Le quotidien libanais L’Orient Le Jour fait état d’informations de chaîne de télévision états-unienne ABC selon lesquelles un intermédiaire libanais aurait mené des négociations secrètes entre des émissaires irakiens et états-uniens au mois de février, avant le déclenchement de l’offensive anglo-états-unienne sur le pays.
Cet homme, Imad Hage, qui serait connu pour avoir des contacts au Pentagone, a été approché dans le courant du mois de février, par des agents de renseignement irakiens à son bureau de Beyrouth et lors d’un voyage à Bagdad. Selon Newsweek, Imad Hage a également rencontré des responsables du Pentagone qu’il aurait informés de ses entretiens à Bagdad.
Selon le témoignage de Imad Hage recueilli par ABC, ce dernier aurait été reçu à Bagdad par le chef du renseignement irakien, le général Tahir Habbush, le valet de carreau du jeu de carte des dignitaires irakiens diffusé par les États-Unis. Ce dernier lui aurait fait des propositions en vue d’une négociation visant à éviter un conflit armé. Il aurait également affirmé que son pays ne disposait pas d’armes de destruction massive. Imad Hage a ainsi déclaré : « sur la base de ma rencontre avec cet homme, je pense qu’un effort a été mené pour éviter la guerre. Ils [les dignitaires irakiens] étaient disposés à rencontrer des responsables états-uniens ».
Habussh aurait notamment proposé la tenue d’élections libres sous contrôle de l’ONU, des concessions pétrolières aux compagnies états-uniennes et l’extradition d’un membre important du réseau Al Qaïda, Abdul Rahman Yasin, détenu en Irak depuis 1994. Celui-ci est l’un des terroristes les plus recherchés par le FBI pour ses liens avec l’attentat qui a visé, en 1993, le World Trade Center. D’après Habbush, les États-Unis avaient déjà refusé plusieurs fois de se le faire livrer.
Les États-Unis ont toujours déclaré qu’ils ne conduiraient aucune négociation avec le régime irakien tant que Saddam Hussein n’en aurait pas quitté les rênes. Richard Perle a pourtant indiqué qu’il avait fait état de contacts avec les Irakiens auprès de la CIA, mais que ceux-ci avaient refusé toute rencontre. Perle a même déclaré qu’il était prêt à rencontrer les Irakiens, mais que « le gouvernement des États-Unis [m’avait] demandé de ne pas le faire ».
Cette volonté irakienne de négocier aurait été transmise à Jaymie Dunan, le principal assistant du secrétaire adjoint à la Défense, Paul Wolfovitz. D’après des officiels du Pentagone, Donald Rumsfeld et Paul Wolfovitz eux-mêmes n’étaient pas au courant.
D’après Imad Hage, Perle lui aurait déclaré ne pas pouvoir poursuivre les négociations, à cause de l’opposition de Washington, qui continuait à négocier avec l’Arabie saoudite, la Russie et la France. Les États-Unis ont manqué, ici, une occasion d’éviter la guerre, a-t-il conclu.

Source
L&8217;Orient Le Jour (Liban)

« Un homme d’affaires libanais aurait joué les médiateurs entre l’Irak et les USA, L’Orient le Jour, 6 novembre 2003. « Claim : U.S. Government Spurned Peace Talks Before the War With Iraq, par Brian Ross et Chris Vlasto, ABC News, 5 novembre 2003.