JPEG - 40.9 ko

Les ministres de la Coalition internationale contre Daech, réunis en personne après 2 ans, se sont rencontrés aujourd’hui à Rome sur invitation du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de l’Italie, Luigi Di Maio, et du secrétaire d’État américain, Antony J. Blinken. Les ministres ont réaffirmé leur détermination commune à poursuivre la lutte contre Daech et à créer les conditions pour parvenir à vaincre de manière durable le groupe terroriste, qui reste l’unique objectif de la Coalition, par un effort global, coordonné et à multiples volets. Les ministres ont souhaité la bienvenue aux nouveaux membres de la Coalition : la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Mauritanie et le Yémen. Ensemble, les ministres ont mis l’accent sur la protection des civils comme priorité et ont affirmé que le droit international, y compris le droit international humanitaire et le droit international relatif aux droits de la personne, selon le cas, ainsi que les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies devaient être respectés en toutes circonstances.

Les ministres se sont engagés à renforcer leur coopération dans tous les domaines d’action de la Coalition pour faire en sorte que l’organe central de Daech en Irak et en Syrie ainsi que les organes et réseaux qui y sont affiliés partout dans le monde ne puissent reconstituer d’enclave territoriale ni continuer à menacer nos nations, nos populations et nos intérêts. Les ministres sont unanimement indignés par les atrocités commises par Daech et ils demeurent déterminés à éliminer cette menace mondiale. En outre, ils se tiennent aux côtés des survivants et des familles des victimes des crimes de Daech qui s’efforcent d’obtenir justice.

Daech ne contrôle plus de territoire, et près de 8 millions de personnes ont été libérées de son emprise en Irak et en Syrie, mais la menace perdure. La reprise des activités de Daech et sa capacité à reconstruire ses réseaux et ses capacités pour cibler les forces de sécurité et les civils dans les zones où la Coalition n’est pas active exigent une forte vigilance et une action coordonnée. Cela passe notamment par l’octroi de ressources adéquates pour soutenir les efforts déployés par les forces de la Coalition et de ses partenaires légitimes afin de lutter contre Daech, ainsi que par un appui important à la stabilisation, à la fois pour s’attaquer aux facteurs qui rendent les communautés vulnérables au recrutement par Daech et les groupes idéologiques violents connexes, et pour apporter un soutien aux zones libérées afin de préserver nos intérêts communs en matière de sécurité. À cet égard, les ministres ont pris note de l’engagement 2021 pour la stabilisation, qui constitue un moyen important de soutenir le redressement des zones libérées de Daech et d’empêcher sa résurgence. Les ministres réaffirment que Daech continuera d’être mis sous pression en limitant sa capacité à générer des revenus, en renforçant le partage de renseignements sur les terroristes par des canaux bilatéraux et/ou multilatéraux comme INTERPOL, en luttant contre sa propagande toxique et en refusant au groupe l’espace nécessaire pour exploiter les médias sociaux en ligne.

Les ministres ont reconnu les efforts déployés par l’Irak pour contrer les vestiges de Daech et empêcher sa résurgence, et ils ont salué la capacité accrue des forces irakiennes à combattre Daech. Il demeure essentiel de mettre en œuvre des mesures appropriées visant à améliorer l’efficacité opérationnelle et la coordination de nos efforts collectifs afin de maintenir la pression nécessaire sur Daech. La Coalition opère en Irak à la demande du gouvernement irakien, dans le plein respect de l’unité, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Irak, et au bénéfice du peuple irakien. Les ministres ont fermement condamné les attaques incessantes contre le personnel et les convois de la Coalition ainsi que contre les installations diplomatiques, soulignant qu’il importe que le gouvernement irakien protège les biens de la Coalition. Les ministres se sont félicités de l’augmentation progressive de la mission non combattante de conseil, de formation et de renforcement des capacités de l’OTAN en Irak, en fonction des besoins et du consentement des autorités irakiennes et en complément des efforts déployés par la Coalition. Les ministres ont également salué le soutien apporté par l’Union européenne aux autorités irakiennes dans le cadre de la mission EUAM Irak.

En Syrie, la Coalition se tient aux côtés du peuple syrien en faveur d’un règlement politique durable, conformément à la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies. La Coalition doit continuer d’être vigilante face à la menace du terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, de consolider les progrès accomplis et d’agir conjointement face à toute menace qui remettrait ces progrès en cause afin d’éviter tout vide sécuritaire dont Daech pourrait profiter. La Coalition continue de soutenir le redressement et la stabilisation locaux inclusifs dans les zones libérées de Daech et les efforts de réconciliation et de réintégration afin de favoriser des conditions propices à une résolution politique du conflit à l’échelle de la Syrie selon les paramètres de la Résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Lors d’une séance de la réunion consacrée à l’état de la sécurité sur d’autres continents et dans d’autres régions, plus particulièrement en Afrique, les ministres se sont dits vivement préoccupés par la menace à la sécurité et à la stabilité que représentent les affiliés et les réseaux de Daech en Afrique subsaharienne, notamment dans la région du Sahel ainsi qu’en Afrique de l’Est et au Mozambique. La Coalition est déterminée à coopérer avec les pays touchés pour répondre aux menaces que présente Daech en Afrique afin d’assurer une défaite mondiale et pérenne de cette organisation, à la demande et avec l’accord préalable des pays concernés, dans le plein respect du droit international et en étroite coordination avec les initiatives existantes, notamment la Coalition pour le Sahel et le Forum mondial de lutte contre le terrorisme. Les ministres se sont félicités de la présence de délégations de plusieurs pays africains en qualité d’observateurs à cette réunion ministérielle. Les ministres ont chargé les groupes de travail de la Coalition d’évaluer les moyens par lesquels ils peuvent contribuer aux efforts de lutte contre Daech dans les régions touchées. Les ministres ont également salué les efforts déployés par l’Afghanistan pour lutter contre l’État islamique en Irak et en Syrie au Khorasan (EIIS-K).

Les ministres, reconnaissant les difficultés soulevées par les combattants terroristes étrangers détenus ainsi que par les membres de leur famille restés en Irak ou en Syrie, se sont engagés à recourir aux mécanismes de justice et de reddition de compte efficaces et déjà en place, en étroite coordination avec les pays d’origine, y compris pour la responsabilisation des combattants ayant eu recours à la violence sexuelle comme instrument de terreur. La Coalition demeure résolue à encourager les efforts pour faire en sorte que les terroristes présumés, y compris ceux de nationalité étrangère, soient traités de manière appropriée et jugés de manière conforme aux obligations du droit international, en garantissant notamment leur droit à un procès équitable. En outre, la Coalition a appelé les gardiens des combattants terroristes étrangers de Daech détenus à toujours les traiter avec humanité et dans le respect du droit international. Les ministres ont également reconnu que la situation des membres de Daech détenus et de leurs familles dans le nord-est de la Syrie était très préoccupante et qu’il était important de trouver une solution globale et à long terme à ce grave problème.

La Coalition a réaffirmé sa conviction qu’un effort global et collectif demeure nécessaire pour parvenir à vaincre Daech de manière totale et durable partout dans le monde. La Coalition internationale contre Daech a prouvé qu’elle est un outil cohésif et flexible qui a obtenu des succès notables grâce à des mesures dans les domaines militaire, politique, de la stabilisation, du contre-discours et financier, et aux efforts déployés en matière d’application de la loi.

Les ministres ont également réaffirmé leur intention d’organiser la prochaine réunion ministérielle de la Coalition d’ici juin 2022 et d’organiser une réunion des directeurs des affaires politiques du groupe restreint de la Coalition à Bruxelles à l’automne 2021, si les circonstances le permettent.

JPEG - 49.1 ko