Réseau Voltaire

Pour l’expert militaire George Smith : « le soi-disant attentat au Zyklon-B préparé par Al Qaïda dans le métro de New York est un pétard mouillé monté en épingle par les médias »

+

L’hebdomadaire états-unien Time a publié un long article sensationnaliste à propos de l’attentat au gaz dans le métro de New York que la police prétend avoir déjoué. Le journaliste y décrit la bombe chimique qu’Al Qaïda voulait assembler - une combinaison de cyanure de sodium et d’acide hydrochlorique - comme étant la preuve de la sophistication et du danger des cellules dormantes dans le pays. Pour le journaliste « assembler un engin aussi sophistiqué est l’équivalent de réussir la fission de l’atome ».

Pour l’expert militaire George Smith, de la société spécialisée dans les questions d’armement Global Security, de tels propos, repris par l’ensemble des médias internationaux, « permettent peut-être de vendre du papier mais démontrent avant tout les immenses lacunes scientifiques des journalistes et de leurs rédacteurs en chef. »

« Le fait de provoquer une réaction entre l’acide hydrochlorique, un agent réactif couramment utilisé en chimie et le cyanure de sodium n’a rien de compliqué. On est à des années lumière de la complexité d’un laboratoire nucléaire réalisant la fission. La lecture des plans de cet attentat permet de conclure que l’organisateur n’est pas un scientifique et que son savoir en la matière est assez rudimentaire. »

« Je ne sais pas si l’organisateur de l’attentat est conscient du fait que ce genre d’attaque vise bien plus à obtenir un effet psychologique qu’à faire un grand nombre de victimes. »

"Il ne suffit pas de mélanger les différents composants chimiques, il faut les assembler de manière efficace, sinon on obtient un pétard mouillé, pas une arme chimique en état de fonctionner. Même si, par un coup de chance, le mélange finit par produire une quantité suffisante de HCN, il suffit aux personnes qui en respirent les vapeurs de s’éloigner de l’endroit exposé et de sortir à l’air libre pour respirer. Si elles ne sont pas cardiaques ou allergiques au cyanure, mis à part des nausées, elles n’en sauront pas plus affectées que cela. »

« Le HCN n’a jamais été utilisé comme arme chimique par les militaires à cause de ses effets limités. La seule fois où le HCN a permis de tuer des grandes quantités de gens c’est dans les chambres à gaz des Nazis lors de la Deuxième Guerre mondiale. Et encore, même là cela ne fonctionnait que parce que les victimes étaient enfermées dans la chambre. »

Dans le métro un tel attentat aurait fait un nombre très limité de victimes, on aurait été loin de l’hécatombe décrite par la presse à sensation et le porte-parole du Homeland Security. »

La seule réussite d’une telle bombe serait virtuelle - elle renforcerait le sentiment d’insécurité et de peur chez les citoyens états-uniens. Mais pour cela , la bombe n’a pas besoin d’exploser… elle n’a même pas besoin d’exister en vrai. Les médias et les agences gouvernementales - en publiant des informations senationalistes - se chargent de lui donner une réalité.

« Chemical Subway Attack Not As Bad as Pentagon Says », par Defense Tech Weekly, États-unis, 20 juin 2006.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.