Malgré l’apparente énormité de la tâche, les États-Unis peuvent déployer les ressources pour gagner la guerre au terrorisme. Cela requiert quatre orientations :
- La vérité : nos dirigeants doivent cesser de mentir à nos concitoyens. La guerre menée par Ben Laden et ces alliés n’a pas pour but la destruction de nos libertés et de nos sociétés, elle est inspirée par la haine de nos politique au Moyen-Orient. C’est le soutien à des tyrannies arabes comme l’Arabie saoudite, le soutien à Israël et la présence militaire dans la péninsule arabe, en Irak et en Afghanistan.
- La force : la volonté du Congrès d’appliquer la loi fédérale hors de nos frontières et celle des administrations successives de développer la " loi internationale " met nos soldats en danger. La plupart de nos ennemis islamistes ne s’arrêteront jamais. Il faut les tuer. Historiquement, les États-Unis gagnent leurs guerres quand ils sont sans pitié.
- La démocratie chez nous : Nous devons débattre de la politique qui est menée depuis 30 ans et qui nous a menés à ce désastre.
- Les principes : il faut revenir aux principes de la politique étrangère des pères fondateurs. La politique étrangère actuelle risque de nous mener à des guerres sans fin. Nous devons en revenir à la liberté des mers, au libre-échange, à la non-intervention et au refus des guerres optionnelles. Ceux qui affirment que notre liberté dépend de celle des autres devraient relire John Quincy Adams.

Source
San Francisco Chronicle (États-Unis)

« Policies make us a target, but we can still win against terrorism », par Michael Scheuer, San Francisco Chronicles, 1er mars 2005.