En quelques années, le Qatar s’est hissé au rang des États qui comptent sur la scène internationale. Ce minuscule émirat y est parvenu par une stratégie en deux temps. Il a d’abord créé la chaîne satellitaire Al-Jazeera qui a étendu sa voix dans l’ensemble du monde arabe. Puis, sous l’autorité d’un ministre brillant, cheikh Hamad bin Jassim bin Jaber Al Thani, il a offert des services personnels aux grands de ce monde suggérant en remerciements que l’émirat soit invité à toute sorte de sommets internationaux.

À ce jeu, Nicolas Sarkozy s’est montré particulièrement vulnérable. Pour être l’invité d’honneur du défilé du 14 juillet 2007 ou pour participer aux négociations françaises sur le Proche-Orient, le Qatar n’a pas hésité à payer la rançon des infirmières bulgares, à prêter son avion personnel à Carla Bruni-Sarkozy ou à offrir un parachute doré à Robert Ménard.

Selon nos informations, l’émirat vient de trouver un nouveau moyen d’être agréable au président français : payer les dommages, intérêts et amendes de l’Arche de Zoé. En effet, ainsi que nous le révélions, le docteur François Sarkozy, frère du président, est gravement impliqué dans cette affaire. Elle reste un sujet d’inquiétude pour l’Élysée, qui s’est déjà trouvé embarqué dans le soutien militaire au régime d’Idriss Déby en échange de la grâce accordée aux kidnappeurs.

Reste à savoir quel cadeau la diplomatie française devra faire au Qatar pour exprimer la reconnaissance personnelle des Sarkozy.

Pour en savoir plus :
- « Arche de Zoé : que faisaient Nicolas, Cécilia et François dans cette galère ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 6 novembre 2007.
- « Mise au point de Paris Biotech Santé », Réseau Voltaire, 9 novembre 2007.
- « L’Arche de Zoé et les mensonges de Paris Biotech Santé », Réseau Voltaire, 3 décembre 2007.