sont trop sensibles pour être divulguées. [...]

69. - Aucune autre organisation n’a à la fois la motivation et la capacité de mener à bien des attaques comme celles du 11 septembre - à l’exception du réseau Al-Qaida dirigé par Oussama Ben Laden. [...]

- Voir le document intégral en anglais


9 décembre 2001 : les aveux d’Oussama Ben Laden sur une cassette vidéo obtenue par l’armée des États-Unis

AFP | 10 décembre 2001
Bush enclin à la diffusion de la vidéo cassette de ben Laden

Le président George W. Bush est de plus en plus enclin à une diffusion publique de la cassette vidéo impliquant Oussama ben Laden dans les attentats anti-américains du 11 septembre, a indiqué lundi soir un responsable américain, en laissant entendre que cet enregistrement pourrait être rendu public dès mercredi.

Le président américain n’a pas voulu le confirmer directement à la presse lors d’une cérémonie à la Maison Blanche pour marquer la fête juive des lumières (Hannukkah).

Mais il a noté que les gens regardant cette cassette « réaliseront qu’il [Oussama ben Laden] est non seulement coupable de meurtres inouïs, mais qu’il n’a ni conscience ni âme et qu’il représente la lie de la civilisation ».

Selon un responsable américain, une décision finale sur la diffusion de cette cassette n’a pas encore été prise, mais il est de plus en plus probable qu’elle sera rendue publique rapidement peut-être même dès mercredi.

Cet enregistrement amateur avait été découvert lors de fouilles dans une maison de Jalalabad (est de l’Afghanistan), et obtenu par les États-Unis dans des circonstances sur lesquelles les dirigeants américains font toujours preuve de discrétion.

Il montre ben Laden affirmant que les dégâts autour du World Trade Center de New York, cible des attentats, étaient bien plus étendus que prévus, selon de hauts responsables américains cités dimanche par le Washington Post.

Ben Laden y rend aussi grâce à Dieu pour le succès encore plus grand qu’il ne l’attendait et utilise des expressions qui prouvent qu’il connaissait les plans pour les attentats, a confirmé dimanche le vice-président Dick Cheney, qui a visionné cette cassette, comme le président Bush.

Interrogé sur les sentiments que lui avaient inspiré les déclarations d’Oussama ben Laden, M. Bush a déclaré lundi soir : « Cela m’a simplement confirmé à quel point il est un meurtrier et à quel point notre cause est juste [...] c’est un homme qui veut détruire tout semblant de civilisation pour montrer sa puissance et satisfaire sa gloriole ».

« Il est si maléfique qu’il est prêt à envoyer des jeunes gens au suicide tandis que lui se cache dans des grottes [...] et je suis parfaitement conscient que si nous voulons le maintien de la paix et de la lumière, nous devons lui faire rendre des comptes devant la justice et c’est ce que nous ferons », a ajouté le président américain.

- Voir la retranscription intégrale en français par le département d’État de la cassette vidéo

Propositions d’exercices pour la classe :
- Identifiez les sources qui accusent Oussama Ben Laden. Le travail journalistique consiste notamment à croiser les sources. Ces sources sont-elles assez nombreuses et sans liens entre elles pour être croisées ?
- De quelles preuves dispose-t-on pour accuser Ben Laden ? Quelle est la différence entre des preuves et des aveux ? Des aveux peuvent-ils remplacer l’absence de preuves ?
- Pour les lycéens : en utilisant un moteur de recherche comme Google ou Altavista, trouvez sur les sites de grands journaux d’autres sources qui accusent Ben Laden (responsables politiques, experts indépendants...). Sur quelles informations précises se fondent leurs accusations ? Un fait est-il vrai à partir du moment où des personnes compétentes l’affirment ?

Pour aller plus loin :
- Trouvez d’autres pistes.