Alors que nous nous concentrons à juste titre sur l’une des pires catastrophes naturelles de l’Histoire, celle du tsunami, nous ne devons pas nous détourner de l’une des pires tragédies causées par l’homme à notre époque : le génocide du Darfour. Cela fait cinq mois que le Congrès a déclaré qu’un génocide a lieu dans cette région occidentale du Soudan et depuis la situation s’est détériorée. Les négociations de paix ont échoué et les organisations humanitaires, notamment Save the Children, ont été chassées de la région. Il existe désormais un risque réel de sombrer dans le chaos. Des centaines de milliers de personnes sont privées de toute assistance humanitaire et aucun progrès n’est fait dans le contrôle des milices qui agresse les populations.
Nous devons faire cesser le génocide et pour cela il faut :
- déployer une vraie force de maintien de la paix. Les forces de l’Union africaine dans la région sont insuffisantes. Il faut les augmenter et les équiper. Nous devons également les assister en leur fournissant des renseignements.
- Il faut faire pression sur le gouvernement soudanais. Il faut obtenir que l’accord entre Khartoum et les rebelles du Sud ne se fasse pas au détriment des populations du Darfour. Pour cela, il faut refuser que Khartoum ait la moindre récompense de l’ONU pour la signature de l’accord dans le Sud tant que la situation au Darfour reste la même. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit demander des sanctions contre le Soudan.
- Il faut que le monde comprenne qu’un génocide ne sera pas toléré et mettre en place des mécanismes pour juger les responsables.

Source
Washington Post (États-Unis)
Quotidien états-unien de référence, racheté en août 2013 par Jeff Bezos, fondateur d’Amazon.

« Stop the Genocide », par Jon S. Corzine et Sam Brownback, Washington Post, 11 janvier 2005.