Il y a 60 ans, des milliers de jeunes Américains faisaient le sacrifice de leur vie pour nous rendre la liberté et la démocratie. Par la suite, et jusqu’à la chute de l’empire soviétique, c’est la solidarité sans faille des Américains qui a permis aux peuples d’Europe de vivre en paix et en sécurité, mais aujourd’hui le lien atlantique se distend dangereusement. Tout se passe comme si les États-Unis répugnaient au partage des responsabilités dans les affaires du monde et les Européens à celui du fardeau. Or, le malentendu transatlantique hypothèque gravement les chances de la paix et de la solidarité mondiale.
La fin de la Guerre froide a libéré l’Europe d’une menace d’agression directe, mais elle n’a pas rendu le monde plus stable ni moins dangereux. Les crises politiques et les affrontements militaires se multiplient de façon préoccupante. Face à ces nouvelles menaces, l’Europe est tragiquement absente. Cela doit changer car il est dangereux que le poids des affaires du monde repose sur les seules épaules du président des États-Unis. Il n’est pas digne que les Européens délèguent à d’autres le soin de les défendre, fussent-ils des alliés historiques. Il n’est pas non plus raisonnable que les efforts considérables consentis par les contribuables européens pour leur défense ne débouchent que sur des capacités opérationnelles dérisoires.
L’UDF souhaite que l’Europe soit un partenaire des Etats-Unis, mais pas son vassal et les Européens doivent donc être prêts à payer le prix de l’indépendance et de l’influence retrouvée. Pour cela, il faut une véritable armée européenne, une armée puissante, bien équipée et bien gérée, qui permette à l’Europe de se faire entendre et respecter partout dans le monde. Pour parvenir à ce résultat, il faut :
- De la volonté : il faut qu’un groupe pionnier de pays se lance dans sa construction et en premier lieu, la France et l’Allemagne.
- De la méthode : il faut mettre en place un plan décennal de convergence et d’intégration par étape des forces armées nationales au sein de l’armée européenne.
- Des institutions : il faut que les décisions diplomatiques et militaires soient prises à la majorité qualifiée même si l’engagement des troupes nationales reste du ressort des États. Il faut créer un poste de ministre de la Défense de l’Union européenne.
- De l’argent : Il faut que chaque pays s’engage sur dix ans à une contribution en argent ou en nature égale à 1 % de son PIB pour constituer cette armée européenne.

Source
Le Figaro (France)
Diffusion 350 000 exemplaires. Propriété de la Socpresse (anciennement créée par Robert Hersant, aujourd’hui détenue par l’avionneur Serge Dassault). Le quotidien de référence de la droite française.

« Une Europe partenaire des États-Unis », par les huit têtes de listes de l’UDF aux élections européennes, Le Figaro, 9 juin 2004.