Réseau Voltaire

Décret de Mahomet relatif aux chrétiens

+

Moi, Mohammed, fils d’Aâb-Allah, décrète pour tous comme un message divin et comme déclaration comminatoire, moi qui suis chargé par les fidences d’en haut de sauvegarder les grâces divines accordées à l’humanité par la Providence Je prescris les présents ordres à -l’égard des chrétiens et de ceux qui sont initiés à cette religion, qu’ils se trouvent dans les pays lointains ou rapprochés, dans les villes connues ou inconnues, en Orient aussi bien qu’en Occident ; que ceci leur serve de loi.

Celui qui voudrait contrevenir au présent décret, s’opposer à ce qu’il prescrit et attaquer ma loi prophétique , qu’il soit monarque ou simple citoyen musulman, serait condamné comme ayant violé ses vœux envers la Providence, comme s’étant moqué de la vraie foi, comme passible de l’éternelle malédiction.

Si l’un de leurs prêtres [des chrétiens] ou l’un de leurs coreligionnaires voyage, venant d’une plaine, d’une montagne, se trouvant dans un couvent, arrivant d’un pays aride, d’un désert de sable, d’un village, d’un champ cultivé, se trou vont, dans n’importe quel lieu, c’est moi qui suis leur protecteur, ainsi que tous mes disciples, et qui me charge de les défendre ; je leur enlève leur fardeau ; je fais disparaître pour eux les difficultés, car ils sont mes sujets et mes protégés. Je les dispense de toutes les charges qui pèsent sur mes autres protégés non chrétiens, je ne tolérerai pas qu’ils soient molestés.

On peut percevoir les taxes qu’ils voudront volontairement payer, mais on ne doit pas les persécuter pour cela. On ne peut jamais entraver le chef de leur religion dans l’exercice de ses fonctions épiscopales, ni un prêtre dans son sacerdoce, ni un moine dans sa vie monacale, ni le voyageur dans son voyage. On ne peut pas non plus démolir une église, ses dépendances, un couvent, pour les transformer en des édifices pieux musulmans ou en faire des mosquées.

Quiconque oserait enfreindre ces prescriptions serait considère comme violateur des décrets de Dieu et de son prophète.

On ne peut pas non plus frapper de taxes les chefs hiérarchiques de la religion chrétienne, les moines et ceux qui consacrent leur vu aux prières.

Je protège leurs droits en quelque endroit qu’ils se trouvent. Il faut les entourer de sollicitude, les défendre contre toute agression sur mer comme sur terre, en Orient comme en Occident, au Nord comme au Sud, car ils sont sous ma protection et ma mansuétude.

Il ne faut pas non plus percevoir la dîme sur les récoltes, ou une taxe, quelle quelle soit, de ceux qui consacrent leur vie aux prières, soit dans les montagnes, soit dans les monastères. Il ne faut pas non plus vouloir partager avec eux le produit de leurs travaux agricoles, car il en est parmi eux qui cultivent pour assurer leur existence.

Il ne faut jamais les incommoder et les déranger violemment pendant une guerre comme une insurrection.

Les chrétiens qui possèdent des biens et des propriétés, les négociants et ceux qui sont soumis à la taxe, ne doivent au fisc que douze drachmes par an. Il ne faut jamais les pressurer .

On doit discuter avec eux raisonnablement, sans jamais les humilier ou insulter à l’occasion de leur religion. Il faut les protéger généreusement et avec magnanimité, s’abstenir complètement de les froisser par de mauvais procédés, en quelque lieu qu’ils se trouvent.

Si une femme chrétienne est mariée à un musulman, il faut respecter ses droits, ne jamais agir contre sa volonté, ne pas l’entraver dans l’exercice de sa religion. Il faut aider et contribuer à la réparation de leurs églises et de leurs établissements pieux suivant leurs désirs.

Ceux qui voudraient s’écarter des prescriptions de ce décret sont des traîtres au pacte divin et détruisent l’engagement du prophète.

Le présent pacte restera en vigueur jusqu’à la fin du monde et au dernier jour du jugement.

Document daté du 3 de Moharrem, an 2 de l’hégire. Traduit en français par L.D.H.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.