Le Premier ministre libanais, Rafic Hariri, en visite au Brésil, est revenu devant les journalistes brésiliens sur le dialogue du Liban avec les États-Unis. Il a fait état de deux principaux points de divergence : la question du retrait des forces syriennes du Liban et le statut du Hezbollah. Mais il a réaffirmé que le dialogue était néanmoins ouvert sur ces deux questions. Répondant à un journaliste que comparait l’occupation états-unienne de l’Irak à la présence des troupes syriennes au Liban, le Premier ministre libanais a affirmé qu’« aucune comparaison n’est possible. Les Syriens sont venus au Liban parce que nous le leur avons demandé. Malgré cela, ils affirment ne pas vouloir y demeurer éternellement. »

Source
L&8217;Orient Le Jour (Liban)

« Aucune comparaison entre les présences US en Irak et syrienne au Liban, affirme Hariri », L’Orient Le Jour, 11 juin 2003.